La NASA veut relancer les vols commerciaux supersoniques

500x_510438main_vsp_2k2_2400x1350

Si le Concorde a longtemps été limité à des vols au dessus de l'Atlantique, il y avait une raison simple à cela.

Les ondes de choc dues au passage à une vitesse supersonique provoquaient un bruit trop important pour permettre à l’avion de survoler les habitations, et ce désagrément a largement desservi le Concorde au début de son exploitation commerciale.

Aujourd’hui, la NASA aimerait créer un nouvel avion de ligne supersonique tout en faisant disparaitre ce phénomène de Bang caractéristique.Il est toujours bon de rappeler quelques faits pour prendre conscience du problème étudié ici.

Ce qui est communément appelé le  » Mur du Son  » correspond au déplacement d’un corps ( un avion par exemple ) à une vitesse au moins égale à la vitesse du son, soit, 1 224 km/h (dans l’air à 15 °C). Cette vitesse particulière est plus communément désignée par l’appellation Mach 1, et provoque lorsqu’elle est atteinte, une onde de choc que l’on appelle « Bang supersonique ».

Lorsqu’un avion atteind cette vitesse, un phénomène de concentration des ondes se produit et provoque une onde de choc.

Le principal désagrément étant que ce bruit est continu tant que l’avion se déplace à une vitesse égale ou supérieure à celle du son… plutôt difficile dans ces conditions d’envisager l’utilisation quotidienne et régulière d’avions supersoniques pour des vols intérieurs.

La NASA aimerait pourtant proposer un nouvel avion avec les avantages que propose une vitesse supersonique ( Concorde reliait Paris à New York en 3 heures et demie, dont environ 3h en vol supersonique ), sans les inconvénients.

Les nombreux projets ( « Quiet Spike, » « SonicBOBS, » « SonicBREW, » « LaNCETS, » « House VIBES, » « Low Boom/No Boom » ) sont actuellement peu aboutis, mais quelques solutions sont déjà privilégiées, comme l’ajout d’appendices au nez de l’avion, permettant de casser les ondes, ou de les absorber partiellement .

L’autre principal inconvénient des avions supersoniques étant leur consommation excessive ( il fallait en moyenne 60 tonnes de carburant à Concorde pour relier Paris à New York avec une charge maximale de passagers) , la NASA devra également se pencher sur une optimisation des réacteurs ou des sources d’énergies alternatives.[NASA]



Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Vieux serpent de mer que ce remplacant du Concorde. Les projets plus ou moins futuristes ou aboutis foisonnent depuis 30 ans… Et personne ne semble suffisamment fou pour passer à la prod.

    1. +1. « Serpent de mer » est l’expression que je voulais utiliser! De toute façon, le temps de concevoir, tester, produire un avion supersonique commercial rentable, nous serons tous au cimetière (et puis de toute façon fin 2012…)

  2. @ Olivier : problème de poids des batteries pour la MHD : encore inenvisageable actuellement.

    Sinon le visuel n’a rien à voir avec la nasa, c’est le futur avion privé de mitterand, avec un appendice spécial hadopi pour faire passer la loi tout en douceur…

      1. ca répond pas à la question mais en gros on peut « annuler » une onde sonore en balançant une autre onde dans le sens contraire le dessin d’une onde est un sinus quand l’onde 1 est en haut l’onde 2 doit être en bas ainsi comme elles s’additionnent on se retrouve au milieu tout le long c’est a dire pas de son :) j’espère que ca t’a aidé

  3. le « mur du son » est de 1224 km/h en conditions ISA: 15°c, pression atmosphérique de 1013,25 hPa au niveau de la mer (à Marseille plus précisément).

    1. Bost, la célérité du son est uniquement fonction de la température et de la nature du gaz :

      Basiquement, C=SQR(Gama*R*T)

      Gama*R etant considéré comme une constante dans l’atmosphère terrestre cela donne :
      C=20,05*SQR(T)
      C=20,05*SQR(288) (T en Kelvin)
      C=340 m/s

      La célérité du son dans l’air n’est donc pas fonction de la pression atmosphérique. Evidement, en montant en altitude la température diminue, mais la aussi l’altitude n’est pas dans la fonction C.

      Quand à savoir si on pourrait utiliser une atténuation active pour réduire les ondes, je n’ai pas la réponse mais rappelez vous que quand on passe le mur du son, beaucoup de phénomène change ou apparaissent ! Et puis vous les placeriez où les atténuateurs sachant que de toute façon vous aller plus vite que les ondes inversent qu’ils produises ?

  4. Bonjour

    @lolotte22
    Pourquoi utiliser des batteries ?
    Les réacteurs ne peuvent pas fabriquer de l’électricité ?

    De toute façon l’annihilation des ondes de choc passera par la MHD.
    Le reste n’est que du « bricolage » d’ingénieurs :-)

    A+

    Olivier

      1. Bonjour

        On ne parle pas de faire voler l’avion avec de la MHD mais simplement de supprimer (ou d’atténuer) les ondes de choc.
        La quantité d’énergie demandée est bien moindre.

        A+

        Olivier

      1. Bonjour

        Désolé si ce n’est pas clair mais n’étant pas sur un site de tricot je m’imaginais que les lecteurs étaient un peu au fait des avancées scientifiques de notre époque !!!
        Et puis chercher par soi-même n’est pas néfaste pour le cerveau.
        En plus avec les outils actuels chercher et surtout trouver est vraiment un jeu d’enfant.

        A+

        Olivier

    1. D’abord, je suis d’accord avec Yohann. C’est pas dur de trouver mais sortir des abréviations comme ça ça fait un peu smartass.

      Le but en aéronautique c’est d’essayer de réduire la consommation d’énergie (notamment secondaire, donc tout ce qui n’est pas la poussée) et la masse. Je suis pas physicien mais j’imagine que ioniser un gaz à ce genre de débit c’est pas rien niveau énergie.

      Sinon, l’ingénierie c’est du bricolage, et c’est pas négatif (je suis ingénieur).
      Y’a une blague comme ça. C’est un fermier qui a ses poules qui ne font pas d’œufs. Un physicien passe et lui propose d’embaucher son labo pour trouver une solution. Les mois passent, puis le physicien vient voir le fermier, tout content : « On a trouvé une solution ! … par contre ça ne marche que dans le vide sur des poules cubiques ».

  5. ben ca va être dur de relancer les avions supersoniques, aujourd’hui tout le monde veut faire du low-coast, tirer les prix vers le bas, alors si ils ne trouvent pas une solution pour consommer moins de carburant, on peut toujours attendre.

  6. Quelqu’un a commenté en argumentant qu’il fallait être fou pour mettre en production un appareil de ce type.
    C’est parfaitement exact.
    Aujourd’hui, le seul vrai frein à ces décisions (qui doivent être prises au niveau d’un état, vu les engagements que cela représente) de production d’appareil « de fou » (je suis djeune !), c’est la domination des financiers dans l’industrie.
    Contrairement à ce que les plus jeunes pourraient croire, le monde n’a pas toujours été drivé sur la base de décisions purement financières.
    Un petit flashback sur la genèse de Concorde (avion franco britannique qui porte terriblement bien son nom , surtout à l’époque De Gaulle) , montre à quel point les décisionnaires n’avaient pas le nez rivé sur les indicateurs de rentabilité.
    Ces décisions ont mine de rien permis des progrès technologiques sans équivalent depuis lors. Les défis techniques auxquels les concepteurs et constructeurs de Concorde ont du faire face dépassent l’imagination.

    Et il faut effectivement dire aux nouvelles générations que cela permettaient à leurs parents de traverser l’atlantique en moins de 4h.

    Ils pouvaient remonter le temps en allant vers l’est…

  7. un petit coup d’oeil sur la conference de 2003 de JP petit et vous verez qu’en 2003 deja c’etait realisable et qu’il parde de tout ca ( mhd , vol supersonique commercial )
    sur dailymotion ou youtube vous trouverez ca

    de plus le croqui nasa resemble a si m’eprendre a des projet deja bien reel …

  8. Mais l’utilisation d’un MHD permetrerai de réduire énormément le « BANG supersonique  » mai pour cela il faudrait utiliser un fuselage en carbon pour rendre l’avion plus léger mais n’aurais pas suffisamment de résistance au dessu de Mach 3 à cause des frottement engendrait par le l’aire cusant de forte température sur les ailes le nez et les embauches et il faudrait en conséquence utiliser de l’aluminium sur ces point pour éviter une désintégration de l’avion en vol.
    Merci d’avoirs lu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité