Google et ses sept morts sur la conscience

Misty Overgrown Cemetary

Voilà une nouvelle qui ne va pas embellir le casier judiciaire du sieur Google. Le cimetière des services avortés de Mountain View va voir s’ouvrir sept nouvelles tombes dans les mois à venir. Google doit se plier à la dure loi du Net, succès démesuré ou échec indigent.

Ca fourmille sec chez Google, à tel point que la firme multiplie les projets en tout genre. Seulement on ne peut pas gagner à tous les coups et Google ne compte plus les bides retentissants. On ne peut guère les blâmer de prendre des initiatives et de tenter des nouveautés. Seulement il faut savoir se recentrer pour galvaniser les projets à succès.

Dans cet esprit, Google a donc déclenché une vague de fermeture d’un panel de sept services. Dorénavant leurs jours sont comptés, mais qui sont les victimes de ce génocide ménage de printemps ?

En première ligne, c’est Google Wave qui trinque. Le réseau social de travail collaboratif a fait un four, le voilà donc relégué au placard. Google Wave sera bloqué dès le 31 janvier 2012, les publications resteront ceci dit en ligne avec la possibilité de récupérer les contenus en PDF. En revanche la date du 30 avril sera fatale à Wave, Google a choisi cette date pour lui injecter une dose létale.

Mêmes symptômes, même remède pour Google Gears. Le HTML 5 y a largement contribué car en effet, stocker en cache des sites Web pour un accès hors-ligne est devenu un standard. Gears tire donc sa révérence.

Google aime les tirs groupés et cinq autres projets en friche font le grand plongeon. Saluons donc les victimes de ce carnage sauce Mountain view :

  • Google Bookmarks List : partage de signets et collaboration.
  • Friends Connect : se connecter à un site avec son profil Google. Google+ l’aura supplanté.
  • Google Search Timeline : un moteur de recherche classé sous une forme chronologique.
  • Knol : un projet analogue à Wikipedia
  • Renewable Energy : un projet sur l’énergie solaire et la baisse de ses coûts.

 

Une minute de silence nous semble appropriée …

[Googleblog]

© AlienCat – Fotolia.com

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Google health aussi

    Il ne servais qu’à fournir un dossier médical d’urgence aux services de santé partout dans le monde
    Cette descision est cette bonne financièrement mais humainement elle est à chier
    Don’t Be evil? Fuck off!

  2. Le traitement de cette information par la dérision est bien dommage et n’apporte pas beaucoup d’éléments de réflexion. Elle traduit notamment des réflexes très vieille économie et français grincheux-moqueur, qui garde bien les mains dans ses poches. La nouvelle économie se caratérise par des temps de mise en marché courts, des cycles de développement des projets très raccourcis également, avec notamment des projets dits agiles qui permettent de faire des lancements de produits et des tests marchés simultanément. Il y a probablement plus à apprendre de Google et de ses équipes talentueuses qu’à se moquer. Il semble que leur stratégie est de développer des portefeuilles d’activités en prenant des risques, quitte à assumer ces risques et fermer les services qui ne trouvent pas leur marché. Les développements ne sont pas pour autant perdus, une grande partie est recyclée et améliorée: par exemple, Wave dont les fonctions d’édition multiutilisateur simultanées ont été transposées dans Docs, et qui a aussi beaucoup inspiré G+. Contrairement à ce qu’on imagine et que les médias laissent penser, prendre une décision de « fermeture » (de service, de site, de division) est généralement difficile, pour des raisons diverses (politique d’entreprise, stratégie pas assez précise, luttes de pouvoir).

  3. comme géo le dit, ces services sont inconnus, je ne comprend pas comment google fait pour sortir autant d’outils sans même communiquer dessus, il faut pas s’étonner ensuite, c’est comme les « applications google » qui étaient là depuis un an je crois et dont on ne connaissait pas vraiment l’existence

    c’est vraiment dommage, ils font des trucs intéressants et les laissent pourrir dans un coin, c’est comme google+, il manque encore énormément de fonctionnalités et ça traiiiiine alors qu’il faut être réactif sur internet justement

    même google waves, sans les sites spécialisés on n’en aurait pas entendu parler, après la béta fermée silence totale, et en lui même ce projet était un gros bac à sable, si tu sors un truc comme ça tu réfléchis un peu à son ergonomie, et tu montres aux gens comment s’en servir…

    je sais pas c’est vraiment bizarre d’être une aussi grosse boite et de faire des outils pas finis et de balancer ça comme ça, pourtant c’est pas 3 mecs en train de bidouiller dans leur cave quoi c’est des centaines de gars, je comprend pas, c’est vraiment dommage ils ont des idées super ambitieuses pourtant, et eux le mot « révolution » leur irait bien en plus

  4. +1 djinn,

    enfin un message clair , écrit dans un excellent français et qui dénonce l’attitude ridicule de bon nombre de petits français toujours à l’affut d’une raison pour se moquer ou pointer du doigt ceux qui réussissent outre atlantique.

    Titre racoleur, contenu partial et méconnaissance du terrain font de cet article un joli exemple d’un évident Troll, destiné à avant tout attirer les visiteurs curieux de connaitre ces fameuses victimes de google.

    Heureusement que tous les articles ne sont pas du même gabarit.

  5. Je les connaissais tous mais n’ai utilisé que « Google Search Timeline ». Gears était propriétaire donc pas intéressant. Knol c’était naze.

  6. @jean valjean, je ne vois pas en quoi l’article incite à troller. On parle d’échec de solution, pas de brevet ou de concurrence. Et l’auteur ne va pas citer toutes les réussites de Google car il y en a énormément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité