Première mondiale: un ordinateur bat un champion aux échecs Japonais

Shogi_Echecs_Japonais

Le Shogi est l'équivalent Japonais du jeu d'échecs. Plus complexe, il a pour origine le chaturanga, jeu d'échecs Indien datant du VIème siècle. Or si en 1997 l'ordinateur Deep Blue d'IBM avait été le premier à battre un champion d'échecs (version occidentale) professionnel, Gary Kasparov, aucun ordinateur n'avait à ce jour battu un champion professionnel au shogi.

C’est désormais chose faite puisque Akara 2010 (c’est le nom de l’ordinateur) a battu Ichiyo Shimizu, championne de Shogi au Japon. Cette première s’est déroulée à l’université de Tokyo. La partie a duré six heures et 86 mouvements de pièces ont été effectués. Pour la petite histoire Akara est un mot Boudhiste singifiant 10 à la puissance 224, soit le nombre de parties possibles au Shogi. Par comparaison, le jeu d’échecs occidental n’a « que » 10 puissance 123 combinaisons possibles.

[via newscientist]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ah merde, c’est pour ca que je trouvais assez coriace la fille contre lequelle j’ai joué hier et dont je contrôlais l’ordi avec mon cheval de Troie o_O

  2. Merci d’indiquer vos sources, dans le respect des conditions légales associées aux images tirées des projets de la Fondation Wikimedia.

    https://secure.wikimedia.org/wikipedia/commons/wiki/File:Shogi_Ban_Koma.jpg?uselang=fr

    Board and pieces of shogi, Japanese chess. Photographed on 16 March 2005.

    Pieces on this side are set as an initial state, and those on the opposite side are set on the reversed faces.

    Source: Photographed by Tamago915

    Ce fichier est disponible selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported

    Vous êtes libre :

    * de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
    * d’adapter – de modifier cette œuvre

    Sous les conditions suivantes :

    * paternité – Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’œuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre).
    * partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer l’œuvre résultante sous la même licence ou une licence similaire à celle-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité