Les services secrets américains ont infiltré Facebook

privacy

Des agents fédéraux qui infiltrent les réseaux sociaux en devenant amis avec leurs cibles, depuis un centre de commandement spécialement mis en place.

Un mauvais scénario de série télé?

Non la réalité de 2010.

Ce sont les militants pour la liberté électronique de l’Electronic Frontier Foundation qui ont dénoncé le pot aux roses, documents à l’appui.

Ces documents sont extraits d’un mémo rédigé par les services américains de l’immigration. La stratégie mise en place consiste à exploiter les « tendances narcissiques » des utilisateurs de Facebook pour devenir « ami » de candidats à l’immigration aux Etats-Unis sur le réseau social, en espérant que les cibles ne réaliseront pas avoir permis à un agent fédéral d’accéder à leurs profils à la recherche de preuves de fraude, par exemple un mariage blanc.

L’EFF explique qu’un commentaire inoffensif, exagéré ou même obsolète peut déclencher toute une enquête des services d’immigration. Au delà du côté presque comique à imaginer un agent fédéral en costume cravate en train de surfer sur Facebook en essayant de faire ami-ami selon une procédure décrite par un organigramme opérationnel dans une sorte de Manuel Officiel du Parfait Espion sur Facebook, il y a bien sur un véritable enjeu de liberté électronique. Les militants de l’EFF ont donc invoqué la loi américaine sur la liberté de l’information pour porter la question devant la justice du pays.

Dans le doute, si un gars avec des lunettes de soleil noires et tenant un petit stylo argenté veut copiner avec vous sur Facebook, nous vous conseillons de décliner l’invitation. [Electronic Frontier Foundation via ValleyMag]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. On fais bien nous aussi tous notre petite enquête sur nos connaissances via Facebook alors pas vraiment étonnant que les services secrets fassent de même..

    Ceci dis, je ne crois pas que ce soit les services secrets américains qui lutent contre les mariages blancs.. Plutôt autre chose genre le FBI ou je ne sait quelle agence de ce type..

  2. Mon colocataire avait une fois écrit sur le tchat de Facebook a un de ses ami en affirmant que notre 3e colocataire faisait parti d’une cellule souche d’al qaida. (c’était une joke)

    Il m’a assuré qu’une personne l’a contactée juste après via le tchat facebook -une personne qui n’était pas présente dans sa liste de contact- en insistant pour qu’il donne plus d’info sur notre colloc!

    ça s’est passé à Québec.
    J’ai pas souhaité retenter l’expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité