Android: Google maintient le couvre-feu sur Honeycomb

Oui, si vous achetez une Motorola Xoom vous trouverez Android Honeycomb dessus. Pourtant Google a décidé de ne pas fournir tout de suite publiquement aux développeurs cette variante pour tablettes d'Android. Mais pourquoi un tel couvre-feu?

D’après BusinessWeek, Google retient Honeycomb de peur que les gens n’essaient de l’installer sur des téléphones.

Apparemment du côté de chez Google, on s’inquiète d’une « mauvaise expérience utilisateur » s’ils sortaient le code open source de Honeycomb maintenant et que les développeurs l’installaient sur des téléphones. Andy Rubin a déclaré: « nous ne savons même pas s’il fonctionnerait sur des téléphones ». Il s’est voulu rassurant en rappelant qu’Android « est un projet open source », ajoutant: « nous n’avons pas changé notre stratégie ».

D’après Andy Rubin, la raison de cette approche fermée est à rechercher du côté du temps limité dont ils ont disposé pour développer Honeycomb. Cela ne leur a pas laissé suffisamment de temps pour envisager toutes les manières selon lesquelles le système d’exploitation pourrait être utilisé. Rappelons que celui-ci comporte de nombreuses fonctionnalités d’abord conçues pour des tablettes: le multitâches, les widgets ou encore le système de notification. L’interface utilisateur n’est donc pas nécessairement transposable sur un petit téléphone disposant d’un écran au format timbre-poste.

Mais cela pose aussi la question de ce que signifie vraiment l’open-source. Pour Google, il semble qu’un développement open source consiste à construire les outils et le système d’exploitation dans son coin de manière privée, puis de rendre l’ensemble disponible pour que le public puisse en prendre possession. Mais le véritable open-source n’est-il pas un procédé au cours duquel chaque build est transparent et accessible à tous?

Derrière cette décision très applesque, on comprend le désir de Google de fournir une version finalisée. On le comprend d’autant mieux que les enjeux financiers sont importants. Mais cela souligne aussi les limites du modèle open source pour ce genre de développement. [BusinessWeek]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bien sur que ce n’est pas du vrai opensource. Un projet fermé, et qu’on se donne le droit de ne pas communiquer au publique par « peur » des éventuelles tournures qu’il peut prendre auprès des développeurs ne peux pas se targuer de cette philosophie.

  2. si le code est ouvert, c’est forcement de l’open source.

    c’est juste que ce n’est pas un projet participatif.
    Ils le livrent et après tout le monde peut en faire ce qu’il veut.

  3. Il ne faut pas toujours tout prendre mal.
    Lorsqu’une société crée un composant (os, appli, etc..) open source, celle-ci travaille d’abord en interne pour permettre de créer un système viable et fiable.
    Il faut juste regarder si Google va publier d’ici un an son code.
    Pour le reste, si des versions modifiées arrivent sur la toile et qu’elles sont instables, la faute reviendra à Google pour avoir fournir un mauvais support.
    Je pense que toutes les grosses sociétés ne pensent pas toujours en terme de contrôle et de limitation pour l’utilisateur (Apple faisant partie des autres sociétés :D)

  4. « Oui, si vous achetez une Motorola Xoom vous trouverez Android Honeycomb dessus. Pourtant Google a décidé de ne pas fournir tout de suite publiquement aux développeurs cette variante pour tablettes d’Android. Mais pourquoi un tel couvre-feu? »
    Encore une année royale pour l’Ipad ;-/

    Demander autour de vous: Android est tout de suite associé a Google et non a l ‘open source !

    sans parler des sommes importantes que va rapporter l’Android market a Google et il faut une bonne base (android) pour y vendre des 100 miliers d’appli !

  5. @Argh.nitrox : faut pas tout mélanger, le market est propriétaire et n’est pas distribué avec l’android open-source. Il appartient aux intégrateur de l’utiliser ou non, rien d’obligatoire, comme toutes les applications google dispo sur android.

    d’ailleurs des boites comme Archos n’utilisent pas du tout les produits google, ils ont leur propre market.

    Pas besoin de forcement chercher la petite bête, y a plein d’autre point ou google est une grosse saloperie.

  6. Peut on imaginer un jour que Google décide de fermer son système, une fois qu’il sera arrivé à maturité (et qu’il aura renforcer un semblant de monopole)?

  7. @gonelague : non, android n’appartient pas à google, ils ont juste porté le projet.

    Android c’est financé par l’Open Handset Alliance :

    http://www.openhandsetalliance.com/oha_members.html

    qui est composé d’opérateurs, de constructeurs, … tu peux voir toute la liste des membres par secteur d’activité sur ce site.

    l’intérêt pour google est de mettre en avant ses produits tierces (moteur de recherche, maps, market, outils publicitaires…), mais encore une fois sans les imposer, bien entendu la plupart des intégrateurs les fournissent en standard car c’est une plus-value pour leurs produits (gps gratuit, market bien fournis, …)

    d’ailleurs à aucun endroit sur le site d’android il n’y a marqué Google : http://www.android.com/index.html

    juste un liens vers l’android market qui par contre ne devrait pas y être pour rester dans la logique, vu qu’une fois encore c’est du propriétaire.

  8. Tous les OS sont open source de toute façon, regardez iOs et les jealbreaks, donc à google de savoir que les gens vont surement l’adapter sur phone leur Honeycomb qu’il soit open ou close, à moins de sortir une version phone pour ne pas déformer leur travail et leur compétence.
    Chacun de nous est libre de faire ce qu’il veut avec les produits payés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité