[TEST] DIRTDEVIL EVO M678

P1010100

Les robots ménagers semblent être partout, on nous loue leurs qualités et efficacité comme du pain bénit. Les robots dernière génération se targuent de belles promesses et évolutions, ni une ni deux, chez Gizmodo, on a voulu voir ce qu’ils avaient dans le ventre. Ainsi, le match du jour opposera parquet poussiéreux et lino souillé au DirtDevil EVO M678.

Contenu de la boite

  • Robot laveur et balai DIRTDEVIL EVO
  • Cube de navigation NorthStar avec 2 piles livrées
  • Pile rechargeable NIMH (Nickel Metal Hydride)
  • Chargeur de batterie
  • 3 lingettes nettoyantes en microfibre réutilisables

Commençons par voir les caractéristiques de ce gaillard. Le DIRTDEVIL EVO possède des mensurations de 20 cm de largeur, 8 cm de hauteur et 21 cm de profondeur, pour un poids total de 1.8 kilo.

Le DIRTDEVIL EVO est un combiné balayeur et laveur de sol. Donc il n’aspire pas mais gagne en discrétion. Il annonce une couverture de 90 m² en mode sec et de 25 m² en mode humide. Ce robot est doté du système de navigation d’intérieur NorthStar qui agit comme un GPS et indique au robot nettoyeur DIRT DEVIL EVO la direction la plus appropriée. Il affiche une autonomie de 2 à 3 h suivant le mode utilisé. Comptez 14 heures pour recharger sa batterie de type pile rechargeable NiMH.

Ce robot possède deux modes de nettoyage. Le mode Robot Balai grâce auquel DIRTDEVIL EVO ramasse la poussière, la saleté et les cheveux qui s’accumulent sur les sols durs. Il se déplace en zigzag à l’aide du boitier NorthStar. Ces capteurs lui permettent de ralentir avant contact avec des objets environnants et lui évitent de tomber dans le vide ou encore de monter sur les tapis et les moquettes.

L’autre mode, est le mode Robot Laveur où le DIRT DEVIL EVO utilise une lingette absorbante et alterne les déplacements vers la droite, la gauche et l’arrière à mesure de sa progression.

DIRTDEVIL EVO est doté de 3 détecteurs différents

  • Le détecteur d’objets ou de meubles
  • Le détecteur de « transition de sols »
  • Le détecteur de vide

Résultats du test

Voilà donc pour la base, il est donc grand temps de confronter le DIRTDEVIL EVO à un parquet poussiéreux. Après les 16 heures de charge induites par la première utilisation, mettons ce robot à l’ouvrage.

Au-delà du temps nécessaire au bon fonctionnement de la batterie, le robot se recharge sur le dos, ce qui n’est pas spécialement pratique, ni esthétique.

Pour ce qui est de l’installation et de la mise en route, le DIRTDEVIL EVO a un fonctionnement extrêmement simple. Le robot est fourni avec un guide de démarrage rapide ce qui facilite les premiers pas. On ne prend pas de risque à dire que n’importe qui arriverait à l’utiliser.

Système de navigation

À la lecture des caractéristiques, l’un des points forts du DIRTDEVIL EVO est son système de navigation NorthStar que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous

Ce système fonctionne comme un GPS grâce à un système de projection infrarouge dans l’espace. Il cartographie ainsi la pièce et permet au robot d’être plus rapide, plus efficace et donc moins gourmand en énergie. Le premier reproche est que ce capteur fonctionne sur piles, il aurait été agréable de pouvoir le recharger en même temps que le robot lui-même.

La mise en route est réellement facile, il suffit d’appuyer sur un unique bouton. Le NorthStar remplit son office, le robot ne monte pas sur les tapis et ne tombe pas dans le vide. Nous avons laissé le robot – non sans une certaine crainte – sur une table et celui-ci n’est pas tombé que la lumière soit éteinte ou allumée.

En revanche, le robot ne se souvient pas de la configuration de votre logement, à chaque redémarrage, NorthStar refait la cartographie. Cette option aurait pu être un réel gain de temps au quotidien et principalement pour maximiser la durée de la batterie.

En ce qui concerne le fonctionnement, le robot adopte toujours la même stratégie. Il commence par nettoyer l’intérieur de la pièce, par la suite il longe les bords des meubles et des murs. Sa mémoire lui permet de s’arrêter à l’endroit où il a commencé son cycle. Bien évidemment,  l’intérêt est de le retrouver facilement, et non arrêté sous un meuble ou dans le passage.

 

Modes de nettoyage : « balai » et « laveur »


Le système de navigation interne du robot est encore une fois très simple à exploiter, en un clic le mode désiré est sélectionné. Petite ombre au tableau, le DIRTDEVIL EVO ne possède pas d’option de programmation, ni de télécommande. Non pas que les deux soient indispensables, mais il est agréable d’avoir la possibilité d’en faire l’usage.

En mode balai, il fait son office de façon très efficace, tant en termes de qualité que de vitesse. Bien sûr il n’est pas conçu pour aspirer, ce qui en l’occurrence lui confère deux avantages. Ce robot est extrêmement silencieux (35db), il est envisageable de le faire tourner de nuit. Deuxième avantage, il ne demande qu’un entretien minime. Nul besoin de le vider et de le désencrasser. Le DIRTDEVIL EVO n’est pas contraignant, seule la lingette est à laver, pour le reste un coup de chiffon lui suffit.

En revanche le robot perd en efficacité en mode laveur, il ne viendra pas à bout des tâches « sèches ». Un petit coup de pouce reste une solution, il suffit de les humidifier au préalable. Dans ce mode, la durée de la batterie retombe à deux heures, il ne faut donc pas avoir une surface trop importante à nettoyer.

Les détecteurs du DIRTDEVIL EVO

Les détecteurs du robot sont très efficaces, les obstacles sont évités ainsi que les tapis. À vrai dire ils sont peut-être trop performants, le robot n’a pas pu revenir dans le salon après s’être attaqué à la cuisine. Ses capteurs ont considéré la transition parquet/lino comme infranchissable.

Ce peut être embêtant si vous laissez le robot œuvrer seul pendant votre absence. Si on veut voir le côté positif, votre cuisine sera particulièrement immaculée. Cela dit, certainement influencée par Wall-E, le DIRTDEVIL EVO fendait le cœur à errer sans trouver sa route.

Malgré ce déboire, il arrive réellement à évoluer au sein de tout l’appartement, sans oublier de pièces. Dans ce domaine, un point à la fois positif et négatif fait son apparition. Le robot arrive à ouvrir les portes entrebâillées, il est donc relativement autonome. Cependant, cela signifie qu’il peut renverser des objets assez légers. Il faut être vigilant vis à vis du mobilier présent dans la pièce sous peine d’avoir de mauvaises surprises. Dans l’ensemble, le robot se cogne fréquemment, mais son système de ralentissement est performant, aucun risque pour les murs ou les pots de fleurs.

En toute généralité, si vous devez utiliser le DIRTDEVIL EVO, il sera conseillé de faire place nette pour gagner en performances et efficacité. Par exemple, le robot s’est acharné à ranger sa boîte jusqu’à ce qu’elle soit calée dans un coin. Mettons cela sur le compte de la conscience professionnelle.

Pour résumer, voici les points forts du robot :

  • Très facile à configurer et utiliser
  • Extrêmement efficace en mode balai
  • Le système de navigation NorthStar et son efficacité de jour comme de nuit
  • Vraiment silencieux (35 b)

Les points faibles

  • Autonomie. Temps de charge (il reste cependant sur les bases de la concurrence), et différenciation des types de sols considérés comme des obstacles.
  • Pas de base de rechargement.
  • Mode laveur uniquement efficace sur les tâches « fraîches »
  • Nécessite parfois un désencombrement de la pièce.

Conclusion

En somme le robot fait son travail, il vous apportera un réel gain de temps. Le débat concerne plutôt l’utilisation d’un robot aspirateur ou non. Ce sont des gadgets coûteux qui ne sont pas encore accessibles au grand public. En revanche, si vous souhaitez acquérir un robot de ce type, le DIRTDEVIL EVO est recommandable et dans des prix relativement bas par rapport aux concurrents (299 €). On peut le considérer comme une entrée de gamme possédant un bon rapport qualité-prix.

A noter que pour les personnes allergiques à la poussière ou aux acariens, que ce soit en usage préventif ou pour éviter la corvée quotidienne, le DIRTDEVIL EVO peut être un excellent investissement. On pense également au milieu professionnel (pour une salle d’attente impeccable et le côté fun et moderne du robot) ou aux milieux où l’hygiène est capitale (du pierçeur-tatoueur jusqu’à l’hôpital).

Un dernier petit détail, les chiens n’aiment pas le DIRTDEVIL EVO, mais rassurez-vous, le DIRTDEVIL EVO ne les aime pas non plus.

[BestOfRobot]

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Faiblesse au niveau des caoutchouc des roues qui se détériorent ou se décollent assez rapidement et impossible de les trouver en pièces détachées!
    bons résultats par ailleurs !
    c’est d’autant plus rageant que ce problème réduit son espérance de vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité