Les exosquelettes au secours des paralysés

elegs

La femme que vous voyez sur la photo ci-contre s'appelle Amanda Boxtel, une Américaine devenue paraplégique en 1992 à la suite d'un accident de ski.

Partiellement paralysée, elle participe aux phases tests d’un nouvel exosquelette baptisé eLEGS réalisé à des fins médicales et qui pourrait bientôt permettre aux paralysés de marcher à nouveau.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=WcM0ruq28dc[/youtube]

eLEGS est actuellement en phase de tests dans les locaux de Berkeley Bionics à Berkeley en Californie. Contrairement aux autres exosquelettes comme le XOS-2 de Raytheon ou le HULC, ce projet n’a pas pour but de créer des  supersoldats à la force décuplée, mais propose une approche médicale visant des patients souffrant de lésions à la colonne vertébrale entrainant une perte de mobilité.

Ainsi, l’exosquelette permettra à des patients partiellement paralysés de marcher à nouveau en assistant leurs fonctions motrices, et en prenant le relais là ou le corps n’exerce plus aucun contrôle.  eLEGS  de par sa conception permettrait également une meilleure régulation de la circulation sanguine ainsi qu’une meilleure digestion des patients.

Le concept est composé d’un bloc de commandes monté en sac à dos connecté à une structure venant s’attacher le long des jambes du patient. L’ensemble est piloté par 4 moteurs, un pour chaque hanche et genou tandis que la cheville est articulée par un ensemble de ressorts orientant systématiquement celle-ci dans l’angle le plus adapté à une pose correcte du pied au sol, du talon vers la cheville, afin de reproduire le plus fidèlement le mouvement de la marche.

Des capteurs placés sur les articulations informent en temps réel la commande centrale qui détermine ainsi des actions à produire pour produire une marche naturelle tout en sécurisant l’avancée du patient.

Complétement autonome, eLEGS s’appuie sur une batterie Lithium-cobalt pour assurer ses fonctions sans avoir à être reliée par un câble et devrait permettre plusieurs heures de marche.

Pas question pour autant de tomber dans la science-fiction et de voir l’exosquelette connecté façon Dr Octopus directement à votre moelle épinière, le contrôle de l’ensemble est réalisé à l’aide des béquilles fournies au système.

En, effet, si l’exosquelette est capable de supporter seul le poids du patient, des béquilles spécifiques permettent d’apporter l’équilibre à celui-ci, et également d’envoyer un ensemble de commandes à l’unité qui en contrôle le fonctionnement.

Un capteur situé au point de contact avec le sol sous chaque béquille permet de transmettre à l’exosquelette quelle jambe doit être avancée, et permet ainsi d’anticiper le déplacement du patient. D’autres commandes simples comme le fait de poser les 2 béquilles simultanément permettent d’engager le passage de la position debout à assise, ou encore de réaliser virages ou demi-tours.

Berkeley Bionics annonce qu’il s’agit là de l’exosquelette offrant la plus grande amplitude concernant la flexion du genou, permettant ainsi d’offrir une expérience de déplacement la plus fidèle à la marche naturelle.

eLEGS n’est pas le seul exosquelette produit à des fins médicales, on se souviendra de Rewalk d’ Argo Technologies en Israël qui utilise un procédé et une architecture similaire et qui devrait voir sa commercialisation autorisée d’ici 12 à 18 mois.

Selon Grant Elliot, chercheur spécialisé dans les Exosquelettes au MIT Media Lab, ces systèmes d’assistance à la réhabilitation sont plus que prometteurs, et que l’élément clef de leur généralisation sera certainement la miniaturisation pour faciliter les déplacements des utilisateurs tout en limitant les risques d’accrochage.

Chez Berkeley Bionics, l’idée est déjà bien encrée, puisque le projet tend vers une version plus fine fonctionnant sur des batteries plus petites, et qu’à l’avenir la volonté de la société est de proposer une version de ses eLEGS capables de se porter sous les vêtements.

Les tests cliniques cette fois devraient être lancés début 2011 pour eLEGS, son coût annoncé se situant aux alentours de 100 000$

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Merci.
    Merci et merci à ces personnes de penser à des technologies autres que des téléphones portables, ipad et autres objets futiles. Merci à ces gens d’aider des personnes à essayer de vivre normalement.
    Merci.

  2. Merci pour cet article clair qui ajoute des infos que je ne connaissais pas ! Belle technologie, qui servira jusqu’à qu’on arrive à remettre en fonction les jambes biologiques, dans un futur plus lointain hélas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité