Megaupload, les majors et la théorie du complot

Scène de crime

Megaupload n’en finit plus de faire parler de lui et une rumeur des plus tendancieuses enfle sur la Toile. Si le site a été fermé si soudainement par le FBI, ce ne serait pas parce qu’il favorisait le piratage, mais parce qu’il s’apprêtait à lancer une offre légale et révolutionnaire. Le service Megabox était basé sur un modèle économique alternatif qui aurait bouleversé les schémas traditionnels si chers aux géants du milieu.

Cette nouvelle fait littéralement l’effet d’une bombe, le groupe Megaupload avait un projet apte à faire cauchemarder les majors et autres ayants-droits.  Le service Megabox est décrit comme une plateforme de téléchargement. Rien de nouveau sous le soleil, sauf que par cet intermédiaire Kim Dotcom aurait rémunéré les artistes à hauteur de 90% rendant ainsi l’accès aux données gratuit et absolument légal. Pour cela, il aurait développé un modèle économique inédit baptisé MegaKey.

« Le modèle économique de MegaKey a été testé sur un million d’utilisateur, et ça marche », garantissait Kim Dotcom. 

Entendons-nous bien, grâce à cette plateforme, le fondateur de Megaupload aurait permis à tout internaute de télécharger légalement et gratuitement du contenu sous licence. Le site aurait alors lui-même financé les droits d’auteurs. Le service était d’ailleurs pressenti comme un concurrent direct d’iTunes, la gratuité en plus. De quoi faire pâlir les leaders de l’industrie audio-visuelle.

Par quel miracle Kim Dotcom aurait-il réussi ce tour de force ? Le dirigeant comptait utiliser un logiciel agissant comme un bloqueur de publicités, sauf qu’il remplaçait 10 à 15% des réclames indésirables vues par l’internaute par des publicités provenant directement de la régie Megaclick. De ce fait, il annonçait pouvoir générer suffisamment de rentabilité pour fournir des services et des contenus sous licences sans que l’internaute n’ait à débourser d’argent. En 2012, Dotcom comptait lancer deux nouveaux supports pour distribuer ces données, Megabox (musique) et Megamovie (films).

Tout cela ne reste évidemment qu’une rumeur, il est difficile de confirmer ou d’infirmer cette théorie. De nombreuses zones d’ombre apparaissent, toutefois si Megaupload était apte à rendre un tel service viable, cela aurait bouleversé ce monde dominé actuellement par les labels et les majors. Imaginez l’impact d’un tel modèle porté par la puissance de ses 180 millions d’abonnés.

C’est donc bel et bien la théorie du complot qui est susurrée aux quatre coins de la Toile. Sous pression, les industries de la musique et du cinéma auraient employé les grands moyens pour mettre fin à l’utopie d’un tel service. Un site qui aurait distribué du téléchargement légal et gratuit en plus de rémunérer les auteurs aurait sans doute mis à mal leur domination et leur rentabilité. Mais tout ceci est encore de l’ordre des on-dit …

Quant à Kim Dotcom, il ne pourra pas s’exprimer sur cette folle rumeur. Arrêté en Nouvelle-Zélande, il sera maintenu en détention jusqu’au 22 février prochain en attendant la sentence de son extradition vers les États-Unis.

[torrentfreak]

© fkprojects – Fotolia.com

Tags :