‘Spirale’, le manga horrifique selon Junji Itō

Spirale_Editions_Tonkam_Junji_Ito

Junji Itō a donné ses lettres de noblesse au manga d'horreur. Et son oeuvre magistrale, Spirale, sort en édition intégrale (656 pages) reliée. C'est l'éditeur Tonkam (qui publie quasiment tous les mangas du maître) qui nous fait ce plaisir. Un chef d'oeuvre qu'il convient de redécouvrir ou de découvrir.

Junji Itō et le J-Horror
Junji Itō a su séduire avec ses histoires horrifiques. Et la première publication du mangaka, Spirale, est un incontournable.
Le manga d’horreur s’inscrit dans la tradition du J-Horror qui désigne les films ou la littérature ayant trait au genre horrifique au Japon.
Une histoire ancestrale pour les japonais qui ont dans leur culture des histoires de fantômes (pas chinois ceux-là) et autres Poltergeist. Elles remontent à l’ère Edo.
En Europe, c’est le cinéma qui a fait découvrir le J-Horror avec notamment le film Ring (1998). Le jeu vidéo a également permis d’écrire des chapitres du J-Horror avec Project Zero ou encore Silent Hill.
Spirale, un livre à géométrie invariable
Mais dans l’univers des mangas, ce sont des auteurs comme Kazuo Umezu, Shigeru Mizuki ou justement Junji Itō qui nous régalent.
Dans Spirale, on suit Kirie Goshima, une adolescente japonaise, qui vit dans une petite ville, Kurouzu. Le décor est planté et la normalité du quotidien d’une lycéenne laisse place à l’obsession. Obsessions qui se manifestent sous la forme de spirales comme si la petite ville était l’objet d’une malédiction. La peur s’installe subrepticement et elle s’intensifie avec un sentiment d’une force plus puissante que tout.
On retrouve des dénominateurs communs du J-Horror : force hypnotique et indicible mais bien présente, la jeune femme japonaise, la petite ville de campagne banale en apparences…
Dans le manga, tout est prétexte à cette forme géométrique. C’est à se demander si Ito n’a pas été lui-même victime de la malédiction !
Graphiquement, on est face à un dessin précis et très réaliste qui pourra en choquer plus d’un. Les choses ne sont pas suggérées, elles sont montrées.
Le lecteur n’en sortira pas indemne. Plus qu’une lecture, Spirale est une expérience.
Spirale commence par ces mots :
Kurouzu, la ville où je suis née et où j’ai grandi
L’histoire que je vais vous conter est mon témoignage des étranges événements qui s’y produisirent.
Spirale de Junji Itō est paru aux éditions Tonkam dans la collection « Frissons » au prix de 29.90€ (150x210mm, 656 pages).
La Fille Perverse du même auteur
La Fille Perverse n’est peut-être pas le manga le plus connu du maître. Mais Tonkam nous donne l’occasion de le découvrir en le publiant. Le manga est tout d’abord un bel objet avec sa couverture métallisée et holographique : une jeune et belle fille innocente en apparence avec en toile de fond des zombies.
Le ton est donné et le manga s’inscrit également dans le genre horrifique. L’histoire déroutante est celle d’une jeune fille qui terrorise son voisinage. Elle se souvient des brimades qu’elle faisait subir à un jeune garçon. Souvenirs et psychologie sont les maîtres mots de ce manga. L’auteur montre moins les choses que dans Spirale mais l’histoire n’en est pas moins dérangeante, voire perturbante. Le mangaka nous invite à réfléchir sur le temps qui passe. On retrouve également les obsessions : celle d’une forme géométrique dans Spirale et celle des pulsions dans La Fille Perverse.
Tonkam nous livre une belle édition avec une couverture stylée. Et si dans La Fille Perverse, Itō n’atteint pas le sommet de son chef d’oeuvre Spirale, il n’en reste pas moins un excellent tome. Les fans du mangaka apprécieront. Frissons garantis.
La Fille Perverse de Junji Itō est paru aux éditions Tonkam dans la collection « Frissons » au prix de 12€ (150x210mm, 240 pages).

Tonkam poursuit dans sa démarche qui consiste à accompagner l’oeuvre des plus grands mangakas en publiant leurs différents volumes. L’ex dentiste est ici mis en avant avec ces deux mangas qui donnent le tempo de l’épouvante made in Japan.

[‘Spirale’ de Junji Itō aux éditions Tonkam et ‘La Fille Perverse’ de Junji Itō aux éditions Tonkam]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’ai le manga Spirale en version séparée depuis quelques années déjà et je le trouve « cultissime » ! Non pas par les dessins qui sont très spéciaux (vous êtes averti), mais par son ambiance qui n’aurait pas pu être celle là avec des dessins différents. La force est là, un scénario magistral, des dessins taillés sur mesure, le tout donne un manga dont on dévore les pages… aspiré par la spirale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité