Je t’insulte, tu me congédies, ils approuvent

Licenciement

La Belgique ce n’est pas uniquement le Manneken-Pis, les frites ou des blagues équivoques sur nos voisins. Aujourd’hui c’est principalement une affaire de réseau, de justice et de licenciement.

Il est de bon ton d’être prudent avec Facebook, cela dit et malgré les nombreuses affaires de licenciement un nouveau cas est apparu. On ne critique pas impunément son patron sur le réseau …

Les affaires de ce type se multiplient sur la Toile. Si les premières victimes avaient comme « excuse » la nouveauté des réseaux, il semblerait que vilipender son patron sur Facebook ne soit pas toujours considéré comme déplacé. Evidemment à tort et Dirk D., un manager de la société technologique Option en a fait les frais.

Il est pourtant acquis et déconseillé de s’épancher sur les réseaux, cependant ce salarié Belge à tout de même juger bon de se laisser aller à quelques commentaires douteux. Le cinquantenaire originaire de Leefdaal n’a pas fait dans la dentelle, il se serait acharné pendant dix mois sur son supérieur et son entreprise …

On peut concevoir que cela puisse agacer à la longue et au final, le protagoniste s’est fait renvoyer pour ce motif. Bien que cela soit évident, l’homme n’a pas franchement apprécié. Les deux entités se sont donc retrouvées devant le tribunal de Louvain pour régler le conflit.

Le débat a fait rage en Belgique : ces propos diffamatoires sont-ils jouxtés au droit à la vie privée ? L’employé d’Option en était manifestement convaincu puisqu’après presque un an de critiques en tout genre, il a réclamé 60 000 euros de prime de licenciement.

La justice a rapidement tranché sur la question, une page Facebook est loin d’être privée, particulièrement un mur accessible à tout contact. Le licenciement n’a donc pas été considéré comme abusif.

En France, les Prud’hommes tendent également vers cette conclusion, donc soyez plus que prudent sur le réseau de Zuckerberg. Transposer les moeurs sociales comme parler ouvertement et critiquer son travail n’est pas nécessairement conciliable avec les nouveaux usages du web et surtout de Facebook.

[RTLBelgique]

© Chlorophylle – Fotolia.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. La décision me paraît plutôt logique…
    Lorsqu’on fait partie d’une entreprise, on a aussi une obligation tacite de la respecter en tant que personne morale.
    Aller, durant des mois, déblatérer sur son entreprise est au mieux idiot.
    Si il n’est pas satisfait de son entreprise, qu’il en change… et sil n’a pas encore trouvé de nouvelle boîte, il fait profil bas…
    Le mec cherchais clairement le licenciement en espérant pouvoir utiliser la justice pour réclamer des dommages et intérêts. Malheureusement pour lui , les juges ne sont pas aussi stupide qu’ils devait vraisemblablement le penser…

    Critiquer sa société durant des mois est son parfait droit, on appel ça la liberté d’expression.
    Mais la société, qui est un personne morale, a aussi le droit de se retourner contre son employé.
    Lorsqu’on est aussi stupide, on paie les pots cassés…

    1. « une obligation tacite de la respecter en tant que personne morale » Ca marche aussi dans l’autre sens…
      Il faut se faire respecter par l’entreprise et ses dirigeants. Je ne crois pas qu’il ai fait tout ce foin pour le plaisir. Mais il ne faut pas attaquer personnellement. Il faut utiliser les moyens à disposition…

      1. Entièrement d’accord avec toi.
        Si l’entreprise n’a pas respecté sons employé, il a le droit de se retourner juridiquement contre elle. C’est son parfait droit.
        Je ne sais pas si il avait des raisons ou non d’en vouloir à sa boîte, mais dans tous les cas, comme tu le dis, il devait employer les bonnes méthodes.
        Aller fustiger ses patrons sur Facebook… c’est vraiment d’une débilité sans nom… -__-

    2. « Critiquer sa société durant des mois est son parfait droit*, on appel** ça la liberté d’expression ».
      *son parfait droit ?
      **On appelle…

  2. Je comprend pas cette logique, c’est pourtant de la libre expression peut importe ce qu’il dit c’est son droit fondamentale que de s’exprimer librement et de traité son prochain comme une merde (même si je n’approuve pas totalement).
    Ou va t’on ??? pourquoi pas aussi des sanctions pour de mauvaise pensée ?

    je cite : la ligne défendue par la Cour européenne des droits de l’homme, dont la jurisprudence précise « La liberté d’expression vaut non seulement pour les informations ou idées accueillies avec faveur ou considération comme inoffensives et indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l’Etat ou une fraction quelconque de la population. »

    Bien sure le contexte y joue aussi mais bon, trouve que nos libertés que se soit devant la politique, la religion et la laicité se réduit de jours en jours ….

    1. Comme le dit bertrand plus haut, une société c’est une personne morale aux yeux de la loi. Si tu insulte sur ta page FB ou ailleurs une personne, elle a le droit de déposer plainte.
      On peut considerer que si il a fait ca pendant 10 mois c’est considéré comme de l’acharnement ou du harcellement. le harcellement numérique est d’ailleurs un cas qui incite au débats en ce moment

    2. Commentaire typique d’un non patron…
      Monte ta boîte, recrute des gens en qui tu as confiance, et découvre un jour que ceux-ci te crachent à la tronche dans ton dos… on verra l’effet que ça te fait.

      Une boîte doit respecter ses employé comme les employés doivent respecter leur boîte. C’est la normalité la plus totale. Liberté d’expression, ça ne veut pas dire pouvoir dire de la merde sur tout le monde sans craindre le moindre problème.
      C’est ridicule de se cacher toujours derrière la liberté d’expression alors que personne ne sait réellement ce que ça veut dire…
      Lorsque tu te balade dans la rue, tu crois que tu peux insulter quelqu’un qui passe sous prétexte que c’est la liberté d’expression?…
      Il faut arréter de dire des conneries un moment. Lorsque tu fais parti d’une boîte, il y une confiance, une réciprocité dans le respect, et lorsque tu te permets de déblatérer dessus, elle est tout à fait en droit de te poursuivre pour ça. Tout comme le type dans la rue est capable de poursuivre en justice pour insultes!

      Il y en a marre de voire des gens se protéger derrière la liberté d’expression pour oui ou pour un non sans rien comprendre ce qu’il y a derrière cette loi.
      Non, la liberté d’expression n’est pas un passe droit ni un joker qu’on sort de sa manche quand ça pète à quelqu’un, désolé…

  3. Être inscrit sur facebook c’est vraiment exposer sa vie personnelle et professionnelle. Militante ou soumise d’ailleurs, à l’attaque et à la vengeance. Fuyez Facebook ce juge d’applications des peines, pendant qu’il encore temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité