Pourquoi les robots nous effrayent-ils autant

female-android-wikipedia

Uncanny Valley est une référence dans le domaine de la robotique et de l’animation 3D. Ils ont développé les fameux robots ressemblant à des êtres humains, tant par leurs physiques que par leurs comportements. Mais pourquoi ces répliques nous inspirent ce sentiment de malaise ?

Les actuels « Valley » sont trop réalistes et n’attirent pas la sympathie du public contrairement à d’autres humanoïdes. Par exemple, la plupart d’entre nous ont adoré Wall-E, le robot sentimental de Pixar, mais la nouvelle animation du film Tintin pourrait s’avérer perturbante.

Une équipe de chercheurs de l’université de Californie, dirigée par Ayse Pinar Saygin s’est interrogée sur ce phénomène. Cette sensation dérangeante face aux Androïdes semble en réalité due à notre cerveau.

Les scientifiques ont donc choisi 20 sujets, âgés de 20 à 36 ans. Ceux-ci n’avaient eu aucune interaction avec des Androids si réalistes. Ainsi les chercheurs pouvaient obtenir une réponse objective, l’effet de peur, de dérangement pouvant diminuer avec l’habitude ou la proximité.

L’expérience a commencé avec l’aide de Repliee Q2, issu de l’université d’Osaka. Ce visage de robot propose 13 expressions faciales, utilisant les yeux, sourcils, joues, paupières, lèvres, bouche et cou. Des vidéos de Q2 ont été prises (hochant la tête, buvant un verre d’eau …), puis les mêmes actions ont été enregistrées avec cette fois un être humain. A la fin de la vidéo, on apercevait Q2 désossé, révélant ainsi sa nature robotique.

Les sujets ont ensuite visionné les vidéos en étant informés de la nature biologique ou bionique des acteurs. Pendant ce temps, un IRM scannait leur cerveau. Les réactions ont été unanimes. Lorsque l’androïde apparait à l’image, le cortex pariétal montre de hauts niveaux d’activité. Plus simplement les zones qui s’illuminent sont reliées aux mouvements corporels et à la mise en miroir (empathie).

D’autres expériences montrent que si un robot a un comportement  typique de robot, il n’y a pas de malaise. De même, si un acteur humain se comporte comme tel, le cerveau des sujets reste calme. C’est pour cela que le public ne craint pas Wall-E.

Il semble donc que notre cerveau ne puisse pas associer l’apparence humaine et les mouvements robotiques. Il y a une incompatibilité, notre cerveau voit un paradoxe. Il analyse deux sensations opposées et incompatibles. C’est ce manque de pragmatisme qui nous indique quelque chose d’anormal et qui crée ce sentiment de mal être.

Finalement, le cerveau ne se soucie pas de l’aspect bionique ou biologique du sujet. C’est l’association avec un comportement atypique qui crée ce sentiment dérangeant. Le cerveau a besoin de logique, d’harmonie entre mouvement et apparence.

L’angoisse ressentie à la vue de ces robots si réalistes est donc due à notre cerveau. En réalité cela fonctionne exactement comme pour une phobie. Prenons une phobie classique, le vertige. Si nous sommes sujet au vertige c’est parce que nos pieds sont sur une surface dure (associée au sol par notre cerveau), mais que notre vision informe le cerveau que nous sommes à plusieurs mètres du sol. Celui-ci est face à une incompatibilité. La sensation physique n’est pas en adéquation avec l’information visuelle, il y a donc malaise et dans le cas présent, vertige.

Finalement nous avons donc peur de ces robots, pas parce qu’ils sont trop réalistes, mais parce que leur comportement ne correspond pas à leur aspect.

[Gizmodo]

 

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je pense que c’est une question d’habitude, les robots seront de plus en plus réalistes et je trouve sa super (sa gênera moins) mais nous nous habituons forcément à ce que nous voyons étant bébé (lors de l’apprentissage) ce qui fait que l’on n’a pas de rejet de notre environnement!

    Si le monde ressemblait à iRobot avec des robots bien plus proche de l’homme sa ne nous posera aucun problème, et puis il est facile de faire la différence (dur de reproduire exactement le comportement humain)!

  2. Lorsque nous sommes face a un autre humain avec un handicap (physique ou mental), nous ressentons également un malaise.
    Pourrait-ce être en rapport avec cette inadéquation décrite dans l’article ?
    Mon avis c’est que nous ne sommes pas encore habitués, c’est aussi simple que ça.
    De la même manière que ma grand mère de 95ans a du mal a communiquer en visio avec moi.
    Hélas et heureusement nous sommes très malléables, des trésors d’adaptation. Et nous nous y ferons, aussi vite que nous nous sommes habitues aux claviers virtuels ou aux GPS.

  3. J’ai absolument rien compris à cet article, du pur charabia … Pour ne reprendre que l’exemple cité ici : « Si nous sommes sujet au vertige c’est parce que nos pieds sont sur une surface dure (associée au sol par notre cerveau), mais que notre vision informe le cerveau que nous sommes à plusieurs mètres du sol. Celui-ci est face à une incompatibilité. La sensation physique n’est pas en adéquation avec l’information visuelle, il y a donc malaise et dans le cas présent, vertige. » –> Cela veut dire qu’une personne sujet au vertige suspendue à plusieurs mètres par une corde ou autre n’ayant aucun support sous les pieds verra sa peur du vertige disparaitre … là ya comme un malaise avec votre raisonnement …

    1. Je crois que t’as pas compris grand chose et oui des études ont démontrées que des phobies pouvaient être « soigné » ou du mois réduite par l’accoutumance et la désensibilisation…

  4. Plusieurs articles ont deja été fait sur ce sujet. Le soucis vient effectivement de la perception d une anormalité. C est tout simplement un réflexe dit primitif venant de nos ancêtres. La perenite de l espèce ne peut passer que la reproduction d êtres « sains », sans pathologie. Ce sentiment, ce réflexe est innée et incontrôlable comme la respiration, celui ci se produit donc avec des robots singeant la réalité tout en donnant l impression qu il y a un truc pas « naturel ». Il se produit aussi avec de l image de synthèse tentant de reproduire au mieux des acteurs réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité