Les supporter de foot et leurs ondes cérébrales

Testa nel pallone

Voilà qui devrait mener à débat mais en termes de football, il n’y a que deux écoles : une qui prétend que les supporter n’ont rien dans le citron et une autre qui table bien évidemment sur l’inverse. Rien de tel que la science pour départager les deux points de vue.

Il existe depuis longtemps un capteur capable de mesurer l’activité cérébrale. Bien qu’utilisable sur n’importe qui, il a été mis en action sur des supporter de football. De quoi clore le débat sur leur activité cérébrale.

En réalité l’initiative est louable, la marque Sharp Electronics a commandé la plus grande enquête scientifique sur le comportement de supporter. Quoi de mieux dans ce cas que de mettre en place des camions à proximité de confrontations de l’Eurocup 2012. Des fans volontaires ont donc prêté leurs ondes cérébrales à un appareil basé sur la technologie biométrique.

Une fois équipés de leur casque NeuroSky, il suffisait tout bonnement de vivre le match bien au chaud à l’intérieur des Fanslabs. Les casques n’avaient plus qu’à remplir leur mission : mesurer l’activité cérébrale. Par la suite, des algorithmes ont été appliqués au scan de chaque supporter. Les experts sont ensuite en charge d’interpréter les résultats.

Les scientifiques espèrent relever les niveaux d’attention, de stress, de relaxation et d’excitation chez les supporter. Ils se basent évidemment sur les résultats de l’EEG mais également sur le rythme cardiaque, l’excitation vocale, la gestuelle…

La première phase de test a eu lieu lors du qualificatif entre l’Espagne et l’Ecosse le 11 Octobre 2011, les scientifiques ont fait leurs premières conclusions. Les fans espagnols ont été littéralement excités tout au long du jeu, peu importe ce qui se passait. Gagner ou perdre importait peu.

Plus étonnant, les supporters écossais ont bien sur acclamé leur équipe lorsque celle-ci a marqué, mais les données montrent que le moral général n’était pas élevé. Il est encore trop tôt pour se prononcer sur quelques conclusions, mais on peut supputer que l’Espagne est une nation plus optimiste ou plus apte à extérioriser ses émotions.

Au final, de nombreux points devraient ressortir, les réactions des fans sont-elles différentes suivant les pays ? La compétition en question change-t-elle la donne ? Y a-t-il une différence entre les sexes ? etc …

Ces données seront peut être à même de changer les perceptions et clichés. On pourra éventuellement mieux comprendre pourquoi les supporters sont si passionnés. En tout cas dans un an, nous serons fixés.

[humansinvent]

© Fotograv A. Gravante – Fotolia.com

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Ces données seront peut être à même de changer les perceptions et clichés »

    Pas si c’est cette analphabète qui en tire les conclusions:

    « on peut supputer que l’Espagne est une nation plus optimiste ou plus apte à extérioriser ses émotions »

    Pathétique….

  2. Hum…

    C’est sûr que quand on supporte une équipe qui a remporté coup sur coup un euro et une coupe du monde, et qui est composée à 70% de la « meilleure équipe du monde », à savoir le Barca, c’est surprenant d’être plus excité en regardant un match que les écossais, dont l’équipe nationale ne fait plus rien depuis des lustres…

    Je ne sais pas si les « footeux » ont un cerveau, mais en tout cas, on connait la réponse concernant les scientifiques qui ont mené cette enquête…

  3. Je pense qu’il y a d’autres paramètres à en prendre en compte comme:

    1 – le fait de vivre le match dans son fauteuil derrière la tv ou de le vivre dans les tribunes.
    2 – l’enjeu du match.

    Pour la 1, la notion de phénomène de groupe y est prépondérante mais la façon dont on voit le match le sera encore plus. Combien de personne s’énerve derrière leur tv pour avoir vu ce que personne n’a vu dans le stade, pourtant il s’agit du même match, des même joueurs, des mêmes enjeux. L’ambiance, le brouhaha, les odeurs, etc… du stade sont autant de paramètres agissant sur notre activité cérébrale entraînant des interprétations, des ressentis et des réactions différentes par rapport à quelqu’un qui sera derrière sa tv.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité