Les nouveaux « hobo code »

qrst_2_500px

Les codes QR ne sont pas aussi nouveaux qu’on pourrait le croire, ils datent en réalité de 1994. L’Europe a du retard puisqu’en 2003 cette pratique était déjà répandue dans tout le Japon. Ces codes-barres en deux dimensions ont un usage principalement commercial. Mais comme son ancêtre le code-barre classique, les QR ont été élevés au rang d’art.

Un des précurseurs de ce domaine fut Fabrice de Nola. Il a mis au point le projet « Active » en 2006 qui permettait une interaction entre les œuvres et les mobiles des spectateurs. D’autres domaines ont suivi comme la musique, la mode ou l’art corporel. Le QR code est aussi utilisé à des fins pratiques, pour donner des informations dans des musées par exemple. Il s’implante également de plus en plus dans les villes, souvent dans le but de suivre un jeu de piste de façon ludique et interactive.

Bref, ces petits modules blanc et noir ont finalement une longue histoire et tout un tas d’utilisations possibles et encore inimaginables. La tendance actuelle des QR codes est l’urbanisation et le street art. C’est dans cet esprit qu’a été créé le générateur de code QR : QR_STENCILER.

Ce projet est un logiciel qui permet de transférer un code QR pour en créer un pochoir. F.A.T. (Free Art & Technology) présente donc un système de balisage urbain secret. Ce sont les équivalents des « hobo code » du 19e et 20e siècle, typiques de la culture américaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le but de F.A.T. est de donner des informations de façon originale et discrète sur le mobilier urbain. Ils ont ainsi développé une large gamme de code, comprenant les plus classiques :

Attention chien méchant

 

 

 

 

 

 

Tournez à gauche

 

 

 

 

 

 

Ou d’autres ayant des significations plus originales :

Free Wifi

 

 

 

 

 

 

Attention le café est mauvais

 

 

 

 

 

 

 

Le principe est plutôt sympathique, en revanche deux problèmes majeurs se posent, en premier lieu les codes QR sont intégrés comme des graffitis sur le mobilier urbain, et surtout certaines significations des codes sont franchement limites (insultes, jugement, délation …). Les propos les moins déontologiques ne peuvent pas être justifiés par l’art ou le renouveau d’une tradition.

Pour vous faire une idée :

 

 

 

 

 

 

[F.A.T.]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité