Test du Blackberry Torch : partie 1

BlackBerry_Torch_9800-main

J’ai reçu la semaine dernière le petit dernier de RIM, un iPhone Killer qui veut séduire les entreprises, je veux parler du BlackBerry Torch.

J’ai reçu ce smartphone dans le cadre d’un partenariat avec Gizmodo. RIM ne voulait pas d’un publireportage mais d’un vrai test réalisé en toute objectivité. Chiche ! Je fais donc ce test en toute transparence, sans compromis pour RIM et avec ma verve habituelle.

Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses.

  • Présentation rapide

Le BlackBerry Torch est un smartphone de type slider qui tourne sous le nouvel OS BlackBerry 6.0. Il combine un écran tactile capacitif  de 8 cm qui gère le multitouch, un clavier AZERTY coulissant, un pad sensitif, un appareil photo 5 MP autofocus avec flash,  l’A-GPS, Wi-Fi, Bluetooth, 3G+,  EDGE, Quadribande, Carte micro SD 4Go, (avec extension jusqu’à 32Go), un processeur de 626 Mhz,  512 Mo de RAM….

  • Premières impressions

Quand on déballe la bête, la première chose que l’on remarque est son poids : 160 grammes. Le porter à votre oreille ne va pas vous muscler, mais quand on l’a dans sa poche, on ne peut pas l’ignorer.

Il est agréable à tenir, il fait très massif et solide. On ne ressent pas le besoin de le protéger dans un étui, à la limite, on pourrait mettre un film transparent pour protéger l’écran. J’ai tout de même constaté un défaut récurrent pour les sliders. L’écran déployé a un peu de jeu. Il bouge légèrement quand on tape dessus. Je ne sais pas si c’est juste pour l’appareil que j’ai eu en test, mais c’est un fait qui ne peut être ignoré pour un produit haut de gamme comme celui-ci.

La finition est très soignée. Mais il est un peu épais à mon goût.

  • Design

Pour verrouiller l’écran tactile, il suffit d’appuyer sur un bouton qui se trouve en haut à gauche du téléphone (à droite c’est pour désactiver le son).

Sur le côté, se trouvent les boutons de volume et le jack pour le casque. Et il y a également un bouton dédié pour l’appareil photo.

Faire coulisser le clavier peut s’avérer maladroit, car on peut appuyer sans le vouloir sur le pad sensitif ou sur le bouton qui désactive l’écran. Rien de bien méchant, mais ça mérite d’être signalé. Une petite aspérité ou une encoche pour caler le pouce quelque part aurait permis d’éviter ce problème.

Subjectivement : je trouve le BlackBerry Torch très ostentatoire. Quand je dis ostentatoire, je veux dire qu’il s’affiche clairement comme un téléphone pour patrons ou cadres dynamiques. J’imagine déjà ceux qui le poseront sur la table à côté des clés du Yacht, de la grosse montre qui prouve que vous avez réussi votre vie et des lunettes de soleil de marque.  Et pour finir, son design est résolument masculin. Toutes les filles à qui je l’ai montré l’ont trouvé trop gros (je parle du téléphone, pas de moi) mais plutôt sympa (Hélas, je parle encore du téléphone).

  • Navigation

Un des grands atouts de ce téléphone est le choix qu’il propose. Quand les autres téléphones sont soit tout tactile, soit tout clavier, celui propose une navigation dans les menus et options, avec l’écran tactile ou le pad sensitif. Pour écrire, un clavier virtuel apparait automatiquement quand il est nécessaire et disparait si vous faites coulisser le clavier AZERTY.

Les applications sont classées en cinq catégories : Tous, Favoris, Multimédia, Téléchargements, Fréquents.

  • Le pad sensitif

Le pad sensitif est chatouilleux et hyper réactif. Heureusement, on peut régler sa sensibilité dans les préférences. D’après les utilisateurs BlackBerry que je connais, on s’y fait très vite et utiliser ce pad se révèle à l’usage pratique et rapide. Je confirme après 5 jours d’utilisation, je commence à me balader très rapidement dans les menus.

  • L’écran tactile

La navigation au doigt est rapide et précise. La surprise : l’écran gère le multipoint. La personnalisation de la barre de navigation se révèle encore une fois très pratique et permet ainsi d’accéder rapidement aux fonctions que l’on recherche. Le clavier virtuel est très bien fait et en mode paysage, il est suffisamment large pour taper confortablement.

  • Le clavier AZERTY

Comme sur tous les BlackBerry, il ne faut pas avoir des pouces de 12 kg pour écrire un SMS ou un mail. En cherchant un peu, on trouve rapidement un coin d’ongle qui se révèle assez précis pour taper et je me suis surpris à écrire un message à une vitesse tout à fait décente. Là encore, mes copains habitués aux Blackberry tapent à une vitesse hallucinante et me laissent loin derrière eux.

Bonne surprise : regardez bien… le clavier est rétroéclairé. On peut donc envoyer des SMS de nuit sans allumer la lumière. Une fonction appréciable si on ne veut pas utiliser le clavier virtuel.

Dans la deuxième partie, je m’attarderai sur l’appareil photo, le BlackBerry OS 6.0 et ses nouveautés, la navigation Web, l’autonomie etc… avant de donner mon verdict dans une troisième et dernière partie[BlackBerry Torch]

Test du Blackberry Torch  :

La première partie du test

La deuxième partie du test

La troisième partie du test

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Je t’assure pourtant que c’est le cas… Le Torch va repartir bien emballé ce jeudi à l’agence de com’.
      Il arrive parfois qu’on garde un produit (mais c’est en général ceux dont les frais de port sont plus élevés que le produit lui-même. )

  1. l’expression « ceci dit » est malheureusement impropre dans cet article.
    il aurait fallu écrire « cela dit » (ou « cela étant dit »).

    quand on utilise le mot « ceci », c’est pour évoquer quelque chose dont on va parler ensuite (pas avant).

    exemple :
    je peux vous dire ceci : on va me traiter de casse couilles :o)
    cela étant dit, vous n’avez peut être pas tort

  2. Moi quand j’ai vu la pub a la tv, expliquant tous ce que l’on peut faire avec.. Il m’a tout de suite fait penser a ce que j’ai decouvert sur mon iphone 3g…

  3. Elle fait peur cette objectivité, parce que faut dire que certaines fonctions: clavier + tactile existe depuis un bon petit moment, le N900 n’est qu’un exemple.

    je trouve dommage la prise Jack sur le coté, c’est pas vraiment pratique lorsque le téléphone est dans la poche, la prise risque d’être tordue.

    Il est certes un peut plus épais que les smartphones mono-technologie( tactile ou clavier) mais là on a les deux, c’est comme pour le N97: il est balèze.

    J’attend vraiment comment on va réussir a faire un test objectivement de BB OS 6 sachant que c’est juste une mineur évolution de l’OS 5
    et aussi pour la navigation GPS, si elle est vraiment potable.

  4. Comme AAAAAAAAAAAHHHHH etc…
    bravo pour le non publireportage.

    Pour le moment vous êtes resté dans le très superficiel je dirais.
    Pour l’avoir touché dans une boutique, vous pensez quoi du rebord inférieur du clavier? Je pense qu’il peut gêner pour une frappe vraiment rapide non?

    Vivement les numéros deux et trois du test !

    1. pour le rebord inférieur du clavier, il ne gêne pas du tout, au contraire.
      Sans lui, le smartphone finirait souvent par terre. Car lorsque l’écran est déployé pour découvrir le clavier, le centre de gravité du téléphone remonte. Lorsqu’on tape, on maintient (en partie) l’appareil avec les premières phalanges des pouces.

  5. génial ! j’ai hâte de voir la suite du test. sur les applis surtout, parce que j’ai un BB curve, c’est génial, j’adore avoir de vraies touches sur mon téléphone, mais je surfe très mal (on ne peut pas mettre de comm sur la plupartd e sblogs par exemple)

  6. It’s perfect time to make a few plans for the future and it’s time to be happy. I’ve learn this put up and if I could I want to counsel you some fascinating issues or advice. Perhaps you could write subsequent articles regarding this article. I want to learn more issues approximately it!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité