La PS Vita disséquée nous dit tout

sony_CXD53155GG_puce_PS_Vita

La PS Vita de Sony emprunte pour beaucoup aux composants qu'on trouve dans les smartphones et les tablettes haut de gamme. La bête disséquée nous laisse entrevoir précisément de quoi sont faites ses entrailles.

Sony continue le partenariat avec IBM et Toshiba pour ce qui est du microprocesseur. Le Cell de la PS3 avait ainsi été co-développé par les 3 sociétés. Dans la PS Vita, il s’agit d’un SoC embarquant un CPU ARM avec quatre coeurs à architecture Cortex-A9 ; son nom : le CXD5315GG. Il s’agit d’un multichip avec 512Mo de SDRAM superposés au SoC comme pour les A4 et A5 d’Apple. Et comme pour ces derniers, les modules de mémoire sont des Samsung. Toutefois, le SoC est fondu dans les fabs de Toshiba et non de Samsung.
Toshiba y va également d’une autre puce de SDRAM.
Côté Radio, c’est Qualcomm qui est présent avec module GSM/3G+ Gobi (pas CDMA comme celui de l’iPhone 4S), le MDM620. Pour mémoire, dans l’iPhone 4S, c’est également un Gobi en provenance de Qualcomm qui est intégré.
De nombreuses autres sociétés voient leurs circuits présents sur les trois PCBs de la PS Vita. Il y a notamment la société franco-italienne STMicroelectronics avec 2 puces, dont un gyroscope. La Touchpad au dos de la console est de conception Atmel. Kionix (accéléromètre), Marvell (module Wifi), Avago (avec 6 Power Amplifiers entre le TX et l’antenne)… sont aussi à compter parmi les sociétés qui apportent leur savoir faire à la PS Vita.
La PS Vita utilise donc les composants qu’on trouve ou trouvera (quad coeur Cortex-A9) dans les smartphones (et les tablettes). Et paradoxalement, ce sont ces derniers qui lui font le plus de concurrence.

[silicon et photos via TechnInsights]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité