Les data centers de Google sont plus écologiques que ce qu’on pourrait croire

windfarm81

Entre 2000 et 2005, les data centers mondiaux ont vu leurs dépenses énergétiques exploser. L’expansion de l'Internet et l'informatisation de la société devaient aboutir à un doublement de leur consommation de 2005 à 2010. Or le phénomène s’est ralenti sur cette période (56% d’augmentation).

Les raisons sont diverses. Tout d’abord, le nombre réel de serveurs informatiques a baissé de manière significative par rapport aux prévisions 2010.  En effet, on a pu constater une baisse de la demande sur le secteur informatique. Évidemment, la crise financière de 2008 y est pour beaucoup.

Par ailleurs, l’émergence de technologies informatiques et la virtualisation des serveurs (Cloud) ont contribué à la diminution de leur nombre et de ce fait à la baisse de consommation énergétique.

Ainsi, la firme Google – qui n’a jamais été franche et honnête quant à la dépense d’énergie qu’elle consomme via ces data centers – pourrait nous surprendre. Effectivement, en constatant l’ampleur de ce géant, on suppose aisément que les chiffres doivent être confondants. Apparemment nous étions, loin, très loin des estimations.

Bien sûr, la consommation énergétique de la marque est importante, nécessairement bien plus que la plupart des PME ou que la consommation quotidienne d’un foyer. En effet Google ne se contente pas de faire tourner une machine à laver et deux ordinateurs. Le nombre de données qui transitent par ses centres est colossal. Pour un fonctionnement optimal, il faut continuellement alimenter les serveurs. Ces derniers sont indubitablement gourmands en électricité.

En revanche, parmi ses pairs, les data centers de Google font partis des moins polluants. Jonathan Koomey, un professeur consultant dans le département de génie civil et environnemental à l’Université Stanford, a récemment publié un rapport allant en ce sens.

Google serait responsable de moins de 1% de l’électricité utilisée par l’ensemble des Datas centers. Au niveau mondial, la consommation de la firme est également minime, elle ne représente que 0.1% de l’utilisation totale d’électricité. Google étant plus que discret ces dépenses, ces données restent des suppositions extrapolées à partir des informations de l’entreprise

Ces faibles chiffres sont dus à l’efficacité de l’infrastructure des serveurs de la firme. Les centres de données de Google sont parmi les meilleurs en termes de conception et d’exploitation.  Par exemple, ils disposent d’une alimentation qui intègre une batterie, ce qui lui permet de fonctionner sans coupure et avec un faible apport en énergie.

De même, l’entreprise est soucieuse de l’environnement. Elle effectue une véritable veille sur les sources d’énergie alternatives (comme les éoliennes) et les technologies vertes. Heureusement d’ailleurs puisque la firme a prévu d’augmenter son cheptel de serveurs de 1 à 10 millions de machines supplémentaires.

[Gizmodo]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. ridicule cet article ; un vrai tissu de conneries avec des nots utilisés que vous ne semblez pas comprendre.

    Le titre donne d’ailleurs bien le ton :
    « Le Google data center… »
    Vous ne pensez tout de même pas que Google dispose d’un seul datacenter ! 😉

    Reprendre des news US, c’est une chose mais faut comprendre un minimum avant.

    1. Bah bouge toi le c** pour trouver une solution belle et efficace pour sauver de l’énergie et on en reparlera. En attendant, c’est toi la pollution visuelle…

      1. +1 !!
        Tom, les centrales nucléaires ne polluent pas visuellement ?? et à défaut d’etre invisibles, l’energie produite par cette technologie est propre.

    2. Une seul solution alors: éteindre ton ordi et tout ce qui s’en suit pour vivre comme au moyen-âge.. C’est un peu vouloir le beurre, l’argent du beurre, et en option le cul de la crémière, le nucléaire ça pollue, les éoliennes cèpabo, mais par contre je veux pas me passer de mes appareils..

  2. Petite précision sur l’article :

    Je travaille dans un data center (et oui ! Et non je ne serai pas astronaute dans 3 mois !) dans la branche qui gère les énergies (élec et froid) du centre.

    La première chose : depuis une décennie, les constructeurs de matériel comme les serveurs, systèmes de stockage ont fait énormément d’effort sur la consommation d’énergie comme l’EEE 802.3az, la généralisation de la fibre ou encore des composants ayant un rapport perf / conso elec en progrès ; et par le fait, limité l’énergie nécessaire pour les refroidir (rapport de 1 pour 2 kW) .

    Pareil pour les onduleurs alimentant l’ensemble, leur rendement ont aussi évolués à la hausse.

    Voilà des indications supplémentaires pour expliquer les différences entre les prévisions et la réalité qui est la même pour l’ensemble des data center.

      1. Les … se montrent sans doute peu diplomatiques, ou constructifs, mais sur le fond ils sont loin d’avoir tort, morceaux choisis de « l’article » :

        « Par exemple, ils disposent d’une alimentation qui intègre une batterie, ce qui lui permet de fonctionner sans coupure et avec un faible apport en énergie. »
        Quiconque a mis les pieds dans un datacenter (et encore) sait que l’usage de batteries n’a rien d’innovant, et certainement rien de spécifique à Google. Le terme exact est « onduleur » et si les bénéfices en terme de continuité de service sont réels, le « faible apport en énergie » me parait douteux, pour ne pas dire mensonger. Testez vous même, ces appareils existent pour le grand public.

        « 1à 10 millions de machines supplémentaires » : voilà qui est précis !

        Dernier point : « Au niveau mondial, la consommation de la firme est également minime, elle ne représente que 0.1%de l’utilisation totale d’électricité. »
        Sérieusement, une société qui à elle seule consomme un millième de l’électricité mondiale c’est minime ?

        Pardonnez mon avis peu constructif, mais tout cela me parait plus que léger pour faire un article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité