[Test] Le TrackIR V5 Pro

TrackIRv5002

Il y a quelques semaines, nous vous présentions un périphérique de jeu pour PC basé sur le suivi des mouvements : le TrackIR V5.

Après quelques détails concernant le principe du système, son fonctionnement, l’heure est aujourd’hui au Bilan.Pour petit rappel à celles et ceux n’ayant pas parcouru notre article ici, le TrackIR V5 est un système se composant de 2 parties et qui propose de contrôler une partie des actions d’un jeu sur PC par un simple hochement de tête.

L’émetteur- récepteur :

La première est un capteur/ émetteur d’infra rouges qui se positionne comme une Webcam au niveau de l’écran de votre PC , en voici les caractéristiques les plus intéressantes :

  • Resolution du capteur : 640×480
  • Angle de du capteur : 52 degrés
  • Sampling : 120 relevés par seconde
  • Temps de réponse < 9ms

Le module offre un design axé Gamer puisqu’une vitre transparente en son dos permet de visualiser la puce dédiée au traitement de l’information ( et c’est d’ailleurs grâce à cette puce que le TrackIR se démarque des autres systèmes de reconnaissance de mouvement, puisqu’il décharge grandement le processeur de votre PC ).

Léger, compact et offrant un support aimanté, vous pourrez laisser les pinces constamment montées sur votre écran sans souci.

A ce titre, l’écartement des pieds du support se faisant sur 3 axes, l’ensemble sera compatible avec les écrans CRT comme les écrans de PC portable et Notebook.

Une fois les pilotes installés, il suffit de brancher l’émetteur en USB pour qu’il soit reconnu par votre PC, rien de plus simple, l’ensemble a été testé sur une configuration tournant sous Windows 7 64-Bits avec processeur Core i7 9500,  carte mère Asus Extreme Rampage III , 12 GB de Ram DDR3 Corsair Dominator GT et carte graphique Sapphire Vapor-X HD 5870 2GB.

Le module mobile :

Pour l’occasion, Orichalk nous avait fourni 2 versions de module de tracking, l’un étant une structure en métal à greffer à une casquette fournie, qui propose 3 petits points réfléchissants ( identiques aux bandes réfléchissantes 3M des gilets de secours et autres vêtements destinés à la signalisation )

Ce module  » Passif  » offre l’avantage d’être sans fil et ultra léger, seul le port de la casquette pourra en déranger certains, ceci étant, vous pourrez toujours vous coller des bandes réfléchissantes directement sur le front au besoin .

Le second Module est cette fois actif, il s’agit d’un dispositif comprenant 3 Leds infra rouges disposés sur un arc à clipser sur un support de casque.

Ce module se relie en USB au PC, et puisque le produit a bien été conçu, sachant que le capteur au niveau de l’écran est déjà en USB, celui-ci propose sur son câble un second port pour accueillir celui du module de tracking.

L’ensemble du dispositif émetteur + récepteur n’utilise donc en tout et pour tout qu’une seule prise USB de votre tour.

L’avantage de ce module par rapport au capteur passif réside principalement dans la précision et la rapidité « d’accroche ». La distance d’utilisation est également améliorée, permettant de s’éloigner de 5 bons mètres dans le cas où vous voudriez jouer sur écran Plasma.

Reste que le tout est relié avec un câble, dont la longueur est certes, intéressante, mais cela induit obligatoirement une restriction au niveau de la mobilité.

Configuration :

La configuration est simple et automatique, il suffit de lancer le logiciel pour activer le dispositif et en vérifier l’étalonnement.

Un graphique apparait alors, avec des représentations de votre tête dont le déplacement est appliqué en temps réel.

Si votre module est de travers, mal orienté, ou que vous êtes vous même désaxé par rapport à votre écran ou votre bureau, pas de souci pour autant .

En effet, il suffit de faire une remise à zéro des paramètres de positionnement en un clic de souris, et votre nouvelle position actuelle est automatiquement définie comme étant 0.0.0

Offrant un ensemble de paramétrages impressionnant, il est possible de créer des réglages prédéfinis, pour ajuster la sensibilité du TrackIR en fonction des jeux joués.

Fonctionnement :

Le fonctionnement est simple, il suffit de lancer le logiciel TrackIR , de choisir  lequel des modules vous portez et de lancer l’un des jeux compatibles .

Suivant les jeux, certaines commandes seront disponibles ou non.

Ayant principalement testé le TrackIR sous HAWX , le dispositif permet de déplacer la caméra et de contempler l’environnement d’un simple déplacement de la tête.

Après quelques réglages, il est également possible de contrôler l’appareil simplement de la tête également, mais il faut avouer que cela demande un bon temps d’adaptation et de patience. Ici, le TrackIR n’est pas vraiment en cause, on parlera plutôt de limite humaine.

Sous d’autres jeux comme America’s Army, le dispositif permet quelques mouvements, comme le déplacement latéral, le saut, ou encore la possibilité de se pencher dans les angles d’un couloir. Avec un peu de pratique, le tout se fait naturellement, et l’on se prend même à reproduire le mouvement lorsque l’on ne porte pas le dispositif : Fail !

Impressions :

Qu’il s’agisse de l’un ou l’autre des 2 modules, la sensibilité est bonne, le passif offrant l’avantage de la mobilité,  et l’actif, un surplus de réactivité lorsque l’on s’éloigne du capteur.

Quoi qu’il en soit, pour une utilisation normale, les 2 sont très au point, et le point 0.0.0 offre une petite accroche permettant de toujours retrouver une stabilité dans le jeu sans avoir à lancer frénétiquement son cou dans une session de Head Bang digne d’un concert de Black Metal pour reprendre le contrôle.

N’ayant jamais testé ce genre de produit avant, je suis passé par plusieurs étapes, de l’étonnement du système, aux doutes quant à ses capacités, pour revenir finalement plutôt positif.

Concrètement, le TrackIRV5 ne révolutionne pas entièrement l’expérience de jeu, du moins, pas tant que les jeux compatibles ne seront pas rendus plus nombreux, ni tant qu’un ensemble de commandes ne seront pas prises en compte.

Cependant, il peut offrir quelques avantages dans certains jeux, son domaine de prédilection ( et le nombre de jeux compatibles de ce style le confirme ) reste les jeux d’avions, qu’il s’agisse de combat ou de simulation. ( Et peut-être même les jeux de courses pour qui aime passer par la vue cockpit)

La réactivité et la précision sont bluffantes, et le logiciel ainsi que le dispositif sont prometteurs, mais encore une fois, cela dépendra certainement des applications qui seront rendues compatibles.

Le potentiel est intéressant, n’oublions pas que le dispositif vient en complément des commandes physiques ( clavier + souris ), contrairement aux dispositifs comme Kinect qui se basent uniquement sur la gestuelle, et dont l’action nécessite des Scripts lourds amputant souvent d’une grande part de liberté quant au jeu.

En résumé, un périphérique intéressant et original dont il conviendra de consulter la liste des jeux compatible pour vérifier s’il vous est destiné ou pas. [  OrichalkTrackIR ]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Le fin du fin c’est de combiner le trackIR avec des lunettes VGA. Et la on obtient un simulateur digne de ce nom. Des videos sont dispo sur le net.
    un dispositif regroupant les deux existe chez VUZIX.

      1. Indispensable !! je m’en sert exclusivement pour FSX, mais une fois qu’on y a gouté, on ne peut plus s’en passer. Ca marche très bien, c’est fluide, et ca vaut laaaaaargement le prix. J’avais testé un autre « trackir-like » made in je sais plus où, pour beaucoup moins cher…il n’a jamais fonctionné correctement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité