Neonurture : des voitures mortes pour faire vivre des bébés

500x_neonurture2

Chaque année, des centaines de bébés dans le monde meurent quelques mois seulement après leur naissance. Dans les pays en voie de développement, non seulement il y a un accès limité aux soins mais les équipements manquent également à l'image d'incubateurs haute technologie. Une équipe de scientifiques et chercheurs entend proposer une solution alternative à travers une couveuse construite à partir d'anciennes pièces de voitures.

La conception de cette couveuse repose sur les concepts et les prototypes développés par des volontaires du corps professoral et des étudiants au MIT, Rhode Island School of Design, Université de Stanford, Université de l’Arizona et autres.

Baptisé Neonurture, ce concept entend donc s’imposer comme une couveuse alternative à destination des pays en voie de développement. « Notre objectif consiste à terme à développer un incubateur pour ces régions du monde. Faute d’équipements high-tech, nous tablons sur d’anciennes pièces automobiles pour sa construction« , avance Design That Matters, l’équipe en charge du projet global.

En résumé le prototype Neonurture est produit à partir de roues, phares, filtres à air, cardan, compteur, filtres, batteries, ventilateur, éléments de portières, vitres, etc, etc. Précisons que certains éléments sont aussi empruntés au monde des deux roues.

Les géniteurs du projet expliquent que même dans les coins les plus reculés du monde, quatre roues et deux roues sont les équipements high-tech les plus répandus. Et donc susceptibles de fournir les pièces pour produire ce type de couveuse. Pourquoi pas.

Pour découvrir le projet dans son intégralité cliquez ici et cliquez pour apprécier encore plus de photos.

[NYT via Core77]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est une super idée, mais en oubliant que ces pièces là seront prises non pas sur des modèles actuels ou destinés à la vente, mais sur des vieilles voitures ou des voitures à la casse, donc très riche en poussière et pollutions diverses, qu’il faudra donc traiter avec des produits spécifiques, ce qui aura obligatoirement un coup important au résultat que ne pourra probablement pas se permettre certains pays du tiers monde … :s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité