Condamné pour un tweet

KirkDouglasSpartacus

"I am Spartacus", et vous? Non, il ne s'agit pas d'une blague sur les gladiateurs mais d'un signe de solidarité émis dans de nombreux tweets (tapez le hashtag #iamspartacus sur twitter, vous verrez). Mais de quoi peut-il bien s'agir?

Dans le film Spartacus, Antoninus puis tous les gladiateurs expriment leur solidarité à l’endroit de Spartacus en répétant « I am Spartacus ». Sur twitter, la solidarité est adressée à Paul Chambers. Ce dernier vient d’être condamné en appel dans le Yorkshire. Il écope d’une amende de £1.000 (1175€) et de £2.000 (2351€) pour couvrir les frais de justice. De plus, il a perdu son poste de DAF (Directeur Administratif et Financier) suite à son arrestation. Son péché originel tient en moins de 140 mots: « Robin Hood airport is closed. You’ve got a week and a bit to get your shit together, otherwise I’m blowing the airport sky high!! ». Il s’agit d’un tweet décrit comme une plaisanterie de la part du condamné mais que la juge Jacqueline Davis a jugé menaçant (« …autrement je vais faire voler l’aéroport en éclats »). Outre le côté « fait divers », cette histoire soulève des questions juridiques auxquelles la justice anglaise a répondu. Mais qu’en serait-il dans d’autres pays et notamment en France? Pourrait-on également y être condamné pour un tweet avec une jurisprudence à la clef.
NB: l’aéroport « Robin des bois » existe bien; il est situé à côté des villes de Doncaster et de Sheffield en Angleterre. Et c’est peut être la seule chose qui soit drôle dans cette histoire.

[via guardian]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ca fait comme dans minority report tweeter maintenant??
    On va être condamné parce qu’on est un peu énervé et qu’on dit les choses a la va vite sans réfléchir?
    Franchement politique et justice sont totalement a l’ouest avec internet, ils devraient arrêter de s’en mêler, ca risque d’être de pire en pire …

  2. En même temps la signature électronique est désormais légale. Il n’a pas nier le fait d’avoir écrit un truc qui est en soi signé puisque afficher comme émanant de son compte tweeter. Légalement cela reviendrait exactement à la même chose que d’envoyer les même termes sur une feuille signée de son nom!
    Je ne pense pas que la justice soit « complètement » à l’ouest du coup! Elle est là pour appliqué un juste jugement en fonction des lois! Ce sont les actes qu’elle juge, pas les lois…
    Ensuite si les gens sont assez stupides pour proférer, in facto, des menaces d’attentats.
    Arrêtons de déresponsabiliser les gens parce qu’ils sont derrière un écran

    1. La signature électronique est légale mais :
      – pas reconnue partout
      – il n’y a pas de signature électronique dans tweeter (par défaut en tout cas. Je ne sais pas s’il est d’ailleurs possible de signer).

      Ne pas confondre authentification et signature électronique, qui relève d’un processus bien plus compliqué (cryptage …).

  3. Tout est dans la notion de responsabilité.

    Quel que soit le support de communication, que ce soit dans un article de presse écrite ou pour un propos tenu en public, on reste responsable de ce qu’on dit.

    Au final, le juge ira voir sur le fond la légalité des propos tenus, et ne laissera pas passer un propos haineux, ou xénophobe, au motif que celui-ci est dit sur une page du net au milieu de milliers d’autres.

  4. Et non on ne peut pas tout faire derrière un écran… Comme dit plus haut cela revient au même que d’ appeler ou d’envoyer une lettre de menaces avec son nom!

    Il n y a rien d’ anormal à ça! Il n’avait qu’à réfléchir un minimum avant.

    A titre d’ exemple que feriez-vous si vous tombez sur un « site » qui menace de faire sauter un endroit public (ou votre lieux de travail)? Et apprécieriez-vous que la police vous dise « non c’est une blague » et ne recherche même pas l’auteur?

  5. Il s’agissait d’une réaction à l’emporte pièce

    Un tweet, SMS, mail ou commentaire sur gizmodo n’est pas un site web. C’est de l’instantané, de l’immédiat.

    Un site web se prépare, se construit et enfin se publie et étant mis en ligne. Faut du temps et la personne qui écrit un texte de haine a eu le temps

    Ici il s’agissait d’un coup de colère, évidemment que cette personne allait pas faire sauter un aéroport.

    Vous êtes en train de construire une société de peur et de sanctions pour tout. Sachez que j’utiliserai ces même lois contre vous si vous dites des choses qui ME déplaisent.

    Vous voulez tellement d’une société ou la moindre gaffe détruira votre vie ?


    Pendant ce temps, il arrive que des gens racontent leur malheur sur Facebook, blog ou fil de forums et on les ignore, on se moque d’eux et un jour ils se suicident « subitement ».

    Soyez attentif à autrui mais pas seulement pour lui détruire sa vie ! On a pas arrêté un terroriste barbu ici ! On a seulement détruit la carrière de quelqu’un pour une connerie. Une connerie effrayante mais une connerie.

    En étant apeuré par notre propre ombre nous allons faire le malheur.

    Vous n’avez pas aidé à vivre en sécurité
    Vous ne responsabilisez personne, vous encouragez simplement la pression sociale
    Vous faites un amalgame délirant entre un propos de frustration et des lettres de menaces pour harceler d’innocentes personnes. L’enquête a montré bien vite que c’était qu’une bêtise par une personne banale.

    L’amalgame est le premier outil pour imposer le fascisme. Tout sera comparé à l’ignoble pour vous faire admettre qu’il faut tout interdire.

    Et on fermera les commentaires gizmodo.

      1. La justice ne s’applique qu’a ceux qui ne peuvent se défendre, et à certaine occasion on fait des exemples comme le trader français. Y’a tout un tas de tueur sanguinaires qui marche libre.

  6. A quand la condamnation de Daniel Balavoine pour ses propos anarchistes, appelant au meurtre des juges et du législateur, à travers la chanson « mon fils ma bataille » ?

  7. A mon avis, étant donné que le phénomène « réseau social » est assez récent, il doit y avoir une sorte de jurisprudence pour décourager les gens à publier ce genre de propos. C’est une sorte d’exemple à mon avis, et le pauvre gars en prend pour son grade. Après, je pense que le vrai débat est surtout autours de la liberté d’expression sur Internet et, si on pousse un peu plus loin, sur la liberté d’expression tout court…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité