Les aires de jeux trop sures détruisent la société

abandoned-playground

Le New York Times nous propose une histoire étonnante. La sécurisation des aires de jeux pour enfants serait néfaste pour leur avenir.

Remontons dans nos souvenirs. Si on vous parle des aires de jeux de votre enfance, des souvenirs plus ou moins flous font leur apparition. Toboggans, cordes de Tarzan, balançoires gigantesques, cage à écureuils … Voilà typiquement les jeux qui rythmaient nos folles après-midis. Évidemment, ces escapades s’accompagnaient souvent de bleus, d’ecchymoses et d’autres bobos en tout genre.

Les nouvelles générations ont donc vu fleurir des parcs de jeux ultra sécurisés. Finis les barres en métal ou le goudron agressif, place au revêtement en caoutchouc et autres accessoires de sécurité. Si cela semble être une bonne chose pour nos chères têtes blondes, il s’avère qu’il n’en est rien.

Cela parait naturel de vouloir protéger les enfants, mais le New York Times explique qu’il s’agit d’une erreur. En réalité nombre de parents et de psychologues pensent à tort que si un enfant chute d’une hauteur conséquente, il développera une peur du vide. De nombreuses études prouvent le contraire. Un enfant qui a déjà chuté avant 9 ans sera moins susceptible d’avoir peur du vide en devenant adolescent.

En s’exposant au danger dans les aires de jeu, les enfants font les exercices spécifiques que les thérapeutes font faire aux phobiques. Les parcs de jeux donnent aux enfants une envie de nouvelles sensations. De plus les dangers et la peur sont compensés par la volonté de conquérir et de développer un sentiment de maîtrise. Empêcher les enfants de se faire des blessures inoffensives les rend en fait craintifs et peu surs d’eux.

Voilà un des grands maux de notre société : l’aversion du risque. Les enfants ne doivent pas aller trop haut, ni courir trop vite. Ils doivent porter un casque et des genouillères. Résultat, en grandissant, ils deviennent peureux et peu entreprenants.

Pourtant ce sont les risques qui font avancer notre société, les entrepreneurs, les inventeurs, les explorateurs, les astronautes, les révolutionnaires, ce sont eux qui propulsent le monde vers l’avant.

Moralité, il n’y a pas de mal à se faire un petit bleu, au contraire puisque c’est bénéfique pour votre avenir. Donc ce weekend, sus aux balançoires, faire un concours de « qui sautera le plus loin ».

[Gizmodo]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Résultat, en grandissant, ils deviennent peureux et peu entreprenants. » Euhhh il me semble que les sports extremes sont de plus en plus développés ? On parle de folie aujourd’hui ! Certes les moyens de sécurités sont plus importants mais un big air de 15mètres c’était du jamais vu il y’a 30ans.
    Deplus les études montrent que nos jeunes génerations cherchent a dépasser d’avantage leur limites chaque jours pour multiplier leurs experiences. Donc je pense que cette étude est à nuancer.

    1. roM, je ne suis pas d’accord avec toi. Aujourd’hui il y a un développement du sport extrême, car il devient plus accessible avec de meilleurs sécurité et des possibilités qui n’existaient pas à l’époque.

      Renseigne toi sur les débuts des aviateurs, des premiers types qui testaient les parachutes. Ou encore dans les années 50, le nombre de personnes qui faisaient des choses ahurissante tel que marcher en équilibre sur une corde reliant 2 immeubles sans protections, ceux qui faisait des figures debout sur un avions etc… Là c’était des vrais folies ! 😉

  2. J’ai trouvé cet article très intéressant.
    Moi qui suis pourtant un geek pur et dur qui rafole de techno et d’autres news hi-tech, j’ai vraiment apprécié cet article, qui illuminera peut-être certains casse cou des écoles primaires qui de demandent pourquoi ils ont moins peur que leurs camarades plus tard…

    1. parce qu’un geek s’intéresse seulement aux ordi ?
      perso j’en suis un peu un, et c’est pas pour ça que je me renseigne et lis seulement des articles sur la techno…
      ^^

  3. Je suis d’accord avec l’article aussi, comme on dit « la douleur crée la mémoire », et comme on a toujours peur de ce qu’on ne connait pas…

  4. Ouais ben y a des traders qui ont du abuser du tobogant paske ils ont vraiment aucune conscience du risque. Perso je suis contre ce tout securitaire. Darwin avait une theorie la dessus. Si on devient mou du genou je donne pas cher de notre espece. Y a qu a voir toutes les allergies qu on developpe dans nos mondes dit civilises. Quand j etais gamin il y a une trentaine d annee tu avais un asthmatique par classe voir ecole. Maintenant c est tout juste si t as du bol que ton gamin peut manger une kkwet. Laissons nos gamins faire l experience de la vie (et de la gravite) et manger des cochoneries par terre. Ils en sortiront plus vifs et en meilleur sante non?

  5. Incroyable, c’est le plus beau article que j’ai jamais lu depuis bien longtemps. Bravo.

    A mon avis, si les sports extrêmes se développent c’est justement parceque les gens n’ont pas appris la notion de danger, laquelle les rends plus sûrs d’eux, et par conséquent plus prudents. bon n’empêche que les sports extrêmes sont la plusparts du temps tellement sécurisés que les gens risquent peu.

  6. c’est bien beau tout ça, mais lorsque vous apprenez qu’un proche est mort en tombant d’une trottinette parcequ’il n’avait pas de casque vous ne voyez plus les choses de la même façon !
    vous pouvez aussi conduire toute votre vie sans ceinture, mais le fait de la mettre tous les jours vous sauvera peut être la vie !
    et je rappelle aussi qu’il y avait beaucoup plus de morts d’enfants il y a 30 ans (aller voir les chiffres de l’oms sur les enfants notamment) et aujourd’hui parcequ’on prend beaucoup moins de risques il y a des milliers d’enfants en vie….

  7. Que ce soit sécurisé ou pas, on ne maîtrise pas tout. Personnellement si j’avais eu un revêtement en caoutchouc étant plus jeune, j’aurais un peu plus joué au cascadeur. Parfois on ose allé plus loin justement parce que c’est sécurisé à un certain niveau . Je pense que ce qui rend les gens plus ou moins peureux ou courageux dès l’enfance c’est l’interprétation qu’ils se font des expériences qu’ils vivent. Étant très influencés par ceux qui nous éduquent, on reçoit leurs inquiétudes. Après, il y a toujours des moments de rébellion mais bon… ;-p (il ne faut pas oublié que la télé et autres médias nous influencent aussi)

  8. C’est tout à fait ce que veux la société actuel : Faire de chaque personne un mouton peureux et peu entreprenant.
    Ceux qui détiennent encore le pouvoir (encore mais plus pour longtemps, le bateau prends l’eau et bientôt cela sera sauve qui peut) actuellement l’ont bien compris et ne veulent pas que le commun des mortels devienne entrepreneurs, inventeurs, explorateurs, astronautes ou révolutionnaires. Ils ne veulent surtout pas être propulsé en avant, ou changer l’ordre mondial présent.
    Préparez vous, ça va chauffer.

  9. enfin un article qui en parle !! j’y pensait depuis longtemps, j’ai 24 an, je suis passé devant mon école primaire, et là où j’avais des vélo des cage des murets de la terre, j’ai vu une cour en goudron plastifie, sans vélo sans cage sans rien.. tout en plastique aseptisé.. bien sur que l’on développe des générations d’assisté, dés le plus jeune age on les protége de tout et de rien.. je me suis fait des bleues, je me suis même cassé un poigné a l’école et mes parents n’ont pas porté plainte contre l’école pour autant !! ça arrive !! mais ça aujourd’hui.. on faisait des sortie en vélo, 2prof pour 20 élèves, nos propres vélos, et basta, aujourd’hui il faut le double de prof, des vélos homologué par la comission de je sais pas quoi, un casque par élève, homologué lui aussi, et si un gamin se fait un bleu, le parents harcèlent l’école et on arrête les sortie pédagogique pour une durée indéterminé.. mais quelle sorte de génération allons nous former comme ça.. ils vont naître dans un milieu aseptisé, croirons que c’est la norme, et feront la même connerie.. merci qui ?

  10. Pour ceux qui disent qu’il n’y a jamais eu autant de gens faisant du sport extrême : à votre avis, les mecs qui ont l’âge de sauter à l’élastique, ils ont été élevés quand ? À une époque où on laissait les gosses se débrouiller…

  11. « Voilà un des grands maux de notre société : l’aversion du risque. »

    Je crois que je n’ai jamais lu quelque chose d’aussi vrai. Tout est bloqué par cette peur. Rares sont les personnes à prendre encore des initiatives en milieu professionnel; au lieu de ça, on a du « je n’ai pas eu de consignes alors j’ai laissé passer l’occasion ».

  12. Bonjour,
    je viens de tomber sur cet article que me fait faire des bons et sourire à la fois. Aujourd’hui je fait partie de cette population de travailleur que personne ne connait mais sans qui le paysage serait extrêmement différent… Autrefois installateur, maintenant contrôleur d’aire de jeux, mon métier est de vérifier si la conformité des normes est respecter sur les aires de jeux. Certes l’évolution des aires de jeux à fait un bon au moins similaire à celui de l’informatique en 20 ans mais combien y a t-il eu de mort sur les aire de jeux ces 3 dernières années, et entre 95 et 98?
    les sols souples qui sont temps critiqué n’ont qu’un seul travail, évité les traumatismes à la tête (avec mort).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité