Les mensurations de l’App Store

Indépendamment des discussions sur la taille de l'App Store d'Apple, il est intéressant d'observer la vitesse à laquelle la boutique d'applis pour iPhone s'est remplie.

Pour ce faire, rien de tel qu’une image avec de jolies couleurs:

Cette infographie signée Meet the Boss (cliquez sur l’image pour l’agrandir) réunit plusieurs graphiques sur une seule image. En gros, les utilisateurs d’iPhone, d’iPod touch ou d’iPad aiment jouer, les soumissions sont en baisse et ce sont surtout les applis à un dollar qui rapportent.

L’échelle est vertigineuse, surtout si l’on considère que l’App Store n’existait pas du tout il y a deux ans. [Meet the Boss]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’apprends encore quelque chose.
    Vous dites que l’appStore n’existe que depuis deux ans, or je pensais qu’il exista depuis le premier Iphone, et que l’un et l’autre avait été pensé et conçu comme un ensemble.

    Je me pose alors une question :
    Entre
    -le 29 juin 2007 (date de sorti du premier Iphone (et donc Smartphone… appelons les new génération))
    et
    -le 11 juillet 2008 (date du lancement appStore (je me suis renseigné du coup)
    Quel été donc l’utilité d’un Smartphone (Iphone en particulier, puisque celons certain avant d’etre copié il été le seul) à cette époque, s’il n’y avait pas d’application (puisque pas de magasin où les acheter) ?

    Je précise, que je n’ai toujours pas trouvé en ce qui me concerne de bonne raison d’acheter un Smartphone, (qu’il soit Iphone ou autre), malgré toutes c’est magnifique application, qui promettent des utilisations extraordinaires. Mais du coup sans elles, je vois encore moins l’intérêt.
    Comment Apple a pu ce faire un marcher avec un produit qui ne servait à rien au moment de ca sorti (puisque sans application) ???

  2. je croyais que les applications été justement là pour accéder aux service WEB sans passer par les pages internet classiques, puisque inaccessible car flash oblige et écran trop petit. Bref je suis pas près d’avoir ce genre de truc

  3. Le premier iPhone présentait de grandes nouveautés :
    – pouvoir surfer sur le net avec des pages normales, comme sur un ordinateur
    – le VisualVoiceMail pour éviter de se taper la voix virtuelle des répondeurs
    – les mails en lecture normale, comme sur un ordinateur
    – les vidéos YouTube en accès normal
    – les plans
    – l’interface tactile hyper-agréable et réussie

  4. @willow
    Personne ne t’oblige à acheter un smartphone.
    L’écran n’est pas trop petit pour du surf en complément d’un ordinateur.
    L’absence de flash ne gène pas dans 90% des cas. En fait, à part les sites X et certaines pubs, on ne s’en rend même pas compte.

    Avant l’iPhone, la réalité du web mobile se résumait à néant.

  5. Question : est-ce que le fait de proposer une interface « alternative » à la consultation web classique (je parle des applications destinées aux pauvres iPhones) ne rend pas les sites « un peu plus figés » ?
    Je m’explique : quand on n’a qu’une voie de consultation (+ rss par exemple), on reste relativement libre de tout changer (moyennant une bonne gestion de la foultitude de browsers).
    Mais quand on a une (ou plusieurs) applications qui remplacent la consultation web « classique » sur certains appareils, j’imagine qu’on réfléchit encore davantage avant de changer quoi que ce soit à son site. Je me trompe ?

  6. mmhh
    j’ai de plus que gros doutes quand à la linéarité de l’échelle de mesure de la coquille de nautile. C’est beaucoup trop beau pour être vrai. on est a la limite du mal-traitage de données là !
    -1

  7. @ yovoa
    Utiliser une échelle linéaire sur un diamètre, sachant que la perception visuelle de la valeur mesurée est fonction de la surface est effectivement un habile moyen de déformer la réalité à son avantage…

    Des méthodes très en vogue à Cupertino, même si l’infographie ne vient pas d’Apple à priori

  8. Some time before, I needed to buy a house for my firm but I did not earn enough cash and couldn’t buy something. Thank goodness my mother adviced to take the loan at creditors. Therefore, I did that and used to be happy with my short term loan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité