Enfin une solution au problème d’autonomie des voitures électriques ?

Capture d’écran 2011-10-20 à 19.25.30

Si aujourd'hui les voitures électriques disposent d'une autonomie qui dépasse péniblement les 200 km, des chercheurs japonais de l'université de Technologie de Toyohashi affirment avoir trouvé la solution pour fournir de l'énergie en continu.

La route ! 

Nombreux sont ceux à travailler sur l’avenir de l’automobile et plus précisément l’après pétrole. Mais force est de constater qu’à l’heure actuelle les énergie renouvelables ne sont pas en mesure de remplacer complètement l’essence. Certes les véhicules électriques commencent à s’imposer, mais plusieurs problèmes importants subistent: l’autonomie est insuffisante, le rechargement laborieux et le risque d’incendie pour les batteries lithium-ion est élevé.

Néanmoins chaque jour des progrès sont réalisés. C’est ainsi que des ingénieurs de l’Université de Technologie de Toyohashi affirment pouvoir utiliser la route pour fournir suffisamment d’énergie aux véhicules.

Mais c’est bien sur me direz-vous ; une voiture est toujours en contact avec la route, pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ?

Bonne question. Toujours est-il que le procédé est prometteur. Alors que les véhicules électriques se rechargent aujourd’hui à l’arrêt, les japonais ont élaboré une technique permettant de les recharger pendant qu’ils roulent.

Grâce à des plaques de transmission en métal placées sous le revêtement de la route et des récepteurs en métal, eux aussi, installés dans les pneus des véhicules, le simple fait de rouler permet de recharger les batteries électriques par induction. Direction la poubelle pour les câbles, place aux ondes.

Les premiers tests ont démontré la faisabilité de ce procédé. Le transfert d’énergie entre la route et l’automobile est tout à fait possible. Reste à finaliser le concept et à le mettre en place à grande échelle. Si à première vue cela peut paraitre couteux, il faut bien se dire que l’installation des stations de rechargement l’est tout autant.

Le principal problème sera en fait celui des ondes. D’une part il faudra veiller à ce qu’il n’y ait pas d’interférences avec les appareils électroniques, d’autre part nous ne savons toujours l’impact qu’elles ont sur la santé.

[Toyohashi]

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Et ces brillants ingnégneurs, ils ont pensés aux pays nordiques, aux grands écarts de température, aux dérapages et autres pertes de contrôle dû à une perte de traction, au sel épandu sur les routes et qui ronge toutes pièces de métales? Je ne sais pas trop mais il me semble que travailler sur un bon concept de batterie serait mieux…

  2. @Steen

    Plus brillant que toi apparemment …. !

    La partie métallique est SOUS la route (genre 10cm en dessous) et DANS la roue (genre le là où sont les freins) c’est l’échange par onde qui produit de l’électricité !

    Comme 2 aimants assez puissant qui entre en interaction à 50 cm de distance.

  3. Effectivement, cela semble prometteur, et je pense que c’est quelque chose de non négligeable et à développer encore. Mais reste, en plus des problèmes de coûts d’installations, le problème d’installation de ce dispositif à travers le monde, ce serait un travail titanesque (mais pas infaisable) pour réaliser un tel projet, il faudrait remplacer des milliards de kilomètres de route.
    Et puis, comme le dit Steen, je doute également de son efficacité dans tout les pays, il faudrait en complément se concentrer d’avantage sur le développement de batteries plus performantes.

  4. C’est vrai que refaire des millions de kilomètres de routes rien qu’en France ça coûte pas chère. Et l’induction c’est bien beau, c’est vrai que ça marche bien, mais le générateur d’induction il lui faut bien de électricité, et c’est qui qui va la payer?

  5. Autonomie, je rigole.

    Je vous conseil de regarder ce film :
    « Qui a tué la voiture électrique ? »
    On y apprend par exemple que 90 % des trajets journaliers en Californie font à peine 100 km, alors 200…

  6. Impossible selon moi d’installer ça sur toutes les routes, mais imaginez une compagnie d’autoroute offrant ce service de rechargement sur son réseau.

    L’argument autoroute deviendrait alors aussi selui de l’autonomie des véhicules. Et la batterie intégrée servirait une fois la destination atteinte sur les routes départementales n’étant pas équipées du dispositif.

  7. Mais ma plaque pour faire chauffer mes bons petits plats est une induction. Ça risque pas de faire chauffer tout acier se présentant? Comme une voiture?

  8. pour une recharge rapide, on attends que la foudre tombe sur la chaussée (ce qui devrait inévitablement arriver avec des champs électromagnétiques dessous) et on profite du feu d’artifice

  9. zont qu’a mètre des balaies metalique comme sur nos voiture de circuit d’enfants, en plus ya deja les glisières en métal sur les routes ^^

  10. Je ne suis pas ingénieur mais je me souviens d’un truc fantastique sur mon vélo qu’en j’étais petit : La dynamo !!
    On met deux batteries dans une voiture. Une fait fonctionner la voiture et l’autre se recharge quand la voiture roule grâce au système de la dynamo.
    une fois la première vidée, un alternateur fait basculer sur l’autre batterie qui s’est rechargée.
    C’est pas fou ça ?

    1. Sauf que tu vas consommer de l’énergie pour faire tourner ta « dynamo » et vu qu’elle a un rendement inférieur à 1 (pas le choix) ta dynamo va recharger moins que ce que tu vas consommer pour elle. Résultat une perte d’énergie encore plus rapide… A moins que tu veuilles pédaler pour charger une batterie pendant que la seconde est utilisé 😀
      Après tout quand on a pas de tête on a des jambes 😉

  11. En fait je comprends pas ton raisonnement, peux-tu le détailler?
    Voilà le propos de Moustike à mon sens.

    Deux batteries, avec dynamo.
    B1 et B2 ont une autonomie de 200km on va dire.
    Donc on fait un trajet de 400km, aucun souci, les deux batteries se succèdent.

    On fait 600km : B1 commence, puis B2 et pendant que B2 s’utilise, B1 se recharge, même incomplétement, Puis une fois B2 épuisée, on repasse sur B1 et B2 se recharge, encore une fois encore moins complétement, etc…

    Tu perds de l’autonomie à chaque changement de batterie, mais tu gagne des kilomètres, ce qui est ici le but.

    Et une fois arrivé chez toi, tu recharges le tout puisque tu as le temps et la prise.

    Non?

    1. Tu néglige l’énergie que tu envoies dans les dynamo, mes chiffres sont faux, mais en gros, si je reprends ton exemple avec une batterie qui aurait 200Km d’autonomie chargé à bloc.
      Tu as B1 et B2 chargé, tu fais 200Km sur B1, tu passes sur B2, et tu commences à chargé B1 sauf que tu ne feras pas 200Km avec B2 mais seulement 150Km car une partie de l’énergie sert à activer la dynamo et non pas à faire avancer la voiture ou si tu préfères ta voiture à plus de frottement donc elle ne fait pas la même distance avec la même énergie, pendant ce temps la B1 se charge, disons avec un rapport de 80% (ce qui est déjà pas si mal) et bien B1 n’est capable de fournir de l’énergie uniquement pour faire 40Km et encore si B2 ne se charge pas si B2 se charge tu n’en fais plus que 30Km. Donc avec ton système de rechargement tu ne fais que 380Km au lieux de 400Km… Pas franchement génial…

      1. non je ne pense pas que rutrapio veux dire ca.
        depart B1=B2 en autonimie soit 200 km chacune.
        1. b1 est utilisé, b2 repos= 200km
        2. b2 est utiliser, b1 se regarge sur les 200 km
        (se qui ne la charge pas a 100 mais a 80%)
        3. retour sur b1 a 80% donc 160km, b2 se charge de nouveau sur 160km se ki la regage a environ 55% ainsi de suite…
        donc au final il y a plus d’autonomie qu’avec un systeme monobattrie. mais je ne pense pas que se serai vraiment viable.
        je songerai plus a une batterie unique amovible.
        quand la batterie est vide direction station de battrie pour la change en 3min par un acces en bas de la voiture par une machine.battrie full on repart alors que la vide se fait recgarger pour une autre voiture. mais pour ca il faudrait une norme un peu comme pal/secam/ntsc.

  12. Mais je comprends pas.
    Si tu mets un systèmes de dynamo sur chaque roues. L’énergie qui fait rechargé c’est celle produite par le roulement de la voiture.
    Nullement celle de l’autre batterie.
    Enfin je sais pas ! C’est pas mon métier. Mais avec les avancés technologique on peut à mon avis accroître le rendement des dynamos.

    1. En fait je pense que la limitation arrive par le fait que comme la dynamo est en contact avec la roue, alors il y a frottement, donc perte d’énergie (mais dans mon esprit de non scientifique elle me parait supra minime nan?)

      Du coup, une batterie emmène les roues qui rechargent la batterie.

      1. nan c’est pas minim, car si tu veux une dynamo suffisament puissante pour recharger ta batterie correctement tu doi metre une grosse dynamo por ton velo ca marche car c une puissance de 3w peut etre mais pour une battrie il t’en faut beaucoup plus donc une dynamo plus grande donc frottement bien plus important, donc ta batterie qui va servir a la charger va se vide bien plus vite… ( exemple ton ordi portable en internet ca va mais pour du jeux video, ta batterie se bien bien plus vite…

  13. Bon, l’induction c’est bien. mais ont ils pensé aux personnes qui ont un pacemaker ?

    Il est fortement déconseillé aux personnes ayant subit ce type d’intervention chirurgicale au niveau du coeur d’utiliser des plaques de cuisson à induction. Alors sur la route pour rechercher la voiture.. risque d’y avoir des morts.

  14. Vous négligez les pertes, et le faite que brancher une dynamo consomme de la puissance… Si tu mets la dynamo sur ton vélo tu dois pédaler plus car une partie de l’énergie fournis par tes jambes est utilisé pour produire de l’électricité plutôt que pour te faire avancer. Vous considérez qu’avec ou sans dynamo connecté la voiture fera la même distance alors que c’est faux, une partie de la puissance qui normalement sert a faire avancer le véhicule servira à faire tourner la dynamo. Le rendement d’un système est forcément inférieur à 1, on ne sait pas convertir de l’énergie en ayant du gain ni même en restant = 1, un chargeur de téléphone portable rendement environ 75%, une alimentation d’ordinateur pareil entre 70 et 90%, un moteur thermique d’une voiture rendement de 20 ou 30%.
    Imaginons que ta batterie peut fournir une puissance de 1 Kilo Watt heure pendant 2H ce qui te permet avec ta voiture de faire 200Km (mes chiffres sortent de nulle part c’est juste pour démontrer le système). Si tu branches une dynamo qui viendra s’appuyer sur les roues de ta voiture, le frottement de ta voiture va augmenter, donc ton moteur électrique va consommer plus ou tu rouleras moins vite. Si tu consommes plus tu ne pourras pas rouler pendant 2H mais peut-etre seulement pendant 1H30, tu as donc consommé 1KWatt/H pour avancer, + ce qu’a consommé la dynamo. L’énergie consommé par la dynamo va être renvoyé dans l’autre batterie, mais cette énergie est transformé on passe d’une force mécanique à de l’électricité. Ton rendement est disons de 80% ta batterie secondaire se sera donc moins chargé que ce que tu auras consommé pour la charger. En gros tu as utilisé 0.5KWatt/h pour pouvoir re-fournir seulement 0.4KWatt/h.
    Suis-je assez clair cette fois? :)

  15. Oui, ce serait un sacré truc à mettre en place.
    Sinon, on oublie que, lors de son déplacement, il y a un flux d’air qui pourrait être récupéré pour faire tourner des hélices intégrées au chassis. (éoliennes).
    Qui dit hélices, dit turbines pouvant générer de l’électricité pour une seconde batterie et/ou pour faire fonctionner les accessoires (GPS, radio, chauffage, etc) ce qui permettrait à la batterie principale d’avoir plus d’autonomie.

  16. Bin pour compenser cette perte d’énergie, on fait une voiture qui limite les frottements à l’air. Donc qui lutte moins à avancer.
    Bref ! La dynamo ou système alternative ça peut se faire quitte à mettre une troisième batterie.
    Enfin bon, si vous voulez vraiment savoir mon avis.
    Les constructeurs et lobbyiste du pétrole n’ont pas intérêt à ce que cela fonctionne vraiment pour l’instant. La preuve en est, c’est illégale d’utiliser de l’huile de friture pour sa voiture, sauf si tu as une association écolo.

  17. Le soucis, l’énergie n’est pas gratuite… Il faut bien alimenter les plaques conductrices tout de même…

    Une autre solution (pas miraculeuse) est de récupérer l’énergie cinétique lors des phases de freinage. Cette technique est déjà utilisée par les tramways : lorsque qu’il freine il envoie du courant dans le circuit d’alimentation. Ce n’est pas suffisent, mais c’est toujours cela de moins consommé…
    Comme le disait Lavoisier, rien ne se crée rien ne se perd, tout se transforme :)

  18. Nice post. I used to be checking continuously this weblog and I am impressed! Extremely useful information specifically the closing part :) I handle such information much. I used to be looking for this particular information for a very long time}. Thanks and good luck.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité