Dead Space 2, nouvelle référence du survival horror [Testé sur PS3]

Dead space 2

826, c'est le nombre de jours écoulés depuis la sortie de Dead Space en Europe. Mais c'est aussi le temps qui s'est écoulé (3 ans dans le jeu pour être précis) dans la vie de Isaac Clarke. Soigné sur The Sprawl (La méduse en Français), la mégalopole du plus gros satellite de Neptune (Triton), l'ingénieur va vous en faire voir de toutes les couleurs avec tout de même une nette dominante rouge.

Dead Space avait ajouté des lettres de noblesse au genre survival horror, « Dead Space 2 » persiste et s(a)igne en assignant la peur panique dans votre salon. Pétoche, trouille, peur bleue, stress, on est submergé par la frayeur avec une entrée en la matière terrifiante. Rien ne vous est épargné puisque c’est avec une camisole que vous commencerez l’aventure.

Le gameplay est toujours aussi efficace. Mais, ce second opus n’est pas un simple (dé)couper/coller du premier. Il nous gratifie de nouveaux décors beaucoup plus variés (des salons baroques notamment et des scènes somptueuses en gravité dans l’espace…), de passages dans des gaines d’aération où vous devrez ramper (rien que d’en parler, petit frisson), de nouvelles armes, de nécromorphes toujours aussi sympathiques avec une dédicace à ceux de la crèche. Oui, ils ont osé et les chérubins en question confirment que bon sang ne saurait mentir… Mais si Dead Space nous avait un peu embrumé dans son histoire de Monolithe (Arthur C. Clarke vous salue bien), ici on en apprend plus sur ce cauchemar doublé d’un soupçon de folie qui s’empare de Clarke (Isaac). Les amateurs de SF en auront aussi pour leur argent.

Ce sont tous ces ingrédients qui composent la recette. Une recette qui ne serait rien sans ce rythme qui alterne avec maestria entre les phases de décompression (au sens propre comme au figuré) et les moments forts, entre les passages dans des corridors étriqués et ceux dans des open space où l’on sait que le m2 peut rapidement être sur occupé, entre la résolution de puzzles et les passages haletant où il faudra jouer du cutter (ou autre outils/armes). Cardiofréquencemètre à l’appui, preuve est faite que Dead Space 2 n’est pas recommandé aux cardiaques.

Le Bluray contient Dead Space Extraction en HD (version PS3) jouable au PS Move. Un mode multijoueurs fait également son apparition et vous pourrez au choix incarner un membre de la sécurité de The Sprawl ou bien un nécromorphe (affrontements sur différentes cartes entre équipes de 4).

Si vous êtes fan de la franchise, les éditions collector (PS3, Xbox 360 et PC) sont incontournables.

Viscéralement scotchant, le jeu développé par Visceral Games et édité par EA, est inévitable en ce début d’année. Alors, prêt à revêtir la combinaison si sublimement Steampunk (vous pourrez d’ailleurs aussi télécharger l’arme Steampunk Force Gun) et à découper du Necromorphe au cutter plasma, alors foncez sans hésiter, ex(s)tase assurée.

Le jeu possède une indication PEGI 18; et c’est somme toute logique étant donné le côté gore de nombreuses scènes. Mais n’est-ce pas le signature d’un jeu sans concession.

Retrouvez d’autres vidéos sur le site d’EA ici.

[via EA]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. c’est sur c’est gore mais diablement efficace (mise en scène son, lumières… waouh).
    Je viens à peine de le commencer (loué sur simplegame) et je vis un film d’horreur. Très bon jeu (sur 360 pour moi), j’ai presque eu un sourire de contentement quand j’ai récupéré le cutter plasma… façon barre à mine dans Half life2!

  2. J’ai acheté le jeux samedi et l’ai terminé dimanche soir, en mode facile je l’avoue. Mais c’est vrai « cardiaques s’abstenir », même si vous avez survécu au premier volet de Dead Space. Néanmoins l’expérience du premier volet aide un peu.

  3. Il serait miens bientôt! Mouahahaha! Une grande épopée en perspective! Et dire que j’ai finis le premier 3 fois sans me lasser… Une merveille de jeux!

  4. Me donne envie de jouer au premier… 15€ sur Steam… Je pense que je vais céder dès que j’aurai fini L4D… J’ai finit le 2 et j’ai pas encore finit le 1… Oui c’est con.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité