De chair, d’os, de sang et de chaîne…

Chain man needs handout

Alors là, attention, âmes sensibles s'abstenir pour ne pas rendre votre petit-déjeuner ou vous couper l'appétit dominical ! Cette histoire stupéfiante (et dramatique...) se déroule en Chine. Un jeune homme se retrouve aujourd'hui enchaîné jusqu'à la chair.

Alors que le pourrissement gagne progressivement son bras, il en appelle à l’aide et une opération chirurgicale pour sauver ce qui peut encore l’être.

Il y a quelques années Zhang Chuanqiu (27 ans) avait été condamné à être enchaîné à une grange à la suite d’un prêt. Raison de cet enchaînement ? En manque de ressources financières, il ne parvenait malheureusement pas à rembourser la somme et fut donc enchaîné jusqu’à ce que sa mère le libère finalement.

Le temps a fait son ouvrage. Mauvais. En effet au fil des semaines, la chaîne s’est progressivement introduite dans son avant bras. Oui, ce jeune chinois se retrouve aujourd’hui enchaîné jusqu’à la chair.

Alors que le pourrissement gagne du terrain il en appelle à la générosité internationale afin de disposer d’argent pour passer sur la table d’opération ce qui ne devrait pas empêcher l’amputation mais stopper l’infection. Souhaitons lui de réussir à mobiliser…

[Austrian Times via Geekosystem]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Etrange histoire…

    A noter que sur la source de votre info, ils laissent penser qu’il pourraient sauver sa main : « … surgeons have told him he needs for an operation to remove the chains and save his hands from further infection »

  2. et bien et dire qu’on critique la france ! on a juste a regardé nos voisin pour ce dire qu’il sont complettement taré et qu’on est peut etre pas si mal !

    franchement j’ai vraiment les boulles pour lui !

    1. Nos voisins???
      Hum… Il y a environ 5000 kilomètres entre la Chine et la France, et approximativement 7 pays entre les deux.
      C’est pas réellement ma définition du mot « voisin ».

    2. Et depuis quand, parce que c’est pire ailleurs, il ne faut pas se plaindre ?

       » Hooo vous avez perdu une jambe ? Et bien mon bon monsieur ne vous plaignez pas, certains en perdent deux  »

      Mais bien sur !

      Ca n’est pas les chinois qui nous apprennent à être raisonnable, c’est eux qui ont de l’espoir en des jours meilleurs en nous voyant.

      Tssss… Julien mais quelle bêtise, c’est effrayant.

      1. @ Valentin : Tu es un bon français toi, toujours à te plaindre. En attendant si on ne se base pas sur ce qui existe, ça va être dur d’estimer où on en est. Et je pense qu’en France on peut s’estimer heureux.
        Mais vas y plains toi si tu as du temps à perdre…
        Tssss…

        1. Tu veux des arguments pour justifier qu’en France on est le pays où les conditions de vie sont les meilleures?
          Salaire minimum, sécurité sociale, Droit Individue de formation, abolition de la peine de mort, système de redistribution (critiquable certes mais permet de gommer quelques inégalités), système de santé bien équipé, système éducatif obligatoire et accessible à tous, pas de guerres depuis plus d’un demi siècle… etc etc, tu peux en rajouter si tu veux.

        2. @Flooo! : Vous oubliez un petit détail assez conséquent, mon cher : depuis la loi Pompidou de 1973, l’Etat n’a plus le droit régalien de battre monnaie (donc perte de souveraineté) et est obligé d’emprunter à taux élevé sur les marchés financiers (donc ce sont eux les vrais souverains, quoi qu’on en dise). Avec en plus le décrochage des monnaies de l’étalon or par Nixon en 1971, ça a conduit inévitablement à une explosion de la dette publique jusqu’à la situation l’on a aujourd’hui (montant de la dette publique en France = plus de 92000 EUR par personne payant l’impôt sur le revenu. Rendez-vous compte de l’énormité !!! Ca augmente exponentiellement, et chaque année, on paie des intérêts phénoménaux là-dessus. Et on s’étonne qu’on ne peut plus financer les retraites et les services publics !!!).
          Donc en 40 ans, c’est vrai qu’on a fait beaucoup « d’avancées sociales » et que nos ainés ont bénéficié d’un confort incontestable. Mais en prenant un peu de recul, on peut se demander à quel prix ? Maintenant il va falloir assumer les lourdes conséquences, alors même que ce système de dépendance suicidaire aux marchés financiers n’a toujours pas changé, et qu’il a même été reconduit au niveau européen par Maastricht.
          Donc, cher ami, ouvrez les yeux : le petit confort français que vous décrivez est une illusion qui repose sur une énorme bulle qui va éclater prochainement. Les gens ont raison de se plaindre, clairement. Mais ce n’est pas en manifestant dans la rue que ça changera les choses. Il faut taper à la source du problème : le système bancaire et financier. Un appel à un retrait massif de notre argent des banques serait autrement plus efficace pour faire bouger le gouvernement.
          Mitterrand avait essayé de changer la donne en nationalisant les banques, Balladur a ensuite tout reprivatisé (c’est purement criminel). Merci la droite française. Aujourd’hui le monde entier fonctionne sur cette politique de la bulle de la dette qui ne cesse d’enfler, et le jeu consiste à espérer que les autres s’écrouleront avant soi-même. Mais à l’heure de la mondialisation des systèmes bancaires et financiers, et l’interconnexion des systèmes d’information, il ne faut pas se leurrer : quand l’un tombera, tous les autres tomberont. Et ça sera un vrai carnage.

          Ainsi, mon cher Flooo!, je vous souhaite de bien profiter du plaisir naïf que vous éprouvez à vivre dans cette si douce France. Faites attention à vous.

          Amicalement.

    3. @coincoin effectivement, on peut constater que les pays qui ont nationalisé les banques sont les pays qui s’en sortent le mieux dans le monde : l’URSS, Cuba, le Vénézuela… Ça fait vraiment rêver, d’ailleurs les américains ne fuient-ils pas leurs banques privées sur des radeaux de fortune pour aller à Cuba ?

  3. Allez y faites vos dons ! C’est justement ce que veut son gouvernement ! Au moins ils auront pas a sortir les billets pour lui, et vu qu’il y a des bonnes consciences a l’autre bout du monde pour le faire… Ils ont tout gagné :)
    Cependant c’est malheureux pour lui. Mais si on s’arrête a toute les misères de ce monde, c’est pas notre porte monnaie qui résoudra tout cela ni faire preuve de bonne conscience…

  4. Je suis le seul à penser que ça ressemble à un fake ? Enfin j’ai pas de conviction mais ça paraît énorme quand même…Certes la Chine n’est pas connue pour son respect des droits de l’homme, mais là ça me surprend un peu quand même…Et puis autre chose : je suis étudiant en médecine et je suis étonné : si l’incrustation de la chaîne s’était faite au fil des années, le bras se serait déformé au fur et à mesure des contraintes, mais y’a pas de raison que la peau s’ouvre et que la gangrène s’installe…Ou alors si rupture et infection il y a, ça n’aurait pas attendu des années, ça se serait fait dans les premières semaines de contact entre la chaîne et la chair…
    Regardez un arbre planté près d’une clôture : après quelques années, l’écorce « moule » la clôture, mais ne s’ouvre pas, et l’arbre ne s’infecte pas…

  5. Malheureusement ça n’est pas un cas isolés. Beaucoup de gens dans le monde (surtout en Afrique et en Asie) sont enfermés et enchaînés à vie pour diverses raisons (psychiatrie, religion, viol …) et se trouvent victime du même phénomène.

    1. Moi c’est la première fois que je vois ça. J’ai l’impression qu’il faudrait que des barbares aient attaché ce gosse depuis dix ans pour que ce soit possible, comment aurait-il survécu aux infections et comment n’est-il pas plus déformé, c’est bizarre.

  6. Mouais et dire que chez nous certaine personne se perce le crâne pour y mettre des implants (pics…) lui il a fait fort 😉
    Sans déconner …. Si c’est vrai c’est malheureux bien que j’ai un doute ….
    Mais avant d’envoyer de la thune pour un mec a 5000km que vous ne verrez jamais et qui ne recevrez probablement jamais l’argent allez acheter un couverture bien chaude et la donner a un sdf en France ….. Faudrait peut être déjà aider les miséreux qui sont chez nous vous croyez pas ???

  7. ça sent le fake à des km ! non mais le mec serait déjà mort depuis belle lurette à cause de l’infection ! non mais pas besoin d’être médecin pour affirmer que celà ne peut pas exister ! n’importe quoi !

  8. dans la vraie source on voit une autre image qui fait beaucoup moins fake :
    http://austriantimes.at/image/19092/news/Around_the_World/2010-11-11/28315/Chain_Man_needs_Handout_
    De plus c’est une prison ILLÉGALE donc les propos limites genre « quand on voit les voisins on est mieux chez nous » sont totalement infondés, qui te dit (julien) qu’il n’y a pas quelqu’un voir un enfant dans le grenier de ton voisin dans des conditions encore pires …

    1. Je ne peux m’empêcher de penser à un fake.
      Prison illégale, le nom du prisonnier est donné. C’est pas très stratégique.
      Je peux me gourer, mais je vote pour un fake. Les photos ne prouvent malheureusement rien…

  9. Si c’est un fake, ben tant mieux il a réussi à arnaque des gens de bon cœur, Si c’est pas un Fake, qu’il s’en sorte.

    Je trouve pas les chinois plus pire qu’un autre peuple.
    J’aimerais bien qu’on m’explique pourquoi les ricains utilisent des balles rempli d’uranium appauvri sur des civiles?
    Ceci pour celaPourquoi ils font appelle à des milliers de mercenaires (voleur, violeur, pilleur…) ?.

    1. Ton argumentation ne tient pas debout. Quel rapport avec la choucroute ? Là on parle d’agissements illégaux même en Chine, pas du coup de la balle du condamné à mort chinois que les autorités facturent à la famille et pas du pauvre père condamné par les autorités pour avoir qui a voulu protester contre l’intoxication de son bébé par une entreprise chinoise de production de lait « maternisé » et hélas additionné de mélanine.
      L’emploi de l’uranium appauvri par les militaires américains est autre problème, sans rapport, qui illustre les horreurs de la guerre technologique, et qui toucherait les civils au moins indirectement au moins par les effets toxiques de l’uranium en tant que métal lourd, comme le plomb ou le mercure.

  10. Ce n’est pas un fake ils viennent d’en parler sur CCTV ( central chine TV ), ils ont donnés plus de détail comme quoi il avait emprunté à un créancier qui se fait justice tout seul. Cela s’est aussi passé dans une campagne reculée ou le gouvernement ne maitrise pas grand chose. Et apparemment il ne s’agirait pas d’un cas isolé.
    a
    Nous vivons dans un monde magnifique les amis :)

  11. Ce qui me ait pencher pour le fake tient simplement au fait que je ne comprend pas pourquoi les maillons n’ont pas été coupés…
    Si j’avais ce genre de saloperie, je ferais en sorte que ça me gêne le moins possible, et je virerais les maillons libres… mais faut reconnaître que c’est moins spectaculaire.

    1. Seulement si ce genre d’agissements était prouvé (est-ce que cette horreur est un fake ?) et seulement si ce genre de barbares était protégé par l’Etat chinois, ce qui n’est pas prouvé du tout.

  12. Mon très cher COINCOIN, j’espère que vous pourrez lire ce message malgré le fait qu’il soit relayé à la fin du tableau.
    Vous souhaitez revenir au système de Bretton Wood? Vous souhaitez revenir sur les 3D intervenus durant les années 80? Vous souhaitez nationaliser les banques à nouveau?
    Constatez d’abord que le recours au crédit nous a permis de faire un bon en avant aux niveau de nos conditions de vie comme j’ai pu le faire valoir un peu plus haut. Ensuite il est facile de venter un système que l’on n’a pas vécu; le système bancaire jusqu’à la fin des années 80 disposait d’un montant total d’emprunt à réaliser à l’année et à ne pas dépasser si je puis dire en vulgarisant au maximum l’activité bancaire de cette époque. C’est à dire que si l’activité bancaire avait été bonne en début d’année, vous arriviez au mois d’octobre pour demander un prêt et l’établissement bancaire en question n’était pas en mesure de vous l’accorder pour la bonne raison qu’elle avait déjà réalisé ses chiffres de crédit accordés par l’état. De plus les établissements bancaires étaient essentiellement cantonnés aux activités de dépôts et de retrait, alors qu’aujourd’hui on peut préparer sa retraite, lever des capitaux sur des marchés financiers, s’assurer au sein d’un établissement bancaire. Ainsi ce système n’est plus adapté au contexte d’aujourd’hui.
    Quant à la privatisation, il faut constater ses effets positifs. C’est un facteur important de compétitivité, de ressources grâce à l’impôt, et cela permet de mettre en concurrence les acteurs du marché, c’est très bénéfique pour le consommateur.
    Maintenant je suis tout à fait d’accord avec vous le fonctionnement actuel, le montant de la dette, comparé aux ressources, on ne va pas pouvoir poursuivre sur cette lancée. Mais c’est comme une jeune personne à qui on vient de donner une carte de crédit, il y a un temps de latence où l’utilisation est plutôt maladroite.
    Je place toute ma confiance dans notre gouvernement actuel pour trouver l’équation idéale, et pour moi la mise en place des mesures de restrictions budgétaires sont les premières étapes d’une gestion adaptée du crédit.

    1. D’accord tu as plus de culture économique que beaucoup d’entre nous, dont moi-même.
      Mais une question simple : on doit des milliers de milliards à quelques uns. Vrai ou Faux ? Nos créanciers ne sont-ils pas en droit de débarquer chez nous et de se servir, au delà d’un certain niveau de dette ? Si on doit 92 000 euros par français, ça ne serait pas un peu trop énorme ????
      Ne va-t-on pas se retrouver dans un cycle d’inflation délirante, faute de pouvoir payer à la fois les intérêts et les autres dépenses ?

      1. Nous avons effectivement atteint un nouveau seuil avec un montant de la dette publique historiquement haut, à savoir 80% du PIB. Cependant, le japon est loin devant nous avec 160% de dette publique par rapport au PIB, et on parle là de la 3ème puissance économique mondiale. Alors oui on a encore de la marge avant que nos créanciers viennent se servir chez nous.
        Mais l’objectif n’est pas de les rattrapper sur ce point, comme tu l’as pointé du doigt l’inflation sera certainement la préoccupation des années à venir. Cependant, la zone euro dispose d’une banque centrale extrêment puissante, gouvernée actuellement par Jean Claude Trichet qui ne jure que par la maitrise de l’inflation au grand détriment des banques commerciales qui aimeraient réaliser plus de chiffres, sans trop se soucier de l’inflation. Nous avons donc encore des organes de contrôle qui permettent de réguler l’économie et d’être à la merci de ses créanciers.
        Pour faire un lien avec l’article, la Chine est aujourd’hui le plus gros créancier des Etats Unis par exemple (60% des encours de crédit), quand on voit les méthodes qu’ils utilisent ça ne donne pas envie d’emprunter.

        1. Mon cher Flooo!, vous exposez typiquement le point de vue court-termiste qui caractérise les acteurs des secteurs bancaire et financier (dont je devine que vous faites partie), et qui consiste à mettre en avant les bienfaits à court-terme du système de crédit, indéniables il est vrai (ce sont les « avancées sociales » et le « petit confort » que j’évoquais précédemment) tout en occultant ou en niant les effets dévastateurs à plus long terme (bulles de dettes menant à des suppressions de services publiques, troubles sociaux et civils, montée des extrémismes, voire guerres). Le point de vue classique du financier qui se justifie en mettant en avant que cela est bon pour tout le monde, alors que c’est surtout bon pour lui-même : il se gave des intérêts perçus, en cas d’impayé c’est lui qui saisit, et par ailleurs il se sert pour ces manoeuvres d’un argent (d’ailleurs fondamentalement fictif) qu’il ne possède même pas du fait du mécanisme de réserve fractionnelle (faux monnayeur !).
          C’est un système de pompage des ressources produites par l’économie réelle par le secteur financier, parfaitement déloyal et abject.
          Il est vrai que, étant donnés les progrès à court-terme que ce système permet, dès qu’un pays l’adopte, alors tous les autres doivent aussi l’adopter pour éviter de se faire distancer. Ainsi va la mondialisation de la finance. C’est pourquoi nous y sommes venus, et que nous nous sommes tous lancés dans la course à plus de croissance, plus de consommation, plus d’exploitation des ressources naturelles. Cette situation du « toujours plus » n’est absolument pas durable, nous vivons sur une planète au ressources finies. Ainsi se concentrent toujours plus les richesses vers quelques-uns, alors que l’immense majorité devient de plus en plus pauvre et se meurt.
          Il est tout de même effarant de constater que nous avons les moyens techniques de vivre tous sereinement et que le système en place ne le permette pas, il faut toujours écraser l’autre et avoir toujours plus.

          Je ne suis pas de ceux qui affirme que c’était mieux avant, et je pense qu’il faut complètement repenser la monnaie et notre économie pour faire face aux défis qui nous font face (démographie, utilisation des ressources, bien-être social, etc.). J’ai une idée qui peut paraître fantaisiste et longue à exposer, mais sans un brin de folie on ne va jamais loin. La voici donc :

          Pour ce qui est d’un retour à Bretton Woods, ce n’est en aucun cas mon point de vue. Bretton Woods a permis que le dollar devienne la devise de réserve internationale sur la base d’une liaison à l’étalon or. Cependant je ne suis pas pour un retour à l’étalon or car il a ses défauts : La monnaie doit servir à faire fonctionner l’économie, elle doit circuler. Mais en période de troubles, l’or est thésaurisé, et si l’or est la monnaie, alors il y a moins de monnaie en circulation et cela nuit à l’économie, renforçant les troubles. La monnaie ne doit pas servir à être thésaurisée, elle ne doit donc pas être l’or. De plus, il faut que la quantité de monnaie en circulation soit régulée pour correspondre en permanence à la valeurs des biens produits et échangés dans l’économie. Ainsi, un nouveau concept de la monnaie doit être élaboré : une monnaie créée par l’Etat qui se désintégrerait spontanément dans le temps, ce qu’il est possible de faire avec les technologies de l’information déjà en œuvre avec nos systèmes de paiement contemporains.

          La monnaie aurait une « demi-vie » d’existence, à l’instar des désintégration de radionucléides en physique nucléaire. Par exemple, si la demi-vie est de 5 ans, alors sur 1 unité de monnaie créée ne restent plus que 50 cents après 5 ans, 25 cents après 10 ans, 12.5 cents après 15 ans, etc.
          La désintégration de la monnaie incite les personnes à ne pas la conserver et à la faire circuler : c’est bien le rôle de la monnaie. Si thésaurisation ou épargne il doit y avoir, alors on se tournera plutôt vers l’achat de biens durables et revendables, comme les métaux précieux, qui joueront pleinement leur rôle de réserve de valeur.
          Le maintien de la masse monétaire se ferait alors par création de la monnaie par les institutions gouvernementales et seraient injectées dans l’économie par les dépenses de fonctionnement de l’Etat et des diverses subventions et allocations émises vers les entreprises et les particuliers : l’Etat aurait ainsi de vrais leviers pour mener ses choix d’action politiques. La quantité de monnaie à créer serait fonction de la quantité de monnaie désintégrée, des impôts prélevés, des chiffres du « PIB », et des prix à la consommation : le but est que la devise ait une valeur constante dans le temps (un pain à 1 unité aujourd’hui doit toujours valoir 1 unité dans 10 ou 20 ans). Ainsi l’Etat ne fonctionne que sur la production réelle de valeur par le pays, et non sur une bulle de crédit vouée à l’éclatement. Et si il y a de grands travaux à financer, l’Etat peut augmenter l’impôt. Il n’y aurait pas de dette publique.
          Ce système monétaire peut être possible aujourd’hui avec la monnaie électronique, où tous les comptes monétaires sont centralisés dans une base de données sous contrôle d’institutions publiques indépendantes. A chaque transaction effectuée sur un compte au moyen d’une carte de paiement, le nouveau solde monétaire du compte serait recalculé, c’est à dire que la quantité de monnaie désintégrée serait calculée et retranchée avant réalisation de la transaction. Les cartes pourraient être nominatives et le compte monétaire associé illimité dans le temps, ou anonymes et limitées dans le temps (pour éviter que la masse monétaire ne soit biaisée en cas de perte de carte par son détenteur).

          Certes ce système ne permettrait pas des progrès aussi rapides que le système de crédit, mais justement il est viable et durable. Pour fonctionner, il doit ainsi être protégé des « agressions économiques extérieures », d’où la nécessité de frontières et droits de douane forts et maitrisés, favorisant les échanges de biens qui sont importants et ne peuvent être produits sur place, et pénalisant les autres. (ce qui éviterait les situations comme la production de biens en Chine qu’on transporte ensuite en Europe : aberration pour les emplois et gaspillage irresponsable de pétrole).
          Pour être durable et éviter l’épuisement des ressources, une maitrise de la démographie serait nécessaire (incitations ou contraintes par les subventions ou les impôts), et le dynamisme de l’économie serait modulé par l’Etat en accord avec le renouvellement naturel des ressources en réévaluant annuellement la période de demi-vie de désintégration de la monnaie.

          C’est une vision complètement utopique que j’ai exposée là, mais c’est une idée que j’ai eue en me rasant le matin et que je trouvait pas mal dans le principe, et qui me semblait représenter une voie d’évolution possible pour l’avenir. Evidemment, un tel système ne plairait pas aux lobbies bancaires et financiers qui n’y trouveraient plus les moyens de se gaver du travail des autres.
          C’est une idée qui reste à développer, bien entendu. :)

          Encore désolé pour la longueur du message…

        2. Et désolé aussi pour les fautes de grammaire et d’accord que je viens de constater en me relisant. J’aurais dû me relire avant… :/

        3. Bonjour Coin Coin (quel simplicité dans ton nom pour quelqu’un qui expose des théories tout à fait réfléchies 😉 ).

          Je n’ai malheureusement pas le temps de lire tout votre message ce matin. Cependant, j’ai cru comprendre que votre idée ferait perdre de la valeur avec le temps pour éviter la thésaurisation avec le temps? (peut être ai je mal lu). Dans ce cas la monnaie perdrait son rôle de faire valoir avec le temps, c’est pourtant le rôle fondamental des devises.
          Vous ai-je bien compris?

        4. Et désolé pour l’alternance de tu et de vous, c’est rare de rencontrer des réponses construites et développées sur ce type de blog. Le ton y est donc plus généralement orienté tutoiement.

        5. Bonjour Flooo!

          Ma proposition se base sur le constat que la monnaie, telle qu’on la conçoit aujourd’hui, peut servir aussi bien à faire fonctionner l’économie qu’à être thésaurisée, ce qui sont deux rôles contradictoires. La monnaie comme on la conçoit aujourd’hui est donc intrinsèquement source d’instabilité, c’est pourquoi je propose de séparer ces deux rôle, en ayant la monnaie pour faire tourner l’économie, et les biens durables pour la thésaurisation.
          La proposition que je fais essaie de faire en sorte qu’on puisse :
          – avoir une valeur de devise constante dans le temps (1 unité aujourd’hui permet d’acheter autant qu’une unité dans 10 ou 20 ans)
          – avoir une masse monétaire adaptée aux besoins de l’économie réelle, et qui ne repose pas sur des dettes impossibles à rembourser (bulles de crédit)
          – éviter les dettes publiques
          – restaurer la souveraineté de l’Etat dans la limite des capacités économiques du pays (i.e. ne pas vivre au dessus de ses moyens)
          – avoir les moyens de gérer au mieux les ressources naturelles
          – avoir un levier d’action sur les effectifs démographiques pour le bien-être social
          – avoir une économique suffisamment dynamique pour que ça ne soit ni un régime d’assistanat, ni un régime où seule demeure la loi du plus fort.

  13. Je pense que c’est un message subliminal des chinois adressé à Obama et son adaministration.
    Si les USA font faillite et ne remboursent pas les bons du trésor que les Chinois ont acheté voila ce qui risque de leur arriver !!!

  14. Tout à fait d’accord avec enpassantparlà. Il faut pas tout mélanger mon vieux, visiblement tu as quelque chose contre les Etats Unis, mais ce n’est pas la peine d’en parler ici, il n’y a aucun rapport.

    1. Bonjour Nefal,
      Je travaille dans l’ingénierie de systèmes de sûreté numériques pour centrales nucléaires. J’ai l’habitude d’analyser les choses globalement et sur de longues durées : à cet égard, l’économie est un des nombreux sujets qui m’intéressent (voire me préoccupent) et qui m’amènent à me poser beaucoup de questions.

      1. Vous aviez déjà trahi votre origine scientifique évoquant les nucléides 😉
        Ceci dit je comprends à présent notre divergence de point de vue, de mon côté j’ai plutôt tendance à adopter un point de vue pratique. Mais la divergence d’opinion est source de richesse dans une conversation. J’attends votre réponse avec impatience.

  15. Difficile d’essayer de communiquer sur ce blog. Essayons tout de même. J’ai bien pris le temps de lire votre proposition Coin Coin, voici ma réponse.

    Votre idée se base sur le fait que l’argent a deux fonctions, consommer et thésauriser. Notez d’abord que votre utilisation du mot « thésauriser » n’est pas adéquate puisque cela désigne « l’épargne sous le matelas », une masse d’argent qui est sortie du circuit économique. Il serait plus adapté de parler d’épargne.
    Je suis en désaccord avec vous sur le fondement de votre idée. En effet, qu’est ce que l’épargne? C’est la part des revenus qui n’a pas été consommée, cela signifie donc qu’elle est mise de coté (pour la majorité de la population) dans l’objectif d’un achat futur, on place sur un livret pour faire face aux dépenses inhabituelles, aux sorties d’argent à venir, ou à plus long terme pour financer sa retraite par exemple.
    C’est donc de l’argent qui est destiné à terme à être consommé, on ne peut pas dire qu’une partie de l’argnet est épargnée et l’autre consommée de façon distincte puisque ces sommes sont en mouvement perpétuel et sont finalement destinées à être consommées.
    De plus la monnaie prend tellement de formes aujourd’hui notamment pour l’épargne dont vous parlez, bons du trésor, parts de capital, obligations, il me parait compliqué d’imposer un nouveau support d’épargne, ce serait imposer un choix à l’épargnant, tronquer les possibilités d’investissement des entreprises et limiter la concurrence (néfaste pour le consommateur).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité