Allez-vous, vous aussi percer le secret des tickets de loterie ?

4405846864_c9f8c4491c_z


En Amérique du Nord, la loterie nationale est une industrie qui représente plus de 70 milliards de dollars par an, un chiffre bien au dessus de l'industrie du cinéma, de la musique ou de la pornographie.

Mais il y a pourtant un souci, un statisticien du nom de  Mohan Srivastava vient de mettre à jour une faille après avoir étudié quelques cartes à gratter.loterieMohan est plus précisément géologue statisticien, spécialisé dans l’étude de prélèvements pour estimer la rentabilité des exploitations minières, le rapport entre l’or dissimulé dans les tickets de loterie et son statut était donc vite vu.

D’ailleurs, Mohan explique avoir utilisé un système de calcul statistique employé dans son travail pour percer le secret des tickets de loterie, et lui permettre de savoir à l’avance si un ticket est gagnant ou non.

Son étude menée sur un ticket de  » tic-tac-toe » ( un jeu canadien en fait équivalent à notre jeu du  » morpion  » à ceci près qu’il offre plus de grilles et que les croix et ronds sont remplacés par des chiffres, ce qui en fait plutôt un jeu de Bingo auquel se greffe le système de motif de 3 chiffres en ligne ou diagonale ) lui offrirait 90% de réussite.

L’astuce en elle-même est ridiculement simple ( Srivastava compte d’ailleurs l’apprendre prochainement à sa fille de 8 ans). Chaque ticket contient 8 grilles de morpion, et chaque case dans ces grilles ( 72 au total ) contient un nombre situé entre 1 et 39.

De ce fait, certains de ces nombres sont répétés plusieurs fois, le nombre 17 pouvant être répété 3 fois par exemple et le numéro 38 en double exemplaire. Seulement quelques numéros n’apparaissent ainsi qu’une seule fois sur l’ensemble des 72 cases.

Srivastave s’est donc concentré sur les chiffres étant uniques et non ceux répétés, et après l’étude de plusieurs tickets, en est venu à la conclusion que si un ticket proposait une succession de 3 chiffres représentés une seule fois sur l’ensemble des grilles, alors le ticket était probablement gagnant.

Pour mieux comprendre le système, une petite explication du jeu s’impose, car l’image peut prêter à confusion. L’image de droite représente un ticket gagnant complètement gratté, à savoir que seule la partie des chiffres de gauche est inconnue lors de l’achat du ticket, tandis que les grilles de droite ne sont pas recouvertes de latex à gratter.

C’est donc en étudiant ces grilles gagnantes, et en repérant quels chiffres n’y sont présents qu’une seule fois , et en vérifiant qu’ils représentent un motif gagnant ( une ligne, une colonne ou une diagonale) que l’on peut s’assurer que le ticket est bien gagnant.

L’image de gauche présente le repérage des chiffres uniques de la grille, Srivastave avait donc bien déduit qu’il gagnerait à la huitième grille, par une ligne centrale, soit 10$.

Après avoir mis en évidence la faille et pris conscience que la révélation de la faille pourrait largement fausser l’industrie du jeu, Srivastava a prévenu l’ Ontario Lottery and Gaming Corporation qui a appliqué une nouvelle formule de calcul de grille le lendemain.

Mais ce jeu en particulier n’est pas le seul touché par ce genre de faille reposant sur l’étude des nombres uniques, Srivastava a déjà découvert plusieurs variations de tickets à gratter reposant sur le même principe, et offrant donc des failles similaires lui permettant de doubler ses chances de gagner avant même d’avoir gratté la première case.

L’industrie du jeu a bien conscience de ce genre de failles et est toujours à la recherche de nouveaux procédés et d’algorithmes permettant plus de sécurité  tout en restant dans la légalité vis-à-vis des possibilités de gains affichés, reste que quelques pertes occasionnées par ce genre d’étude n’entament que peu les bénéfices colossaux réalisés chaque année. [WIRED] ( Photo d’illustration : Anthony Easton )

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Mouais enfin il faudrait à chaque fois passer je sais pas combien de temps sur chaque ticket pour savoir si celui ci était gagnant et si oui si on pouvait l’acheter pour le gratter, etc.

    A peine louche devant le buraliste ! XD

  2. Il y avait le même genre de problème sur le jeu Banco en France : sachant que chaque plaque de 10 tickets comportait au moins un ticket faisant gagner un « petite somme », certains buralistes, en surveillant les tickets vendus et grattés par leurs clients, pouvaient se réserver des fins de planches gagnantes à tous les coups.

  3. Moi je comprend pas, le mec qui met en place l’algorythme…pourquoi ne va t’il pas acheter pleins de tickets gagnants?
    Imaginez… 200 euros par jours…par type de tickets….avec 10 types de tickets…

    Bon 2000*30 = 60 000 euros par mois. Et pas d’impôts :)

    Je parle en net, donc en déduisant le prix des achats des dits tickets ainsi que des frais de « transport »

    1. Parce que les mathematiciens qui font ces algos sont deja tres bien remunérés pour leur job et qu’ils sont tres etroitement surveillés.

  4. Il y a beaucoup plus simple que de chercher des algorithmes extrêmement compliqués… masquer toutes les grilles et ne laisser ainsi aucun chiffre apparent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité