Le Doodle du jour consacre Diego Rivera

Doodle du jour

Il n'est guère nécessaire d'expliquer ce qu'est un Doodle. Ces icônes "made in Google" mettent à l'honneur causes, personnages ou évènements en fonction de dates marquantes. Aujourd'hui la page d'accueil du moteur de recherches commémore Diego Rivera.

C’est donc la peinture qui est à l’honneur au travers du muraliste mexicain Rivera. L’homme est né le 8 décembre 1886 c’est à dire il y a 150 ans. Comme toujours le Doodle a un rapport avec un évènement marquant de la vie de l’artiste représenté.

En l’occurrence Rivera était connu pour ses gigantesques fresques murales dont il a recouvert les murs d’Amérique, du Mexique ou encore des Etats-Unis. L’homme tire ses inspirations des plus grands à l’instar de Pablo Picasso, Georges Braque et Paul Cézanne.

Rivera a énormément peint, avec un goût manifeste pour la polémique. Il s’est souvent attaquer à l’Église et au clergé sur ordre du gouvernement post-révolutionnaire. Il en devient d’ailleurs peu à peu un des peintres officiels. Certaines de ses fresques les plus emblématiques sont conservées au palais national de Mexico et à l’école nationale d’agriculture de Chapingo.

A la fin de sa vie, Rivera contracte une forme rare de cancer qui lui sera fatal en 1957. Sa dépouille est inhumée au Panteón de Dolores à Mexico. L’homme a marqué les mémoires, en hommage à son combat le billet de 500 pesos mexicains en circulation depuis le 30 août 2010 est à son effigie et à celle de Frida Kahlo (son grand amour).

Il a notamment dit :

« On a dit que la révolution n’avait pas besoin de l’art mais que l’art avait besoin de la révolution. Ce n’est pas exact. Oui, la révolution a besoin d’un art révolutionnaire. L’art n’est pas pour le révolutionnaire ce qu’il était pour le romantique. Ce n’est ni un stimulant ni un excitant. Ce n’est pas une liqueur pour s’enivrer. C’est l’aliment qui donne des forces au système nerveux. Il donne des forces pour la lutte. C’est un aliment comme peut l’être le blé. »

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. 125 ans. Et surtout le mexicain Posada au rang de ses influences. Il ne faut pas oublier que dans le Mexique analphabète de ces années là. Diego le trotskiste faisait office d’éducateur des masses avec son art. Rendons-lui grâce pour cela en ce jour des lumières !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité