Les « ig Nobel »

Winner Trophy - Burst of Stars Fireworks

Tout le monde connait les prix Nobel, un peu moins les gagnants d’ailleurs. Il existe une autre catégorie nettement plus inutile, mais nettement plus amusante. La 21e édition des prix Ig Nobel.

Qu’on se le dise, la communauté scientifique n’est pas si sérieuse. En prémisse aux Nobels, le magazine scientifico-humoristique « Annals of Improbable Research » s’attelle à récompenser les recherches les plus burlesques.

Cette cérémonie est tout de même orchestrée dans la célèbre université d’Harvard et comble de la dérision, les prix sont distribués par des gagnants de Nobel officiels. Décalage quand tu nous tiens.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=6pwbX9q9cBc&feature=player_detailpage[/youtube]

Passons aux choses « sérieuses », les heureux lauréats de l’année 2011 des Ig Nobel sont :

Dans la catégorie biologie :

Les entomologistes Darryl Gwynne et David Rentz. Félicitations à eux et surtout à leur étude sur l’accouplement entre une espèce de scarabée australien et une cannette de bière. Non, ce n’est pas une blague.

Dans la catégorie paix :

Bravo à Arturas Zuokas, le maire de Vilnius (Lituanie) a trouvé une solution radicale pour empêcher le mauvais stationnement des voitures. Il les écrase avec… un tank. Les idées saugrenues sont décidément merveilleuses.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=V-fWN0FmcIU&feature=player_detailpage[/youtube]

Continuons avec la catégorie médecine.

Après la lecture de ce qui suit, vous constaterez que le Nobel de ce domaine n’est pas si inatteignable. Du moins pour postuler. Des équipes universitaires ont travaillé sur une question fondamentale. Pour se rendre compte de l’impact de leurs travaux sur le monde entier, rajoutons quelques synonymes : une question donc vitale, essentielle, déterminante, centrale… une envie pressante d’aller aux toilettes modifie-t-elle notre faculté à prendre des décisions ? Le verdict est tout aussi sympathique, parfois oui et parfois non.

Cétégorie littérature :

Typiquement celui-ci est presque crédible à la première lecture. Le professeur John Perry présente une Théorie de la procrastination structurelle. Ce sont ses conclusions qui sont formidables. Ainsi, pour réussir dans la vie, il faut se concentrer sur quelque chose d’important, mais uniquement comme un moyen d’éviter de faire autre chose de plus important encore. Si vous souhaitez débattre, nous sommes tout ouïe.

Le domaine de la psychologie n’a pas été épargné :

Bravo à Anna Wilkinson, de l’Université de Lincoln  pour son étude. Vous serez certainement heureux d’apprendre que le bâillement n’est pas contagieux chez la tortue charbonnière. On sent déjà que des destinées sont en train de changer.

On arrive presque au bout avec le prix décerné au secteur de la sécurité publique :

L’université de Toronto, emmenée par John Senders a élaboré des recherches poussées sur l’attention requise pour conduire un véhicule, où un dispositif masque régulièrement la vue du conducteur.

À vue d’œil, ça n’a pas l’air tout jeune :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kOguslSPpqo[/youtube]

On ne se lasse pas, qui donc a remporté le prix de psychologie ?

C’est Karl Halvor Teigen, professeur à l’université d’Oslo qui a remporté la palme. Accrochez-vous pour répondre à cette grande question philosophique : « Pourquoi soupire-t-on dans la vie de tous les jours ? »

Mignon. Intéressons-nous au secteur de la chimie :

Celui-ci vend du rêve. L’université de Shinga (Japon) a investi du temps et de l’argent pour répondre à un sujet crucial : quelle quantité exacte de poudre de Wasabi faut-il pour être réveillé en cas d’incendie ? Où sont-ils allés chercher tout ça ? En tout le brevet de la formule a été déposé le 5 février 2009.

Attention un cocorico s’impose pour la catégorie Physique :

Des chercheurs franco-néerlandais ont révélé un grand mystère de notre monde, pourquoi les lanceurs de disque sont pris de vertige, et pas les lanceurs de marteau. C’est à ce moment qu’on aussi envie de leur demander pourquoi. Quoi qu’il en soit bravo à Philippe Perrin.

Dernière catégorie et non des moindres, les mathématiques.

Plusieurs universités lauréates ont gagné ce prix. Elles ont toutes prédit, grâce aux mathématiques que la fin du monde serait pour 1954.

Une initiative très drôle et qui dédramatise le côté extrêmement sérieux des Nobel. Ça dure depuis 1991, espérons que les Ig Nobels ne s’arrêteront pas de sitôt.

[BBC] via [Lemonde]

© iQoncept – Fotolia.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité