C’est au tour de l’UMP d’être piraté

business meeting conference journalism microphones

Il n’est pas à prouver que nous pouvons absolument tous être victimes de piratage. Un tel écueil croît de façon exponentielle d’ailleurs, plus vous êtes connu (personnalités ou supports) plus le risque est éminent. En l’occurrence, ce sont les données personnelles des membres de l’UMP qui circulent promptement sur la Toile.

La fuite a été repérée par rue89, c’est une base de données contenant les informations d’un millier d’adeptes du parti qui est tombée sous le joug de pirates. Evidemment ce genre de liste est indubitablement sensible, il est bon de se faire discret en politique. Par conséquent les données ont commencé à faire le tour de la Toile à vitesse grand V.

Ces informations dorénavant publiques sont loin d’être insignifiantes, si certaines sont disponibles sur le site de l’UMP d’autres tiennent de la vie privée. De nombreuses sont tendancieuses, ce sont notamment les accès aux numéros de téléphones personnels, aux adresses et même à l’âge des progénitures des listés.

Toutes les strates du parti sont concernées, si pour Jean Dupont il n’y a que peu de risque d’harcèlement ou d’utilisation abusive, il n’en est pas de même pour un certain Jean-François Copé, Michèle Alliot-Marie, Christian Estrosi ou encore Éric Ciotti. On apprend ce matin que des centaines de messages d’insulte leur sont adressés, au point de devoir changer de numéro.

La nouvelle a commencé à prendre de l’ampleur jusqu’à devenir incontrôlable, les membres du parti ont été dans l’obligation de réagir.  C’est via un communiqué de presse publié sur le site internet de l’UMP que les politiciens se sont exprimés :

«  Le fichier diffusé sur internet contenant un certain nombre d’informations au sujet de plusieurs personnalités de l’Union pour un Mouvement Populaire, n’est pas un fichier de l’UMP. Certaines des informations qui y apparaissent ne sont pas des données que collecte l’UMP. L’UMP et les personnes concernées examinent à ce stade toutes les suites judiciaires à donner. « 

La pilule est difficile à avaler. Christian Jacob, le Président du groupe UMP à l’Assemblée nationale compte porter plainte contre X. Entre temps l’attaque a été revendiquée par un groupe se donnant le nom de  « DOX UMP », si actuellement leur site est inaccessible, le message est quant à lui très clair :

« A tous les gardés-à-vue, Aux banlieues karcherisées, Aux manifestants battus, Aux journalistes espionnés, Aux demandeurs d’asile ignorés et matraqués, Aux Roms stigmatisés, traqués et expulsés,  A toutes les victimes de l’UMP : Nous vous livrons leurs coordonnées. Œil pour œil, dent pour dent. »

Dans tous les cas et il n’y a aucun doute, les actes de hacking politique risquent de se multiplier avec l’élection présidentielle en 2012.

[Rue89]

© picsfive – Fotolia.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. petite précision:

    ce ne sont pas les « membres » de l’UMP( le partie) mais les « députés (et leur assistants) UMP »
    (d’où le fait que ce soit le chef des députés UMP qui veuillent porter plainte et non le secrétaire général de l’UMP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité