La Sacem achève bien les petits commerçants

Être commerçant en France, en 2010, c'est pas facile. Être artisan-coiffeur, c'est pas facile non plus.

Comme tous les professionnels qui diffusent de la musique dans un lieu public, ils sont assujettis à une contribution pour diffuser cette musique dans leur établissement. Sauf que cette année, la taxe augmente et les coiffeurs ne sont pas d’accord.

Du coup, comme l’explique la radio RTL, 60 000 salons de coiffure étaient appelés à faire la grève du son hier pour protester contre la volonté de la société pour la perception et la rémunération équitable (SPRE) et la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) d’augmenter la redevance sur la musique, sans doute pour gonfler un peu plus la rémunération des dirigeants.

Surfant à fond sur ce bad buzz, le service de musique en ligne libre Jamendo s’est associé à l’opération « Les coiffeurs coupent le son » en développant une offre spécifique pour les salons de coiffure.

La Fédération Nationale de la Coiffure propose ainsi à tous les salons de coiffure d’utiliser la solution Jamendo Pro comme alternative face à leurs contrats avec la SACEM.

Après avoir milité pour créer la peine de mort numérique avec la loi Hadopi, les représentants de l’inculture s’attaquent cette fois aux petites entreprises… rien n’est trop beau pour faire vivre les « artistes » de la star ac, bien entendu, au détriment des salariés de ces petites entreprises qui ne peuvent rien demander pour voir leurs salaires augmenter.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. La SACEM, c’est comme Virgin-Universal avec son Pascal Nègre calamiteux : 20 personnes pleines aux as, qui se gavent depuis des lustres, et qui emm*rdent 500 millions de personnes !
    Chiffre clé : quand la FNAC vend un CD 13 euros, 1 euro revient à l’artiste !
    Les artistes sont pénalisés, les consommateurs sont pénalisés… et HADOPI veut envoyer en taule des gosses de 12 ans qui téléchargent 3 pauvres mp3’s !
    Il est temps que ça change !

    1. Apprend que ce n’est pas nouveau … Un artiste ne vit pas grâce aux vente de CD mais grâce aux concerts, et ce depuis le vinyle.

      Après, HADOPI, c’est un autre débat qui n’a rien à faire ici

  2. pas de commentaires ? dommage…

    parfaitement d’accord avec l’auteur du post. La sace se fout de la gueule du monde. J’ai été artisan : j’avais pas encore ouvert mon commerce que deux sociétés viennent frapper à votre porte en vous demandant de payer d’AVANCE :
    -l’ursaff selon un chiffre d’affaires que vous êtes obligé d’estimer et que vous n’avez même pas encore réalisé
    – la sacem pour vous demander du fric pour de la musique que vous n’avez pas encore diffusé.
    merci donc à ces deux connards pour vous priver d’une trésorerie dont vous avez plutôt besoin en période de lancement d’activité !
    Alors quand j’entends le gouvernement qui dit aider les petites entreprises ou les artisans et qui est parfaitement au courant de ce genre de pratiques, c’est tout un système qu’il faut revoir et surtout qu’il arrête de nous prendre pour des cons !

    1. Mais alors là, franchement +1.
      Tu as très bien résumé ma pensée

      J’ajouterais même que si tu as trop payé de provisions de charges, ils prennent tout leur temps pour rembourser… Tans pis pour toi..
      Et si tu as malheureusement pas payé assez, bim, ils te ratent pas…

      L’ursaff, c’est le mal

  3. La sacem achève aussi les associations a but non lucratif.
    Un petit comité des fêtes de qui organise un rayon doit prévoir entre 2 et 4€ par personnes pour la Sacem

  4. quand on voit ce qui passe comme musique dans les salons de coiffure…
    autant se tourner vers la musique libre.
    Jamendo par exemple (sans vouloir faire de pub hein?) diffuse des radios à thèmes en streaming et gratuitement .
    c’est ce que je fais sur mon lieu de travail et en plus c’est original et pas entendu ailleurs.

  5. Chers amis Français, vous n’êtes hélas pas les seuls à vous plaindre de ce système détestable que je qualifierais de dépouillement organisé… En Belgique c’est la SABAM qui vous harcèle… Et il faut payer ou avoir des ennuis (on se croirait à la mafia non ?!)… Que vous soyez une petite asbl ou une société de plus de 50 personnes, c’est le même prix… Une fois que vous dépassez le nombre limite de 8 employés, les ordinateurs étant considérés comme récepteur/diffuseurs de musique, il vous faut payer une taxe annuelle forfaitaire ! Et gare à ceux qui s’y opposent ! Même si l’on a (dans notre cas) autre chose à faire qu’écouter de la musique à longueur de journée !

    1. Pour les PC ? Une redevance pour la possibilité que les employés écoutent de la musique ?

      J’avoue ne pas comprendre. Chez soit, l’abonnement internet permet d’écouter librement un paquet de musique mais au boulot il faut payer pour quelque chose que l’on n’utilisera peut-être pas ?!

      C’est pareil en France ça ? En tout cas, c’est incroyable. J’avoue avoir beaucoup de mal à comprendre le but de la manœuvre.

      1. @Thomas… Le but de la manœuvre est simple, faire rentrer plus d’argents dans les caisses de la SABAM… La taxe forfaitaire se base sur le nombre de personnes, à partir de 8 et au delà, la SABAM considère que « l’écoute n’est plus privée dans le cadre familial », mais publique dans le milieu professionnel… Oui je sais ça va loin… C’est comme pour la TV redevance que l’on paie toujours en Wallonie et pas dans le reste du pays… Même si l’on ne possède pas de tv, mais juste un ordinateur, qu’il soit fixe ou portable, l’on considère que comme il est possible de voir certains contenus en streaming, que l’on est « redevable » de cette taxe ! Tous les prétextes sont bon pour faire payer le concitoyen… Vous voyez, nous sommes encore plus « tordus » que vous 😉 :-p

  6. Au pire il y a les musiques libre de droit, et puis bon de toute façon les gens s’en foutent de la zik entre deux rayons de yaourts ou coup de ciseaux. Rien du tout, c’est peut-être plus reposant que pas mal de merde qu’on nous passe à la radio.

  7. Chers amis Français,
    Vous avez le choix entre venir chercher des mp3’s gratuitement en Tunisie (vinez vinez j’invite tout le monde) !
    Ou bien la possibilité de sortir vos guillotines !

  8. Pourquoi ne pas parler des solutions alternatives comme Jamendo et autres ? qu’ils lâchent ces daubes de musique et fassent surtout un gros bras d’honneur à la SACEM. Les solutions existent.

  9. Un jour ça va péter; j’en ai ras le derrière de la Sacem qui taxe les artistes sur des oeuvres dont les coûts de production eux-même n’arrivent pas à amortir, qui donne des amendes de 600€ à des potes musiciens amateurs pour avoir repris « Rape me » de Nirvana, groupe splitté depuis des lustres(1993 lors du décès de K.Cobain si mes souvenirs sont bons), dans un petit bar d’une commune de 1000 habitants.

    Ras le bol de la Sacem qui empêche ses inscrits de publier leur musique gratuitement sur des sites de diffusion de mp3 et ras le bol de la relation du système français envers la musique.

    La vie de musicien est déjà assez difficile comme ça pour que des gros organismes y ajoutent des obstacles.

  10. bientot
    -la taxe sacem dans nos voitures, car on diffuse de la musique aux passagers
    -la taxe sacem dans les ascenceurs
    -dans les toilettes des restaurants
    -dans les mobiles avec kit mains libres
    -dans youtube et dailymotion
    -dans la veilleuse de bébé
    -dans les jeux vidéo
    -dans les mariages
    -dans la vidéo souvenir du mariage diffusée sur facebook

    le nouveau business des majors, tu as acheté ta musique pour la stocker, maintenant tu vas la payer pour pouvoir l’écouter.

    bon aussi, faut pas s’étonner, il y a une taxe pour tout, même vivre est taxé.

    bientot la taxe oxygène, vent, pluie et soleil..?

  11. Bon en meme temps on ne peut plus mettre un pied dans n’importe quel magasin sans musique de fond. Laissez nous du calme. LE SILENCE EST D’OR.

  12. la SACEM ?
    Ah oui, cet organisme qui traite ses clients de pirates mais qui applique des méthodes mafieuses pour se gaver sur le dos des artistes. Cela fait bien longtemps qu’il ne sert plus les intérêts
    des artistes.

  13. Ils sont venu ( la sacem ) dans mon commerce ou je met un fond de radio , me demandant 1500 euro .. Quelle rigolade , j ai pris la mini chaîne , l ai débranché devant messieurs dames leurs disant que je ne m en servirai plus .. Ils sont reparti bredouille , pour moi cette  » taxe  » est une vrai blague , une arnaque et pour finir une honte , le pire c est qu ils viennent vous voir comme du vous étiez des voleurs , il faudrai vraiment supprimer cela .. C est scandaleux

  14. Bonjour,
    vous avez oublié de préciser que chaque support numérique vierge (K7 audio, video, disque dur, cd vierge, clé usb etc…)même à l’intérieur d’un appareil est taxé par la sacem avant même sa mise en vente par l’importateur.
    Donc, si on est taxé par la SACEM sur les média vierge alors que ce n’est a priori pas pour y stocker des médias protégés (ex: camescope numérique avec DD intégré) cela nous donne implicitement le droit de copier n’importe quel media protégé… mais dans ce cas ou est la protection des artiste ?
    la SACEM ne peut pas moralement jouer sur les deux tableau!
    Soit elle taxe les support numérique a la base et nous fout la paix, soit elle s’occupe de surveiller leur utilisation , faut faire un choix!

    1. Les artiste devraient proposer leur album en téléchargement a des sommes modiques (environs ce qu’ils touchent actuellement avec la sacem par album).
      Si le dernier album a la mode couterais 1 euro environ, je suis a peu prés certain que la plupart des gens l’achèterais au lieu de le pirater. En soutien aux artiste qu’ils aiment, et parce que la qualité d’écoute serait bien meilleur que ce que l’on trouve généralement sur la toile.
      Je pense que la balle est plutôt dans le camp des artistes en fait.Et puis n’est ce pas le propre de l’artiste de se révolter et d’agir contre les injustices ?!

  15. Je suis auteur compositeur inscrits a la SACEM et pourtant je suis d’accors pour le téléchargement gratuit ainsi que les discourst anti SACEM.
    Quand ont appel une radio pour faire passer nos titres et nous faire connaitre elle me répondent qu’elles travaille qu’avec certaines grosses production RTL c’est UNIVERSAL?NRJ travaille avec une autre etc… c’est le total bloquage au nouveau talent, la mort de la musique alors quand c’est ce systeme qui pleure de ne pas assez croquer dans le gateau SACEM ça me révolte.
    JE SUIS POUR UNE DETAXATION DES PETITS COMMERCANTS CAR TRAVAILLER EN MUSIQUE C’EST TRAVAILLER MIEUX.
    VIVE LE BIEN ETRE DES FRANCAIS ET DE LA LIBRE EXPRESSION.

  16. Ça devient vraiment dur de payer la SACEM et la SPRE qui s’y rajoute depuis 2011, il reste encore la solution du libre de droit, pour l’ambiance musicale d’un point de vente, le seul trouvé est Mediavea, Il n’y a plus de SACEM ni de SPRE (ce que les autres ne parviennent pas à faire, toujours bien se renseigner si tous les droits sont exonéré : SPRE etc.)!

    http://www.mediavea.com

  17. (suite)

    Personnellement mes morceaux publiés sur CREATIVE COMMONS, SAFE CEATIVE, JAMENDO, EASYZIC ou LASTFM, sont utilsés sur leurs radios personnelles en streaming, mais ils me sont également payés pour des pubs, des films ou des entreprises qui les utilisent dans un cadre professionnel.

    A votre guise d’arranger le contrat qui vous convient le mieux avec les utilisateurs professionnels.

    Pour le particulier le téléchargement est gratuit, sauf à faire une donation volontaire en remerciement.

    Mais dans tous ces cas de figures, la SACEM n’est pas concernée et ne peut exiger quelque redevance que ce soit…

    Micka FRENCh sur le Web…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité