Du parfum à avaler

SWALLOWABLE PARFUM Lucy McRae_Press image_01

Dans le domaine du textile, l'une des dernières nouveautés était les matériaux nano-poreux qui rendaient nos vêtements odorants. Cette innovation est mise au placard, dorénavant ce ne sont plus nos vêtements qui vont embaumer, mais bel et bien nous-même. Quelques explications s'imposent.

Il n’y aurait pas d’intérêt à reproduire l’odeur corporelle humaine. Lucy McRaen, une artiste basée à Amsterdam a tout simplement créé un parfum à avaler. Elle a mis au point ce produit conjointement avec Chéref Mansy, un biologiste. Il s’agit d’une capsule contenant des fragments synthétiques de molécules.  Typiquement ils ont la même structure que nos molécules de graisse naturellement présentes.

Lorsque ces lipides sont métabolisés par le corps, les molécules odorantes sont libérées puis secrétées par la transpiration. En somme la peau fait office d’un atomiseur qui vaporiserait de minuscules gouttelettes de parfum.

La force de la fragrance résulte donc de l’atmosphère et de l’acclimatation de l’individu à son environnement. Ce qui est finalement comique, puisqu’on finirait par sentir bon en cas de stress par exemple. Pas génial en termes de discrétion …

Ce type de produit existe déjà, en revanche de nouveaux usages et améliorations apparaissent chaque jour. Même s’il s’agit d’une innovation, elle est encore au stade de l’expérimentation.

Evidemment l’utilité d’un tel produit n’est pas évidente, cela tient plus du gadget. Toutefois, dans le domaine médical, où certaines maladies entraînent une odeur corporelle extrêmement désagréable, ce produit pourrait éventuellement les atténuer et rendre la vie des malades un peu plus aisée.

[vimeo]http://vimeo.com/27005710[/vimeo]

Et pour quiconque ayant déjà prit le métro, on devrait fournir gratuitement ces produits, comme pour le 20minutes par exemple.

[SwallowableParfum]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Concernant l’odeur corporelle désagréable, on pourrait envisager des capsules genre Febreze, qui dégageraient une sorte d’inhibiteur d’odeurs (un peu comme les ondes anti-bruits pour des voitures trop bruyantes, qui contrecarrent les ondes trop bruyantes

  2. Il s’agit d’une excellente idée, et si tous les tests d’innocuité s’avèrent positifs (je pense que les risques d’allergie sont présents), cela risque de développer un marché fantastique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité