Avec SyNAPSE, IBM envisage le cerveau gravé sur du Silicium

HAL

IBM a conçu deux CPU qui sont structurés comme un cerveau humain même s'ils sont encore loin d'en avoir les capacités (pour le moment). Ces deux puces s'inscrivent dans cadre du projet SyNAPSE ( Systems of Neuromorphic Adaptive Plastic Scalable Electronics). Celui-ci pourrait bien être à l'origine d'une nouvelle ère dans l'informatique. Non, il ne s'agit pas de science-fiction.

Il s’agit de deux puces expérimentales. Une architecture imitant celle du cerveau permettrait de développer l’informatique cognitive. La machine qui embarquera un tel CPU pourrait traiter l’information à la manière d’un cerveau humain, ce qui lui permettrait d’apprendre et de conclure. Elle serait aussi plus efficace que les actuels ordinateurs : consommation plus faible et encombrement réduit.
On pense bien entendu à HAL dans 2001, l’odyssée de l’espace.
Chacune des deux puces expérimentales est gravée en 45nm et dispose de 256 neurones. L’une dispose de 262,144 synapses qui sont programmables. La deuxième puce possède 65,536 synapses ayant la capacité d’apprendre. Dans un ordinateur, les interconnexions sont fixes ; le CPU est tel qu’il a été gravé alors qu’avec ce nouveau type de CPU, les connexions peuvent évoluer soit par apprentissage, soit par programmation (on a les deux cas ici avec ces deux puces expérimentales).
A l’avenir, IBM envisage de créer des CPU avec des dizaines de millions de neurones et des trillions (un trillion est un milliard de milliards) de synapses. L’ensemble consommerait un kilowatt et occuperait un volume de deux litres. Un cerveau possède toutefois 10^11 (100 milliards) de neurones et 1000 synapses par neurone.
De tels ordinateurs seraient capable de résoudre des opérations sur lesquelles les ordinateurs actuels bloquent. La puissance de calcul phénoménale qu’ils développeraient leur permettraient de traiter des millions d’informations et de prédire très précisément la météo et des catastrophes naturelles par exemple.
Mais le plus incroyable, c’est peut-être la capacité qu’auraient ces ordinateurs à ne plus être dépendants d’un informaticien puisqu’ils auraient la faculté d’apprendre par eux-mêmes et de tirer des conclusions.
Le Super-ordinateur Watson de Big Blue, s’il n’embarque pas ce type de CPU, avait déjà laissé entrevoir un tel comportement cognitif.

[ibtimes]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Mais le plus incroyable, c’est peut-être la capacité qu’auraient ces ordinateurs à ne plus être dépendants d’un informaticien puisqu’ils auraient la faculté d’apprendre par eux-mêmes et de tirer des conclusions. »

    Donc, ces ordinateurs permettront de construire des puces et autres composants encore plus puissants pour le futur… et bien entendu aucun humain ne sera capable de réparer/comprendre/reproduire ces ordi étant donné leurs complexité!

    Asimov, t’avais raison, on y arrive enfin!!

  2. Asimov avait édicté 3 lois fondamentales, à inclure dans les cerveaux posytroniques :
    – un robot ne doit pas faire de mal à un humain
    – un robot doit avoir l’instinct de conservation, sauf s’il entre en contradiction avec la première loi.
    – un robot doit toujours obéir à un humain, sauf si ça entre en contradiction avec la première loi ou la seconde loi.

    Quand ça merdouille ça donne HAL …

  3. Je pense qu’on ira bien plus loin, d’ici 50 ans en sachant que tous les neuf mois les ordinateurs doublent leur capacité (en moyenne), dans l’avenir ces ordinateurs seront capables de stocker l’intégralité d’un cerveau humain, sa conscience, et ses interactions.

    Les perspectives sont multiples, une conscience humaine dans un ordinateur, avec des capacités toujours décuplées, fiction ou réalité ?

    On serait du coup éternel, on pourrait aussi se dupliquer, on pourra voyager à la vitesse de la lumière, via un téléchargement 😉 bon j’arrête la.

    ça serait au pire un bon début pour un film de SF non.

    1. « La machine qui embarquera un tel CPU pourrait traiter l’information à la manière d’un cerveau humain »
      Sauf que la partie émotionnelle qui dirige en grande partie nos actes physiques n’est pas calculable d’une manière binaire et aucun calcul ne peut prévoir ce qu’occasionne par exemple un coup de colère ou de jalousie.
      Je ne parle pas non des sous entendus humains du genre « Merci » qui selon l’humeur du moment doit être compris comme un refus ou comme une acceptation.
      Bref ! tant que la machine ne saura pas éprouver de sentiment, elle ne restera qu’une vulgaire calculatrice…

      1. Justement cela sera une intelligence pure, sans les déformations et aliénations des émotions. Je ne pense pas que la colère et la jalousie soient un signe d’intelligence, mais uniquement la cause de meurtre, guerres, cupidités, envies, et tout ce qui fait que ce monde est en train de se détruire.
        Donc rien à redouter des intelligence artificielle, mais uniquement de ceux (humains qui ont des émotions) qui vont les commander.

  4. Cet article n est pas très sérieux. Je suis d accord avec jcc13. L exemple de la météo est patent. La prévision météo n est pas qu une question de calcul, mais d impondérable incalculable. Il en va de même de plusieur problème dont ll est prouvé qu ils sont par définition irresolubles. Restons calmes et réfléchissons plutôt aux tabous qui entourent le rapport de la pensée aux sciences de l ia.

  5. Vivement que l’on me greffe un cpu comme ça à la place du cerveau.
    Plus de sentiments, plus d’émotions que de la rentabilité, de l’efficacité.
    Un monde de réve, un monde d’expert comptable, de responsable budgetaire, de traders de super grands patrons aux coeurs et aux cerveaux positroniques.
    Mais … la bouillie cérébrale laiteuse qui flotte entre mais deux oreilles me parle …
    hé crétin ! On y est déja ! C’est déja demain :)

  6. Cette article a été écrit par un néophyte en informatique.

    Ce type d’architecture ne remplacera jamais l’architecture des ordinateur actuels, elle sera complémentaire.
    Un ordinateur basé sur une intelligence artificielle pure ne pourra jamais générer des programmes du type WORD, EXCEL, 3D STUDIO, JEUX VIDEO etc…

    Une autre grossière erreur :
    Je cite : « Elle serait aussi plus efficace que les actuels ordinateurs : consommation plus faible et encombrement réduit. »

    Totalement faut :
    – Plus efficace dans le domaine de la logique flou, mais pas dans le calcule par exemple.

    – Consommation plus faible ? pas si sûre, il faudra des milliard de neurones et des milliard de milliard de synapses pour égaler le cerveau d’une souris, Cela représenterait des milliards de milliard de milliard de transistors.

    Pour terminer, cette technologie n’est pas nouvelle d’autant plus qu’elle est déjà implémentée dans de nombreux programme et les cartes graphiques actuelles (GPGPU) fond exactement la même chose que la puce IBM.

  7. Qui peut dire, ce qui va arriver ou pas, ce que cet ordinateur sera capable de faire ou ne pas faire, à l’époque de leonard de vinci, qui aurait pu croire qu’un jour il y aurait des avions dans le ciel.

    Je donne un exemple simple, les jeux vidéo sont de plus en plus réalistes, que seront-ils capables de faire dans 50 ans ? en sachant que leur puissance de calcul double tous les neuf mois en moyenne.

    Ce qui paraît impossible aujourd’hui ne le sera pas demain.

  8. La force de ces puces est de pouvoir raisonner par analogie (=déduction d’exemple multiples et de pouvoir traiter une info comme une autre qui apparemment a rien à voir mais dont le même « raisonnement » abouti) donc ça fonctionnerai comme une partie du cerveau/de la réflexion.
    En gros en schématisant : un même chemin en passant par les mêmes endroits donne un résultat similaire ou l’infirme. Ici un chemin étant les synapse (cerveau et ces puces) qui sont la liaison entre 2 neurones et des centres d’intégration/ calcul , les neurones (première faculté pour le cerveau et 2eme pour les puces)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité