Ces lunettes du futur ont du nez

lunettes

Des chercheurs ont mis au point des lunettes mêlant à la fois le son, l’image, les odeurs et le bluetooth. Si le dispositif est engageant, l’usage qui en est fait est assez singulier.

L’odorat est un sens des plus réceptifs et des plus aptes à faire resurgir des souvenirs. Tout cela n’est qu’une question de chimie, notre odorat est intimement lié à notre système limbique, lui-même indissociable de notre mémoire et des émotions. Or le schéma n’est pas terminé puisqu’une partie de cette zone de notre cerveau est influencée par le son.

Ces interactions intéressent de près les scientifiques et notamment ceux de l’Université de Keio à Tokyo et de l’Université nationale de Singapour. Ces éminents chercheurs ont développé un système mêlant odeurs, images et sons afin de créer une nouvelle expérience utilisateur.

Le système est d’ailleurs assez simple puisqu’il s’agit d’une paire de lunettes équipée de haut-parleurs et d’émetteurs d’odeurs. L’ensemble du dispositif est relié à un Smartphone qui se connecte en Bluetooth. Les lunettes, si on peut encore les appeler ainsi, détectent les autres usagers équipés du même système, le Smartphone leur transfère alors votre nom et le son et les odeurs que vous avez vous-même prédéterminé.

En somme, doté de ce dispositif et croisant un usager vous pourrez savoir qu’il se prénomme Jean, qu’il écoute les quatre-saisons de Vivaldi sur une senteur pâquerette.

Les scientifiques ont par la suite constaté deux phénomènes, d’une part ce système stimulant les sens influe sur l’humeur des individus. Pour faire simple, la musique et les odeurs nous rendent guillerets et nous mettent dans de meilleures conditions, bien plus propices à la socialisation. Ce phénomène induit le second, les premières impressions entre individus ne sont plus négatives mais positives.

L’idée est de personnaliser les rencontres avec des informations qui n’engagent pas votre identité (révéler votre nom n’est pas une obligation) mais qui ne sont pas non plus impersonnelles. Evidemment le dispositif est loin de faire l’unanimité, son utilité actuelle laisse songeur, comme le dit Neil Martin de l’université Middlesex de Londres « Comment voulez-vous qu’un individu porte un dispositif qui le fasse se sentir comme s’il avait passé la journée dans une mauvaise parfumerie ».

Si l’usage pour les rencontres et au quotidien n’est pas idéal, un tel dispositif pour une séance de cinéma en 3D, stéréo et en odorama est déjà nettement plus tentant.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rRDj0VEle9U&feature=player_embedded[/youtube]

[NS]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Sachant que les odeurs vont bientôt se voir coller des brevets et tout le touti et c’est pas des conneries c’est le sujet de thèse de droit de ma sœur. On va encore rigoler…

    1. Sauf erreur de ma part, une odeur n’est pas directement « brevetable », seuls les moyens techniques permettant de la recréé le sont. De même qu’une idée n’est pas brevetable mais la technologie de sa mise en oeuvre l’est.

  2. « Ces éminents chercheurs ont développé un système mêlant odeurs, images et sons afin de créer une nouvelle expérience utilisateur. »
    Il n’ont qu’à venir chez moi, dans la « salle du trône ». Ils auront une belle « expérience utilisateur ».

  3. Mais oui bien sûr je vais au cinéma pour écouter du son stéréo –‘

    Dispositif useless, que ce sois pour les rencontres ou dans un cinéma. On peut mettre des diffuseurs d’odeurs dans les ciné, pas besoin de lunette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité