L’étoile la plus froide est parfaite pour le thé .

coffee-star

Lorsque l'on parle d'étoile, nous pensons immédiatement à notre soleil, une gigantesque boule de plasma d'un diamètre de quelque 1 392 000 km et proposant une température en surface de l'ordre de 5800 K .

Et bien si vous ne le saviez pas, toutes les étoiles ne proposent pas ces caractéristiques, d’autres sont en effet bien moins chaudes . Preuve en est de cette étoile découverte récemment et qui ne se situe qu’à 75 années-lumière de nous.

Nommée CFBDSIR 1458 10b ( oui, les scientifiques sont à court de noms sexy ), l’étoile en question est en réalité une naine brune dont la température à la surface avoisinerait les 97°C, tout juste de quoi faire bouillir de l’eau .

Les naines brunes sont des étoiles qui n’offrent pas une masse suffisante à entretenir les réactions de fusion nucléaire de l’hydrogène, leur lumière est donc constituée d’énergie potentielle gravitationnelle.

Avec une masse de 6 à 15 fois celle de Jupiter, CFBDSIR 1458 10b est la plus petite d’un système binaire composé de 2 naines brunes.

Cette découverte redéfinit la limite qui était établie entre la définition d’une planète et d’une étoile puisqu’en arrivant à une température aussi basse, une atmosphère est envisageable, et de l’eau pourrait être disponible sous forme de vapeur et de nuages.

La découverte relance également l’espoir de trouver prochainement une forme inconnue faisant le lien entre les géantes gazeuses comme Jupiter et les naines brunes.[Neatorama ]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. 97 degres? « tout juste de quoi faire bouillir de l’eau » l’ebullition de l’eau se fait à partir de 100 degres mais par contre c’est parfait pour un earl gray!!!!!

  2. « leur lumière est donc constituée d’énergie potentielle gravitationnelle »

    Gnééé ? Comprends pas.
    L’énergie potentielle de gravitation correspond au travail nécessaire au déplacement d’une masse dans un champ de gravitation. Or la lumière n’a pas de masse.
    Donc moi pas comprendre la phrase, et moi pas comprendre le mécanisme qui mène à l’émission de lumière.

    1. « Or la lumière n’a pas de masse. » C’est faux..

      La lumière est une onde énergétique, mais c’est en même temps un corpuscule (a.k.a photon). On parle d’ailleurs de « bivalence onde-corpuscule »

      Qu’est ce qui fait que les trous noirs sont noirs?
      La lumière ne peut pas s’en échapper à cause de la gravité qui agit sur sa masse.

      1. En y réfléchissant et en raisonnant par l’absurde, il y a bien une possibilité pour que la masse du photon soit nulle :

        > Il faut que sa vitesse soit nulle.

        > Or, la vitesse du photon est nécessairement « c », c’est à dire environ 300000km/s (dans le vide). La vitesse d’un photon ne peut pas être différente, sinon, ce n’est plus un photon.

        > Sa vitesse ne peut donc pas être nulle

        > Donc le photon a une masse, sinon, ce n’est pas un photon.

        1. Désolé, Bidul, mais la masse d’un photon est bien nulle.
          Et en relativité restreinte, le photon peut justement se déplacer à une vitesse de c parce qu’il a une masse nulle, sinon impossible.

          Si les détails t’intéressent, je te renvoie aux notes des cours que j’ai suivis en mécanique classique, au paragraphe 4.8 (Particules de masse nulle) :
          http://capelo2.free.fr/marleau_mc1notes.pdf
          Bonne lecture.

        2. C’est la raison de mon second commentaire : La *masse au repos* du photon est bien nulle, je ne le remet pas en cause, c’est une caractéristique immuable de chaque objet ou particule.

          Mais il existe, en mécanique quantique, une forte différence entre *masse* et *masse au repos*.
          L’équivalence masse-énergie, dans le cadre de la relativité restreinte est connue de tous : E=m.c².
          Cela signifie que dès qu’il y a de l’énergie (E), il y a de la (m)masse.

          La lumière a une énergie quantifiable. Ca aussi, on ne peut le remettre en cause.

          La lumière (qu’on l’envisage du côté ondulatoire ou corpusculaire) a une énergie non nulle. Donc une *masse* (même si sa *masse au repos* est nulle).

          La lumière est sujette aux forces gravitationnelles, elle est déviée par les étoiles massives. Et la gravitation n’agit que sur la masse.

        3. « L’équivalence masse-énergie, dans le cadre de la relativité restreinte est connue de tous : E=m.c². »

          Cette formule ne fonctionne que pour une particule au *repos*. Et contrairement à la bêtise que tu as écrite les photons ne sont jamais au repos. Donc tout ton raisonnement part d’une formule que tu appliques mal.

        4. Je pense qu’on peut réellement disserter pendant des heures sur la masse du photon.

          Il suffit de googler « masse photon » pour trouver les points de vues existants, et les traces de la « gueguerre » qui oppose les physiciens depuis Louis de Broglie, en 1924, sur l’existence ou non d’une masse du photon.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_de_Broglie

          Des générations de prix Nobel n’y sont pas parvenu, je n’ai pas non plus la prétention de clore ce débat.

  3. Il est où mon commentaire? J’ai pas été impoli et je répondais à la question d’Albert qui portait sur une erreur dans le texte de l’article, erreur qui n’a pas été corrigée… merci d’avance de le rétablir…

  4. Effectivement : en haute montagne, faire cuire des pâtes est très long parce que la température d’ébullition de l’eau s’abaisse considérablement (80-85°C).

    Or avec un simple réchaud, il est très difficile de dépasser ce pallier. Donc les pâtes, qui cuisent en 7 ou 8 minutes à 100°C, vont mettre >20′ dans l’eau bouillante.
    Ajoutez que sur un petit réchaud, exposé au vent etc… l’eau va bien mettre 30′ à bouillir, vous avez vos pâtes en à peu près 1h :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité