[Zoom] Lego Harry Potter années 5 à 7 sur Wii

5515_7323_JEUXVIDEO_VIDEOGAME_24660

La série des jeux vidéo Lego est incontestablement synonyme de succès. Si on ajoute à cela le carton du jeune Potter depuis quelques années, l’alliance des deux pouvait difficilement faire un four. Aussi après avoir passé quelques heures de jeu sur les années 1 à 4, c’est reparti pour les années 5 à 7.

La suite de la saga Harry Potter en version Lego était très attendue du grand public. Parue il y a peu, nous avons eu la chance de pouvoir effectuer un test sur le support Wii. L’association de la Warner et de TT Game sera –t-elle du même acabit que le premier opus ?

Caractéristiques

En l’occurrence le test est effectué sur une console Wii et principalement en coop. Nous ne vous ferons pas l’affront de vous raconter l’histoire d’Harry Potter ou celle de la saga Lego  jeux vidéo. Un petit coup de synopsis suffira à raviver les mémoires les plus récalcitrantes :

« LEGO Harry Potter: Années 5-7 est la suite des aventures du jeune sorcier, c’est un jeu bourré d’action qui embarque les joueurs à travers les trois derniers romans et quatre derniers films – Harry Potter et l’Ordre du Phénix, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé et Harry Potter et les Reliques de la Mort  – et leur fait revivre les trois dernières années de Harry à Poudlard ainsi que son combat final contre Lord Voldemort,  affrontement ultime entre les forces du bien et du mal. »

Hop, le jeu est à destination des sept ans et +, pur jeu de plateforme édité par Warner Bros entertainement en collaboration avec TTGames.

Scénario 

D’entrée de jeu le ton est donné, si le premier jeu était basé sur l’humour, le second le sera aussi. A coup de faciès ahuris ou d’onomatopées excentriques, on retrouve l’univers de jeu privilégié par Lego. Au niveau scénaristique, c’est très simple, si vous aimez Harry Potter vous trouverez le scénario sympathique.

A l’instar des autres Lego, on ne s’embarque pas dans des cinématiques de haute volée. Le but est d’être court, succinct, efficace et drôle. Dans cet esprit le scénario est tout à fait agréable, il sera d’autant plus si vous êtes fan et ce grâce aux multiples détails et allusions ponctuant le jeu.

Si vous ne connaissez pas la Saga de J.K.Rowling ce n’est techniquement pas un problème. Même si certaines phases de l’histoire peuvent paraitre plus floues que d’autres, cela n’interfère pas dans l’histoire. Le jeu suit son cours.  Les cinématiques sont suffisamment parlantes grâce aux superbes expressions des personnages et aux onomatopées. Il est vrai que le scénario est assez raccourci mais cela s’empiète pas sur la compréhension et la durée du jeu. On reproche suffisamment aux majors d’enchaîner opus sur opus pour engranger des bénéfices, en l’occurrence avec 7 livres et 8 films, il n’y a que deux jeux, on ne peut pas râler tout le temps non plus.

Le jeu a accusé de critiques au niveau dudit scénario, reste que ce n’est pas évident de faire rentrer 3 livres et 4 films dans un seul opus. Au final, il y a peu de manques et le tout est amusant. Quant au niveau, on parle d’un jeu 7 ans et +, ceux qui ne comprennent pas y mettent parfois un peu de mauvaise volonté 😉 !

Bref, c’est un jeu grand public dont l’histoire ravira les fans de la saga Potter ou les adeptes des jeux Lego. Le tout est bien goupillé et reste drôle, c’est une histoire à partager entre amis plus que tout seul. Oui, à plus de sept ans, tout ceux qui l’ont essayé ont décroché quelques sourires devant leur écran.

Game Play

Ah, le GamePlay et Lego, on peut dire que le jeu a essuyé la critique de beaucoup de réfractaires. Pour remettre immédiatement le contexte, on parle de Lego et d’Harry Potter, ce n’est pas un jeu pour gamers ou dingues de stratégie. Les joueurs sont là pour passer un moment divertissant, amusant et au rythme d’un thème qu’ils affectionnent.

Donc, oui c’est facile, mais c’est exactement ce qu’on demande à ce genre de jeu. On ne risque pas d’être bloqué (sauf bugs du jeu) ou de se tordre les méninges pendant des heures. Pour reprendre une comparaison, il y a des soirs où l’on regarde des films ou séries dont le niveau n’est pas très élevé au lieu de se torturer avec un film d’auteur au scénario tortueux. Il en va de même pour Lego Harry Potter, décontraction et détente, pas de prise de tête. Simpliste oui et c’est un plaisir, si tant est que l’on soit dans l’esprit du jeu.

Reste que le tout n’est pas d’encenser le jeu, il a bien sur quelques défauts. D’une part le scénario raconte la trame d’une histoire ce qui rend le jeu très linéaire et induit de ce fait sa facilité. En somme on avance tout droit, les développeurs tentent de tromper le joueur grâce à un peu de profondeur ou des étages, mais le subterfuge ne fait pas effet longtemps. Cela reste un problème inhérent aux Lego, la liberté de mouvement est restreinte puisqu’il faut respecter une trame scénaristique très précise.

Les développeurs auraient pu faire un effort pour encore varier les plaisirs. Par exemple, nos héros disposent d’une jauge de santé représentée par quatre cœurs. On se demande bien à quoi elle sert puisque les combats sont quasiment inexistants.

De cette linéarité, on arrive sur un jeu somme toute répétitif. Le principe est le même, on casse tout, on reconstruit et on recommence. Même si les sorts évoluent au fil du jeu, vous utiliserez principalement le même, comme dans l’opus un.

Cela dit, il y a une évolution par rapport au premier jeu. Les personnages ont plus de facultés, Ron possède son familier qui doit être Coquecigrue, les potions offrent plusieurs choix et non un seul et de nouveaux objets magiques pallient cette structure plane.

Parlons deux minutes du support, la console Wii. Là encore deux écoles s’affrontent, d’un côté Lego ne respecte pas l’usage sans fil et mobile de la manette, à part pour pointer quelques cibles à l’écran vous passez le plus clair de votre temps sans bouger. D’un autre côté … qu’est-ce que c’est agréable. Non, sans blague, le jeu dure au minimum 10 heures, et parfois une bonne partie de console n’est correcte que vautré dans un canapé. On n’a pas nécessairement envie de s’agiter pendant deux heures, les mains sur les genoux et un paquet de cacahuètes, voilà le secret d’une partie de Lego Harry Potter.

Aux anciens joueurs, vous ne serez pas dépaysés mis à part quelques nouveautés substantielles, le principe est le même. Vous incarnez une série de personnages mythiques de la saga. De là, on suit un fil rouge tout au long du jeu en tentant de récolter un maximum de pièces et de débloquer briques, vêtements et personnages. De même il est toujours impossible de se perdre puisque le fantôme Nick Quasi sans Tête nous indique la route comme le ferait le petit poucet. On suit des pièces transparentes pour trouver notre route.

A ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de visiter cet univers, la prise en main est enfantine, en quelques minutes vous êtes paré pour attaquer sérieusement une partie. Idéal pour les enfants ou pour les soirées entre amis, Lego n’empêche pas de discuter.

MODE : Solo et coop

Voilà un constat assez répétitif dans Harry Potter, deux écoles s’affrontent encore sur ce point. Lego Harry Potter n’est pas conçu pour être joué seul, le jeu perd de son charme et l’effet comique s’estompe sans l’effet de groupe. Si le jeu est tout à fait jouable en mode solo, c’est plutôt par dépit. L’histoire même de Potter n’en fait pas un héros solitaire, à quoi bon jouer sans votre Ron ou votre Hermione.

En jouant seul, vous pouvez changer de personnage quand bon vous semble et un boot vous accompagne pour effectuer les actions que vous ne pouvez réaliser seul. Reste que le jeu en devient encore plus linéaire et que « tout casser » devient lassant. Les boots ne sont pas mauvais, ils sont parfois dans le passage ce qui est assez typique. Bref, vous l’aurez compris le jeu se pratique mieux à plusieurs.

En effet, en coop le jeu prend une autre saveur, on rigole, on s’envoie des sorts  (oui c’est mal …), on farfouille, on râle, bref du jeu et du divertissement. Le jeu est conçu pour la coopération en témoigne les passages où être deux est indispensable pour assurer la mission.

Comme dans le premier opus, le bât blesse toujours au même endroit. Si l’écran scindé est certainement la meilleure solution, passez nous l’expression mais cela donne parfois un effet vomitif. Les angles de la caméra ne sont pas toujours adaptés, mais cela reste assez rare. C’est d’ailleurs un risque dans tout jeu où les détails fourmillent, il est délicat de s’adapter à toutes les possibilités.

Graphisme & bande son & cinématiques

Les cinématiques sont assez courtes mais efficaces, comme nous l’avons dit il est difficile de condenser l’environnement si riche de Potter dans un jeu. C’est un résumé crédible mais basique qui est proposé grâce aux cinématiques. S’il est succinct, il a le mérite d’être drôle. L’esprit Lego est dignement représenté, c’est certainement pour cela qu’on réclame un peu plus d’animations.

A ce niveau on se retrouve encore une fois face au même souci que dans les années 1 à 4. Il arrive de passer une porte par hasard ou curiosité, la cinématique se lance, et c’est râpé pour revenir en arrière. Non pas que ce soit dramatique, mais c’est un peu frustrant. Cela appuie un peu plus sur le manque de liberté et le côté linéaire. Il est toujours possible de refaire un niveau en jeu libre, mais il est agréable de tout faire dans la continuité. Ne pas être un « véritable sorcier » (ramasser un quota de pièces défini) à 1% est un peu rude à avaler.

Aux niveaux graphismes l’amélioration est là mais en demi-teinte, ce n’est pas une révolution. Toutefois cela se prête assez bien aux Lego en briquettes et deuxièmement le jeu ne bug pas. Peu gourmand en ressources, l’aventure est fluide de bout en bout et ne lag pas. A tout inconvénient son avantage.

Reste qu’un petit effort supplémentaire aurait été plus qu’appréciable. La technologie le permet et le jeu a été attendu suffisamment longtemps. Les différences entre les deux opus sont minimes, les bases étant posées, on s’attendait à un graphisme plus époustouflant. L’histoire du sorcier nous amène à sortir de Poudlard, les décors et leurs fonctionnalités ne sont pas décevants, mais le tout manque de texture. Un petit bémol donc.

Si les graphismes nous laissent sur notre faim, la bande son est superbe. L’avantage d’avoir les droits du films et du jeu, la Warner et TT Games nous offre sur un plateau les plus célèbres mélodies accompagnant le sorcier à lunettes. Ce qui reste le plus sympathique sont clairement les bruitages. Les détails sont poussés au cliquetis près et pour un jeu où il n’y a pas une parole, la compréhension est parfaite. Onomatopées, humour, voix, tout y est sans le moindre mot. Un super boulot réitéré dans les années 5 à 7.

Jouabilité

Il est difficile de trouver un jeu plus facile à prendre en main, même en y jouant pour la première fois au bout de cinq minutes l’ensemble est intégré et le reste se fait sans vraiment s’en rendre compte. Le Nunchuk pour diriger et la gâchette pour lancer des sorts, avec ces deux données vous pouvez entamer une partie sans le moindre souci. Donc, oui c’est enfantin et simpliste, seulement le but du jeu n’est pas d’être difficile, bien au contraire. C’est une balade dans l’univers de Potter qui est mise en exergue avec quelques missions pour passer de bons moments. Si vous prenez ce jeu autrement, il est évident qu’il ne sera pas à la hauteur de vos attentes.

En solo, les problèmes sont principalement dus aux boots qui ne font pas ce qu’on leur demande, switcher sans cesse entre les personnages est simple mais un tantinet rébarbatif. Le jeu se prête à la coop et justement en coop, à part les soucis liés à l’écran scindé, on ne se marche pas dessus. Reste tout de même à éviter de s’éloigner de trop, la caméra n’est pas toujours réactive et les détails se font très lointains.

Durée de vie

Pour le prix du jeu, il possède une excellente durée de vie, comptez facilement sur une dizaine d’heures pour terminer uniquement l’histoire. Bien à vous ensuite de débloquer les 150 personnages, briques et bonus en tout genre. Il y a de quoi faire puisque chaque type de personnage permet de débloquer des lieux, de la même façon certains passages ne seront accessibles que grâce à certains objets.

Si le 100% est tout à fait possible et sans difficulté insurmontable, ce n’est pas en une nuit que vous y parviendrez. C’est d’ailleurs un peu frustrant en début du jeu, où peu d’endroits sont accessibles en raison du peu de personnages et pouvoirs. On anticipe facilement sur le temps à mettre pour débloquer tel ou tel passage, c’est un tantinet frustrant. Mais rien de dramatique.

Conclusion

On peut facilement rédiger une critique du jeu en une phrase, si vous avez aimé le premier volume, sautez sur le second vous ne serez pas déçu. Finalement les défauts de l’un sont sensiblement les mêmes que l’autre. Si certains efforts ont été faits, cela ne fait pas de cet opus une surprise ahurissante.

Nous sommes clairement dans la continuité du premier avec quelques nouveautés. Cela n’empêche pas les années 5 à 7 d’être tout à fait agréables à jouer, bien au contraire puisque les qualités des premières années sont loin d’être oubliées.

Certes on peut reprocher au jeu de s’essouffler un peu à cause de sa linéarité et de son Game play répétitif, mais l’histoire évolue et on meurt d’envie d’aller au bout. Le mode coop évite la redondance car on avance logiquement deux fois plus vite, mais vous ne passerez pas une nuit blanche dessus.

[Site officiel Lego Harry Potter]

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. mouai , embauchez un vrai testeur de jeux vidéo la prochaine fois
    très indigeste ce test , la première moitié n’est qu’une suite de répetition de la même information , pour info gameplay et jouabilité c’est la même chose , pas besoin de faire une version in english et française séparée ^^

    ce qui m’étonne c’est que l’on ne voit nulle par le fait que les dev ont effectivement suivi la trame de la série (normal) mais pas forcément du même point de vue que l’original et que meme si l’on connais la trame , le jeu est tout de même destiné aux plus jeunes (en passant le 7+ indique pas l’age mais le contenu, http://www.pegi.info pour ceux qui n’auraient pas compris, m’enfin bon j’en demande pas trop , on est sur gizmodo pas sur un site de jeux vidéo (quoi que meme ce test est meilleur que sur des sites de JV pro)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité