Les dessous de la nouvelle affaire Google Street View

500x_editedclothes

Les amateurs de poursuites judiciaires doivent être ravis par les temps qui courent. Après les époux Boring qui ont obtenu un dollar symbolique pour violation de propriété par une Google Cars, une Japonaise a elle aussi décidé de poursuivre la firme de Mountain View, pour avoir montré ses sous-vêtements qui étaient accrochés au fil d’étendage, sur Google Street View.

Tellement accablée  d’avoir vu sa lingerie fine sur internet, cette femme a en effet décidé d’attaquer Google. Elle pensait qu’avec ces images elle pourrait être la cible d’un crime sexuel. L’anxiété l’a même poussée à quitter son travail et à déménager.

Tandis que sa réaction semble légèrement disproportionnée par rapport à notre ami allemand nu dans son coffre qui lui n’a visiblement pas encore décidé d’engager des poursuites, assumant sans doute totalement son corps et ses loisirs légèrement étranges, cette femme a expliqué qu’elle souffrait de trouble obsessionnel compulsif. A la vue de ses sous-vêtements sur internet elle s’est immédiatement mise à penser que Google la suivait partout ou elle allait.

La plaignante demande donc 600 000 yens soit environ 5320 euros en réparation du préjudice qu’elle a subi. Avec une telle somme d’argent, c’est elle qui poursuivra désormais les Google Cars pour montrer ses tout nouveaux sous-vêtements. [CNET]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je ne comprends pas trop sa réaction : elle a peur des « crimes sexuels » car google montre ses lingeries sur son logiciel?
    Elle n’a sans doute pas peur des « crimes sexuels » en les exposant au yeux de tous pendants la journée où elles sont exposées publiquement sur le fil d’étendage?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité