Minority Report à Santa Cruz

concepto de tecnologia

Un nouveau logiciel est en phase de test en Californie. Le rapprochement le plus évident vient du film Minority Report, mais rassurez vous, il n'y a pas de précogs en vue. Par contre les policiers de Santa Cruz peuvent dorénavant "prédire les délits."

Ce type de logiciel futuriste n’est pas une nouveauté, vu le nombre d’appels d’urgence reçu par la police, l’anticipation devient capitale pour gagner en efficacité. La police de Chicago a d’ailleurs créé une unité d’analyse prédictive il y a un an.

C’est dans cet esprit que le nouveau logiciel CompStat a été conçu. En réalité le logiciel ne détermine pas le délit. Cependant il est capable de suggérer un lieu où un délit pourrait être commis. Il a été développé par de nombreux experts, dont deux mathématiciens, George Mohler et Martin Short, un anthropologue, Jeff Brantingham et un criminologue, George Tita.

Il est à ce jour le plus perfectionné et le plus sophistiqué qui soit. Ce logiciel se base sur les modèles de prédiction de tremblements de terre et de leurs répliques. Pour plus d’efficacité, il prend en compte toutes les données antérieures. Il totalise pour le moment 8 ans de données issues de la police de Santa Cruz. Le logiciel est mis à jour quotidiennement et deviendra donc de plus en plus efficace avec le temps.

On peut donc supposer qu’il croise un nombre impressionnant de facteurs. Citons la récurrence, les lieux à risque ou avec peu de sécurité, la population d’un quartier ou encore les heures tendancieuses. Ensuite les endroits dits à risque sont reportés sur un plan découpé en zone de 12 * 12 m.

L’expérience basée à Santa Cruz  a commencé en juillet et elle semble faire ses preuves. Chaque jour les policiers reçoivent une liste de 10 endroits susceptibles d’être attaqués. Ils s’y rendent ensuite pour s’assurer qu’il n’y a aucun problème ou bien pour agir en conséquence.

Ainsi deux jeunes femmes ont été arrêtées dans un parking, le logiciel prévoyait des vols de voiture sur ce lieu. Les policiers sont intervenus et ont arrêté les coupables. L’une d’elles était d’ailleurs en possession de drogues. C’est ce qui s’appelle faire d’une pierre deux coups.

Pour le moment le logiciel ne s’intéresse qu’aux délits mineurs, à savoir les cambriolages et les vols de voiture. Cela dit, il a déjà permis 5 arrestations. Son évolution pourrait donc être très intéressante et axée sur des délits plus graves, voir même des crimes.

D’après le rapport de police, les cambriolages auraient diminué de 27 % entre juillet 2010 et juillet 2011. L’effet dissuasif de la présence de policiers sur des zones à risque semble donc efficace.

Faisons-nous l’avocat du diable. Le seul problème c’est qu’il n’est pas précisé combien de fois des policiers se sont déplacés pour rien. Mais il semblerait que prévenir un crime soit moins couteux que de le résoudre.

De plus, comme pour tout logiciel, un piratage reste possible. Des voleurs pourraient éventuellement envoyer des policiers à l’autre bout de la ville pour réaliser leur larcin.

Cela dit, pour le moment ce logiciel remplit pleinement son office, l’expérience devrait donc se poursuivre à Los Angeles. On imagine qu’il sera démocratisé dans le monde entier s’il continue sur sa lancée.

[20minutes]

© carlos castilla – Fotolia.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Arrêter des gens pour des crimes qu’ils n’ont pas encore commis ? Bizarre.
    Personnellement j’ai toujours rêvé de tuer mon prof de math, on va venir m’arrêter ?

  2. C’est pas mal !
    C’est tout bête mais il fallait le faire..

    Il reste plus qu’à attendre qu’il devienne plus précis en ajoutant encore plus de facteurs pour arriver à la hauteur du PC d’Astrid dans le monde parallèle de Fringe ^^

  3. Le fait que des policiers patrouillent dans les lieux à risques ou aux heures tendancieuses n’a pas pour effet, à moyen terme, de modifier ces lieux et heures?

  4. @Bekhan:
    le système suggère d’aller faire un tour dans un coin précis pour prévenir une potentielle mauvaise action pas d’arrêter telle ou telle personne parce qu’elle va (éventuellement) faire une sottise. C’est là toute la différence avec Minority Report et c’est ce qui le rend moins dérangeant du point de vue éthique.
    Ceux qui se sont fait arrêter se sont fait prendre en flag.

  5. Nan mais sérieusement… 5 arrestations ? En un mois. J’habite à Paris, et il suffit de dire « Châtelet – Les Halles » et on a bien plus de 5 arrestations en un mois… Et mon logiciel de prédiction n’est pas sophistiqué, c’est pas bien difficile de dire à quel endroit y’a des risques.

    Bon après, l’idée est à développer, j’avais vu un reportage intéressant sur la vidéo-surveillance. Grâce aux caméras, on peut détecter une attitude inadéquate, en observant les déplacements des personnes, et il suffit d’y ajouter quelques infos comme la présence / absence de forces de l’ordre, ainsi que des statistiques du passé et je suis sûr qu’on peut faire bien mieux que 5 arrestations / mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité