Orange est dans le rouge

homme d'affaire géant

L’association de défense des consommateurs UFC – Que choisir s’attaque aujourd’hui à l’opérateur téléphonique Orange. En effet, l’offre Open Orange est clairement décriée, celle-ci serait anti-concurrentielle.  

Ni une ni deux, le lobbying fait appel à l’Autorité de la Concurrence déjà sur l’affaire depuis 2010, en cause, un abus de position dominante.

Abus de position dominante : C’est est une infraction prévue par le droit de la concurrence pour sanctionner une entreprise, en situation de domination à cause de son pouvoir de marché, qui profite de sa position pour s’émanciper des conditions que devrait lui imposer le marché.

Ce sont les offres quadruple play d’Orange (ADSL/TV/téléphone fixe et mobile dans le même abonnement.) qui sont visées par cette réclame. Ces dernières ont été mises en place en 2010 et totalisent déjà plus d’un million d’abonnés.

L’accusation estime que ces offres font l’usage de techniques déloyales empêchant les clients de quitter Orange pour ses concurrents. UFC-Que Choisir y va de bon cœur dans ses propos en précisant que l’offre Open présente un « caractère empoisonné » et l’association dénonce par la même occasion des conditions générales de vente « perverses ».

Par exemple, le changement d’une option dans le forfait mobile renouvelle automatiquement la période d’engagement pour l’Internet et la téléphonie fixe. Orange refuserait également la portabilité des numéros fixes et mobiles lors d’une résiliation. De plus, une fois en Open, il devient impossible de résilier la partie fixe ou mobile séparément. En somme l’usager est emprisonné dans cette offre. Reste que les clients en sont satisfaits, un syndrome de Stockholm typique au sein d’une prise d’otage.

La conclusion coule de source, le jeu de la concurrence s’en voit faussé. Orange est en position dominante, UFC – Que choisir tape donc du poing sur la table. L’opérateur commence à frémir, une enquête préliminaire pour ces mêmes griefs avait déjà été ouverte en octobre 2010 par justement, l’Autorité de la Concurrence. De plus l’arrivée de cette mauvaise nouvelle tombe mal avec l’entrée plus qu’imminente des offres Free.

Le marché des télécommunications n’en est pas à ses premiers déboires entre les ententes ou les abus. Pour Orange, ces accusations sont bien sur erronées, mais ils ne seront pas responsables de la décision finale.

[ITespresso]

© laurent hamels – Fotolia.com

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Une réclame c’est une publicité, contrairement à une réclamation, qui était peut être le mot prévu pour cette phrase, et qui signifie une plainte directe d’un client envers une entreprise sans l’intermédiaire de la justice. Je pense que ce devait être une faute de frappe ou d’inattention.

  2. Je confirme une partie de ces dires. Effectivement, en cas de résiliation du forfait mobile, tout est est résilié, soit Internet+TV+Fixe. Par contre, on peut revenir à un forfait mobile traditionnel (sans réengagement) mais à condition de résilier l’abonnement Internet+TV+Fixe.
    Dans mon cas, seul Orange peut m’acheminer internet dans ma campagne, mais si je veux garder mon internet je dois résilier mon forfait actuel sur lequel je ne suis plus engager, pour me réengager sur 12 mois mini. Dommage, je ne le ferais pas car la fibre optique devrait arriver d’ici quelques semaines (Youpi) et donc après je serais coincer.
    Seulement en parallèle, depuis plusieurs mois, je voudrais résilier mon abonnement mobile pour changer d’opérateur, et finalement, je ne fais rien car j’ai besoin de mon internet, GRRRRR….

    1. Je vois pas en quoi on peut  » Bravo sur le lien « .
      Orange n’apporte aucune preuve à ses dires. Il ne fait que démentir ce que UFC affirme, sans apport aucun.
      Je ne connais pas les offres Open, parce que par ailleurs j’ai horreur de cet opérateur ( mais cela n’engage que moi ), mais ce que je remarque, c’est que le porte parole orange affirme qu’il y a une seule facture pour tout, et je vois pas en quoi une seule facture pour les 4 options permet de simplifier la résiliation d’une ou deux options. C’est généralement plus gage de complication que de simplicité.

      Bref, le lien est opportun certes pour une plus grande transparence, mais ce que dis le porte parole, à l’instar de ce que dit UFC sans apporter de preuve tangible, ne sert pas à grand chose.

  3. Orange tente aussi ce genre d’escroquerie a l’étranger… La derniere fois que je m’y suis interresse le Ministère de la consommation Polonais leur en avait deja colle pour 20 millions d’euros d’amendes sur 6 ans pour les mêmes raisons anticoncurrentielles d’offres liées, d’abus de position dominante, blocage d’interconnexion, dégradation volontaire des tuyaux concurrents, surtaxe, changement de contrat unilatéral, etc…
    Bref, les pros les éjectent et Orange compense en escroquant les particuliers.
    il y a une logique simple a comprendre pour ne pas dealer avec Orange…Le business model oxymore, plus le nom de l’offre parait fabuleux, plus l’offre est empoisonee. Dixit « l’illimite bride » ou « l’open complètement verrouille »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité