Beurk Beurk Beurk

nounours

C’est de pire en pire, la science a de bons côtés on ne peut pas le nier, mais il y a parfois des dérives d’un genre … répugnant. Que pensez-vous de la gélatine d’origine humaine ?

Il existe deux sortes de gélatines très répandues, celle d’origine animale (les fameuses feuilles à faire tremper dans l’eau froide) ou d’origine végétale (Agar-Agar). Manifestement ce n’était pas suffisant, certains scientifiques ont travaillé sur un substitut de gélatine issu de gênes humains…

Surprenante ou dégoûtante, cette démarche a pour but d’écarter les infections pouvant exister dans les agents gélifiants d’origine animale. Une étude explique que ce nouveau produit serait un substitut capable de remplacer les 300 000 animaux utilisés chaque année pour la création de gélatine.

L’autre problème avec la gélatine animale (composée d’os d’animaux et de peau), c’est que la qualité des lots est extrêmement variable et donc difficile à contrôler pour les industriels. En revanche, la gélatine humaine, savant mélange entre souche de gènes humains et levure (miam !), serait bien plus stable.

Jinchun Chen et ses collègues ne voient pas l’utilisation de cette gélatine d’une teneur nouvelle pour la seule consommation alimentaire (desserts, bonbons, marshmallows…). Ils l’envisagent également à des fins médicales, pour les capsules notamment.

Peut-on légaliser et commercialiser à grande échelle un tel produit ? Espérons que non, sinon nos merveilleux nounours en gélatine nous donneront probablement la nausée.

[Gizmodo] via [Popsci]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Croswell Jacob ça te rappelle vaguement quelque chose ?
      Au nom de l’économie et de la constance qualité, les industriels auront vraiment tout essaye …

      1. Quand on y connait rien on se tait. Le prion c’est une protéine mal formée qui s’est transmise parce qu’on a prélevé des hormones chez des humains. Donc aucun rapport avec un gène placé dans le génome d’une bactérie (comme on fait avec l’insuline par ex.)

        L’auteur de l’article n’y connait rien non plus …

  1. De toutes façons, c’est déjà assez dégoûtant à la base. Se dire qu’on fait des bonbecs ou des bavarois avec des carcasses de barbaque. Moi je n’utilise que de l’agar-agar pour mes pâtisseries. Et je ne bouffe pas ces cochonneries de bonbons.

  2. je trouve l’article tres biasé.
    personallement, vu qu’elle n’est pas extraite d’humain, ça ne me pose aucun problemme. on modifie de la levure pour produire de la gelatine semblable a celle dans les humain, ouais, et alors?

    tan pis pour toi, vois le bon coté des chose, t’auras moins de carrie =)

  3. C’est juste une protéine d’origine humaine produite en levure…
    Pas de l’extrait de bébé pour faire des nounours !

    Et ça évite les risque de « vache folle », si c’est pas génial !

  4. Alors que « la gélatine animale (composée d’os d’animaux et de peau) », ça vous trouvez pas ça dégueux ?
    En plus, bon, c’est de la gélatine produite à partir d’ADN humain. Ils ont pas parlé de recycler la graisse de liposuccion ou les corps de cadavres non réclamés à la morgue…

    1. Ce n’est pas être auto anthropophage que de manger ses ongles mais être onychophage et c’est rien d’autres qu’une « parafonction buccale » donc rien de très dégoutant :)

    1. boh, moi je préfère le centipad (en plus ça colle avec le sujet!).

      à arobase slider alpha, quand même, en arriver là pour produire de bêtes bonbons c’est un peu éxagéré non? d’ailleurs, t’ais-tu déjà plains de tes bonbons? Non, bon, alors pas besoin de jouer à l’apprenti sorcier tu ne crois pas?

  5. Ce qui est vraiment ignoble c’est la gelatine qu’on trouve actuellement partout : produite à partir de carcasses d’animaux bouillies… quelle horreur…

    1. Queuah ? Tu ne connais pas l’adage « Tout est bon dans l’cochon » ? xD

      Après je suis sur que tu as déjà manger des plats avec de la gélatine dedans autres que des bonbons. Seulement tu ignores qu’il y en a (comme la Panna Cotta par exemple).

  6. « Peut-on légaliser et commercialiser à grande échelle un tel produit ? Espérons que non […] »?

    Je pense qu’il faut se poser les bonnes questions avant de rédiger un article à la légère.

    Outre les apparences peu ragoûtantes, il faut apprécier l’avancée technologique dans la médecine que cette découverte peut apporter.
    Mais surtout faut-il se renseigner, juste un peu, pour découvrir tous les inconvénients d’une gélatine d’origine animale. Et là on trouve « os d’animaux », « vache folle »…

    Toujours contre?

    1. Toujours contre petit à petit on glisse vers un future inhumain, par inhumain je veux dire déshumaniser, à petit pas on avance vers une compréhension pousser du mystère de la vie, le codage de l’ADN. Dans le futur on aura des personnes riches qui pourront se payer des améliorations génétiques comme une durée de vie amélioré (150ans par ex), auto-régénération des organes comme les salamandres, etc… creusant un fosser infranchissable entre riche et pauvre, peut être 2 espèce distincte, donnant des hybrides stériles. De la science-fiction? c’est sur que c’est pas pour demain, mais certaine de ses choses existerons, on peut comparé ça à un homme préhistorique qui essaie de penser à un nanotube de carbone, inconcevable.

    2. Comme je le dis c’est la commercialisation à grande échelle qui pose problème (utilisation alimentaire de la gélatine). En aucun cas je ne remets en cause les perspectives médicales. Par ailleurs il ne me semble pas que l’anthropophagie même minime soit conseillée pour notre la santé. Enfin, petite info perso, je ne consomme pas de gélatine de type animale, mais végétale.

      Donc Billy, je vous réponds en mon âme et conscience : toujours contre ! 😉

  7. Gizmodo et son ton rétrograde et conservateur…. Pathétique.
    Ce n’est plus un site pour Geeks mais pour téléspectateurs de TF1 ici.
    Qu’est-ce que je fais là moi ?

  8. Encore une façon détournée de nous faire accepter les OGM : on évite la mort de 300 000 animaux! La belle intention,! Jusqu’à preuve du contraire, la gélatine est produite à partir d’os d’animaux de boucherie déjà morts, du moins je l’espère!
    A tous ceux qui font les dégoûtés, je m’étonne de votre ignorance, voilà des millénaires que la cuisson des viandes avec os produit de la gélatine, et que vous en mangez, dans la galantine, par exemple. Idem avec les arrêtes de poisson.
    Crossfield Jacob? Tout dépend de la température de cuisson, mais c’est tout de même plus économique d’augmenter la température, que d’aller chercher un ADN humain pour modifier des levures pour leur faire produire un produit qui ne coûte rien: la gélatine! Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?

    Et si vraiment la gélatine d’origine animale vous reste entre les dents, utilisez l’Agar-Agar, c’est végétal, sain et naturel. En plus les algues sont un aliment d’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité