Google galère pour proposer des contenus originaux dans son système pour téléviseurs

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=vS0la9SmqWA[/youtube]

Google et ses nombreux FAIL commencent à inquiéter.

Il y a quelques années, la firme de Mountain View avait tenté de s’initier à la radio. Elle avait donc fait l’acquisition d’une société spécialisée dans l’édition de logiciels de gestion de programmes radiophoniques.

Mais quelques mois plus tard, ce projet avait été abandonné et cédé à une société tierce.

Dans la télévision, Google va-t-il revoir ses plans et se transformer lui-même en média avec toutes les contraintes que cela implique en terme d’achat de programmes et diffusion de ces derniers ?

S’il veut séduire le plus grand nombre de constructeurs de postes de TV d’intégrer son système et par extension séduire les utilisateurs d’acheter des appareils équipés de ce système, Google doit avant tout convaincre les éditeurs de contenus.

Et c’est mal parti puisque trois chaînes télévisées américaines d’envergure que sont ABC, CBS et NBC, viennent d’interdire à la Google TV d’accéder à leurs contenus notamment à cause du risque de piratage (et donc de pertes de revenus).

Ce genre de refus pourrait s’enchainer à travers le monde puisque les diffuseurs ne sont pas décidés à laisser leur pouvoir et leurs contenus dans les mains du géant américain.

Mais les médias ne sont pas les seuls à se positionner comme un obstacle de taille pour la firme américaine.

En effet, les fournisseurs d’accès à internet (FAI) vont également montrer quelques réticences lorsqu’il s’agira d’acheminer le trafic émanant du réseau de Google pour tenter de freiner la mort programmée probable de leur décodeur TV maison.

“Aujourd’hui, dans les réseaux, la valeur c’est l’abonné” expliquait un spécialiste des réseaux IP à nos amis de ITespresso.

En clair : le fournisseur d’accès peut décider de montrer ses muscles et faire payer Google pour accéder à ses abonnés finaux via son réseau. Et nul doute qu’ils ne se priveront pas de le faire lorsque ce n’est pas déjà le cas.

Une solution qui apparait comme inévitable pour palier la perte de revenus pour les FAI que risque d’entrainer l’adoption progressive des TV connectées à Internet qui embarqueront, par exemple, des applications de vidéo à la demande payantes auparavant accessibles via les « box ».

Enfin, les FAI et les éditeurs de chaînes travaillent déjà ensemble puisque l’un diffuse l’autre.

Et comme chacun l’aura compris, les deux n’ont aucun intérêt à voir l’ogre Google venir bousculer leur business comme il a déjà pu le faire dans d’autres secteurs.

La seule solution est donc de décourager les constructeurs de proposer un système inabouti et qui ressemblerait à une coquille vide faute de contenus. D’où une certaine interrogation sur l’avenir de Google dans la TV avant même que le système n’arrive sur le marché…

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Pourquoi s’embêter à multiplier les formules média : tv, web tv, google tv, internet, etc… Pondez nous un écran tv avec disque dur et accès classique à internet et ce sera très bien.

    1. L’idée est bonne pour le consommateur, mais peu probable du point de vue des FAI: en France, certaines chaînes sont très regardantes sur la sécurisation de leurs flux (typiquement TF1 et M6) et refusera de se faire diffuser au moindre doute de possibilité de pirater la box.

      En ce sens, la Google TV est moins sécurisée et moins sécurisable qu’une système ‘hoe made’ fermé de partout. L’exemple du rootage systématiquement réussi sur l’ensemble des terminaux Android est assez parlant à ce niveau.

    1. « faut que c’est directement intégrer  »

      Dieu voulu que le François renaisse de ses cendres, mais l’homme s’y opposa et dieu, pour la première fois, n’y pu rien…

  2. @Armand Quainon, je ne pense pas que que les FAI ou plutot les fournisseur de de media (chaines TV) on envi d’installer l’OS de google dans les box. Android est beaucoup trop souple et ouvert, le piratage serait beaucoup plus facile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité