Que faire du profil Facebook d’un proche décédé ?

Il y a quelques jours, un journal suisse indiquait qu’un membre du réseau social Facebook sur cent, malgré son profil actif, serait décédé.

Nos confrères ont posé une question très intéressante liée à ces décès : Comment la famille d’un défunt peut-elle effacer les traces laissées un peu partout sur le web par ce dernier ?

La réponse est peut être dans les colonnes d’un article du Monde qui a exploré une piste pour l’heure relativement peu connue et pourtant simple.

Il s’agirait notamment d’indiquer ses désirs concernant le futur de son identité numérique et/ou transmettre tous les mots de passe (emails, réseaux sociaux, messengers, etc) à un notaire.

Après tout, l’idée est séduisante, à plus forte raison pour les personnes qui exercent des métiers à risque : avant de prendre l’avion ou de partir en mission, celles-ci seraient amenées à prendre le réflexe de changer et/ou lister leurs codes d’accès puis, transmettraient ces informations à un notaire chargé, en cas de décès, de les livrer à une personne définie qui tentera d’effacer les traces numériques.

Cette démonstration prend tout son sens ces dernières heures avec la diffusion dans les médias des noms de deux militaires français tués en Afghanistan. Ainsi, il est très simple pour un internaute de vérifier si ces courageux soldats étaient ou non présents sur le plus grand des réseaux sociaux.

Et dans le cas présent, la réponse est positive : le plus jeune (25 ans) avait un profil ouvert (mur et infos personnelles) alors que le second, semble avoir protégé ses informations des regards de curieux.

Si le profil du premier n’a pour l’heure pas été envahi par les témoignages, il pourrait en être autrement dans peu de temps.

« Certains individus agissent comme s’ils étaient dévastés alors qu’ils ne le connaissaient pas tant que cela. C’est vraiment énervant. Pire, Facebook continue sans cesse de me demander de recontacter cette personne ou de lui envoyer un message » explique Ashley Bethel, une internaute inscrite sur Facebook qui déplore dans l’article du Monde que des personnes écrivent tous les jours sur la page d’un ami récemment décédé.

Selon Caroline Gaffet, responsable des relations médias au conseil supérieur du notariat, peu de personnes ont pour l’instant pris conscience de la nécessité de se préoccuper de leur identité numérique après leur mort : « de telles pratiques sont théoriquement possibles, mais pour le moment, il n’y a aucune remontée des notaires faisant état de ces préoccupations. »

Pourtant c’est une vraie question que chacun doit se poser. Nous laissons tous des traces, nous avons tous (ou presque) créé des profils sur différents sites… dès lors, faut-il prendre en compte notre identité numérique (et les données associées) dans un testament au même titre que nos biens personnels ?

Chez nos voisins de Suisse romande, les sociétés de pompes funèbres semblent n’avoir pas encore été confrontées à la question de l’avenir des données numériques d’un mort précise l’article du journal Le Temps qui a interrogé Salvatore Spurio, des Pompes funèbres générales de l’Ouest lausannois. Celui-ci explique que « les personnes décédées sont trop âgées pour être actives sur la Toile ».

Une situation qui va nécessairement évoluer au fil des ans avec les générations plus jeunes, de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux.

Twitter a récemment pris au sérieux cette question en dédiant une page à sa politique en matière de gestion de comptes d’utilisateurs décédés. Un bon début…

[avec sources Le Parisien / Le Monde et Le Temps]

Note de la rédaction à nos lecteurs : Par respect pour les familles des deux soldats français morts en Afghanistan auxquelles nous adressons toutes nos condoléances, nous avons décidé de flouter les messages présents sur l’image d’illustration intégrée dans cet article. Merci de votre compréhension.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Sur facebook il existe un statut particulier pour les mort. La page reste accesible, ainsi que le wall pour inscrire des témoignage mais les information ne sont plus disponible.

  2. Sans compter les gens qui vous demande en amis sur facebook et qui ne savent pas que vous etes décedé. Faudrais pouvoir vidé le contenu du compte et pourquoi pas laissé un message posthume.

    Sinon pour ces deux soldats,mourir à 25 pour rien, merci la france , qu’ils reposent en paix.

  3. J’ai vu justement ce week-end une info qui parlait de pompes funèbres du virtuel ! Apparemment ils enverraient un mail toutes les semaines auquel il faut absolument répondre. Sinon ce sont 2 amis qui sont contactés et s’ils confirment la mort, la procédure de suppression des informations est enclenchée (donc faut fournir tous les codes etc… je pense).

    …mais perso, dévoiler tout cela ne me tente pas du tout !

  4. C’est évident qu’il y a quelque-chose à revoir sur cette partie « necro » des profils de réseaux sociaux, car les dérives risquent de pulluler à l’avenir.

  5. J’ai vu il y a 2 semaines je crois dans l’émission de Laurent Ruquier une petite chronique où il parlait de ce sujet. C’est un concept encore bizarre mais qui risque d’être nécessaire dans les années à venir avec le développement des réseaux sociaux et d’internet en général pour supprimer les comptes sur des forums ou autres.
    Ils avaient utilisé un terme assez bizarre qui m’échappe, peut être quelqu’un s’en souvient.

  6. J’ai été confronté à ce problème sur Facebook, c’est très glauque de recevoir un « prends des nouvelles de » d’une personne décédée…

    On est en train de finaliser un nouveau site internet (foruforever), où l’on pourra préparer sa biographie, des vidéos, des lettres, une liste des comptes web à clore qui seront confiées à une personne de confiance, etc… l’idée c’est que le site ne s’ouvrira qu’au décès. Je pense personnellement qu’ internet peut être un outil fantastique de transmission, de partage, et de mémoire collective, mais tout cela doit être fait dans le respect, et dans un cadre particulier… pas dans une plateforme hétéroclite comme facebook…

    N’hésitez pas à me contacter si vous voulez plus d’infos ou si vous voulez en discuter !
    sandrine pour foruforever (voici le blog : http://foruforever.over-blog.com) ou un chouette article ici : http://www.lemagdescommunautes.com/new-mag/

  7. C’est tout simplement de la folie ces réseaux sociaux…
    J’en ai justement parlé dans un des billets précédent (le défunt sur Twitter).

  8. J’ai pas pu m’empêcher d’aller faire un tour sur le profil du jeune caporal… C’est vraiment une expérience très troublante… J’aurais mieux fait de m’abstenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité