La couche d’ozone bat encore de l’aile

Le trou dans la couche d'ozone a atteint un impressionnant maximum annuel, créant une ouverture béante au dessus de l'Antarctique.

La vidéo ci-après, filmée par le satellite Aura de la NASA montre l’amplitude du problème, 23 ans jour pour jour après l’interdiction des fameux chlorofluorocarbures, plus connus sous l’abréviation C.F.C.

Tout le monde les pensait totalement inoffensifs, jusqu’au jour où des chercheurs se sont rendus compte qu’ils détruisaient impitoyablement la couche d’ozone qui entoure notre planète et nous protège des méchants rayons ultra-violets.

Si vous aviez prévu des vacances en Antarctique, vous feriez mieux de changer de destination. [NASA GoddardMerci Rebecca!]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. tiens c’est marrant , hier sur france info ils disaient que la couche d’oeone n’était pas si abimée que ça en définitive et qu’elle avait tendance à se reformée, dixit les chercheurs….

  2. Ça va alors !
    Moi perso si ça se passe que au dessus de l’Antarctique et pas chez nous sa me va …
    Oui je suis égoïste et j’aime pas les ours polaire mais personne n’est parfait ^^

  3. Ce que j’aime bien… C’est un phénomène que l’on observe seulement actuellement, et rien ne nous dit que ce n’est pas naturel. C’est peut être un acteur majeur de la transformation de l’adn des espèces, autrement dit, de l’évolution.
    Donc, a prendre avec des pinces, si on à un minimum d’esprit scientifique. Et c’est pas en analysant des carottes de glace que l’on trouve du concret.

    A force de jouer sur la peur, on finis par ne plus y croire…

  4. Whouaou, c’est bleu.
    Bon, on sait pas à quoi correspond le bleu, mais visiblement c’est pas bien. Aille ouille, méchant.

    Et sinon, au dela de publier régulièrement des images sans la moindre légende, vous faites quoi chez Giz ?

  5. @Bill :
    Naturelle ou non, ça reste une catastrophe …
    On va pas rester sans rien faire sous prétexte que ça « pourrait » être un mécanisme normal d’évolution …

    Sinon les scientifiques expliquent comment le fait que les trous de la couche d’ozone n’en forme plus qu’un seul ?

  6. @Deckard : Les CFC ont une durée de vie très longue, donc il vont avoir des effets sur la couche d’ozone encore quelques siècles. L’interdiction des CFC permet de ne plus en dégager dans l’atmosphère, et donc de laisser se résorber les dégâts au cours du temps.

  7. Ben avec la pollution à l’ozone, ça compense pas ? continuons donc avec nos autos à rouler a donf sous les gros ensoleillements pour générer de l’ozone. 😉

  8. Ah Léon, le tant attendu nouvel expert canapéland en orthographe est enfin là!

    Allé tiens: http://fr.wikipedia.org/wiki/Au_temps_pour_moi#Controverse
    Vas donc te renseigner un peu plus avant de dire n’importe quoi puis de faire croire au autres que tu détiens la vérité!

    Il a pas dit que « autant pour moi » est toléré comme forme, il a dit: les deux sont accepté donc pourquoi est-ce que l’une des deux serait « du n’importe quoi »
    ça me fera tjs rire les mecs qui la ramène sur cette expression en pensant faire bien en société car c’est une expression plutot ancienne et peu utilisé..

    Bref, il te manque encore qques lumières Léon
    k0k00k avit raison: LEON FAIL (but don’t try again, it’s just doomed for you 😉

  9. À tous les petits génies qui se la pètent avec « au temps pour moi », sachez que vous êtes tombés dans le plus grand canular étymologique.
    En même temps faut réfléchir un peu. L’explication musicale de « au temps pour moi » est complètement tirée par les cheveux, mais vous y croyez dur comme fer juste pour pouvoir faire les malins quand quelqu’un écrit « autant pour moi » alors que c’est ÇA la vraie bonne écriture. Ça veut dire « c’est autant d’erreur que l’on peut mettre à mon actif ».

    Donc leon, « c’est pas parce que c’est accepté qu’il faut dire n’importe quoi », figure toi que c’est « au temps pour moi » qui correspond aux zaricots ici.

  10. Hey bande de naze, au lieu de copier coller un lien, vous l’avez lu l’article du wiki?
    il commence par :

    « Au temps pour moi » est une locution exprimant la reconnaissance d’une erreur de la part du locuteur. On rencontre couramment la graphie « autant pour moi », que, selon l’Académie française, « rien ne justifie[1] »

    alors on se détend un peu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité