Un clavier tactile ergonomique personnalisable

keyless_lifebook_by_laura_lahti_1

Pas facile de défendre un clavier entièrement tactile, il n'y a qu'à juger du confort relatif de frappe qu'offrent les tablettes actuelles pour retourner automatiquement vers les sensations des claviers mécaniques.

Du coup, puisqu’ils ne peuvent pas franchement rivaliser en terme de contact, les claviers tactiles jouent la carte de la modularité et de la personnalisation à outrance, comme ce concept proposé pour le concours Fujitsu de Designboom.Proposé par Laura Lahti, il s’agit d’un concept de pc portable proposant un clavier sans touches, mais complètement personnalisable.

Si les rendus sont plutôt agréables à l’oeil, ils reflètent également d’une accessibilité sans aucune limite, puisque les touches peuvent être définies et placées suivant les moindres désirs de l’utilisateur.

Une ergonomie maximale qui s’adaptera ainsi aux accrocs du clavier ergonomique comme aux utilisateurs de pays utilisant différents alphabets .

On peut également imaginer associer quelques symboles, raccourcis, équations pour des usages plus spécifiques, mais également limiter le nombre de touches disponibles, en agrandir la taille ou au contraire la diminuer pour gagner en nombre.

C’est la partie basse de l’ordinateur entier qui serait ainsi une dalle tactile, et qui permettrait également de redéfinir la dimension et la position du trackpad, allant même jusqu’à le supprimer pour gagner un peu plus en taille des touches.

S’il sera difficile de taper aussi vite sur un clavier tactile que sur un clavier physique, avec ce type de produit, la vitesse de frappe (tactile ) atteindra son apogée. En attendant, on ne peut que souhaiter qu’à défaut de proposer des claviers tactiles, les développeurs se mettent en tête d’offrir un peu plus de modularité au niveau des claviers présents dans les différents OS des smartphones et tablettes. [ Designboom]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Nice !
    Manquerait plus qu’un système dynamique permettant un retour de force soit mis en place.
    En gros, que la tablette soit recouverte d’une grille de picots; une fois qu’une touche est dessinée, les picots de sa position sont relevés, et simulent le comportement d’une touche… Ainsi, on n’aurait plus du tactile, mais du résistif… Par-contre, il faudrait des milliers de picots, motorisés, et avec des capteurs, et ça reviendrait à bonbon :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité