Zoom : Final Fantasy XIII-2 (Xbox 360)

E_X360_F05_3

Il y a quelques jours, nous avons confié le jeu Final Fantasy XIII-2 sur Xbox 360 à deux lecteurs de Gizmodo : Fabien et Julien. Au-delà d’être des lecteurs assidus de Gizmodo, ce sont deux grands spécialistes du jeu vidéo et de la série Final Fantasy. Nous avons voulu savoir qu’elles étaient leurs visions et leurs ressenties à la découverte de ce 2ème opus. Voici leur récit, leur avis avec leurs mots avec en filigrane une question : est-il conseillé d’acheter ou pas ce jeu ?

Que les fans de la série Final Fantasy se rassurent, ce nouvel opus fera rapidement oublier les polémiques qu’avait engendrées son grand frère. Square Enix nous offre ici une belle démonstration de remise en question avec un univers magnifique, des musiques envoûtantes et un système de combat très dynamique.

Bien qu’étant la suite directe de Final Fantasy XIII, Ce FF XIII-2 ne nécessite pas d’avoir joué à la version précédente ni d’en connaître l’histoire. Toutefois vous pourrez accéder un résumé complet des événements du premier si le cœur vous en dit. Dans cette version 2, le joueur incarnera des protagonistes différents et suivra un scénario bien distinct.

L’histoire prend place 3 ans après la fin de FFXIII. En guise de séquence d’introduction et de didacticiel, le joueur pourra jouer Lightning, héroïne du premier opus, qui semble s’être retrouvée dans un univers parallèle baptisé ici Valhalla. Sans vous en dire trop, vous commencerez votre premier combat du jeu en affrontant un boss mais également celui qui semble être le réel ennemi du jeu : Caius. Autant vous dire tout de suite que les différentes séquences sont un régal pour les yeux, les décors sont tout simplement magiques et les combats épiques. Square Enix nous a gâtés encore plus en incluant à ses cinématiques des « choix » que devra effectuer le joueur afin de réaliser certaines actions spécifiques. En fonction de vos choix, différentes récompenses vous seront octroyées.

S’ensuivent diverses vidéos qui ne font qu’augmenter les questions du joueur et nous plonger encore plus dans l’intrigue du jeu. Ainsi, nous verrons apparaître le personnage de Noel qui se verra confier la mission par Lightning de retrouver sa sœur Serah. Pour les connaisseurs, sachez que ce personnage pourrait faire penser à une fusion de Tidus de FFX et Sora de Kingdom Hearts.

Nous connaissons donc nos deux protagonistes, Serah qui est à la recherche de sa sœur depuis 3 ans, et Noel jeune homme mystérieux qui semble tout droit débarquer d’une nouvelle dimension lui aussi combattant avec style avec deux épées. Ce sont eux que le joueur dirigera tout au long d’une aventure centrée autour d’un dérèglement de l’espace-temps et la recherche d’une sœur disparue. Car ici, vous n’aurez pas le choix de votre équipe, du moins des 2 personnages principaux qui la constituent, le troisième membre étant souvent un personnage temporaire qui viendra se joindre à vous. Mais également, une grosse originalité de la part des développeurs de Square Enix, la possibilité d’avoir pour 3e membre de l’équipe : un monstre. Le choix du monstre se fera parmi 150 créatures que le joueur pourra capturer et faire évoluer ainsi au sein de son équipe.

L’évolution des personnages n’a pas changé elle sera centrée autour d’un cristarium comme pour le premier opus, le joueur dépense les points de capacité acquis à la fin d’un combat dans l’achat de bonus (vie, force, magie) ou de compétences. Petite nouveauté pour autant, à l’inverse de son prédécesseur où il y avait un cristarium pour chaque classe (ravageur, attaquant, saboteur…), il n’y en aura ici qu’un seul que le joueur fera évoluer différemment au fur et à mesure en choisissant la classe et compétences voulues.

Ainsi, nous retrouvons également le système des stratégies inhérentes à Final Fantasy XIII, permettant de choisir la classe de ses personnages et ainsi constituer des équipes de soigneurs, attaquants ou mélanger les joueurs. Le plus gros changement pour les stratégies se situera au niveau des combats, le passage d’une stratégie à une autre se fait beaucoup plus rapidement augmentant le dynamisme et supprimant la petite séquence énervante de changement de rôle pendant laquelle les monstres s’en donnaient à cœur joie sur nos personnages.

Justement le système de combat, celui n’a pas vraiment changé par rapport au premier, bien que l’ajout des monstres dans l’équipe change quelque peu la donne, la façon de faire est typiquement la même. Le but étant de mettre le plus rapidement possible son ennemi en état de CHOC, état pendant lequel celui-ci prend des dommages considérables et devient beaucoup plus vulnérable.

On notera également l’apparition d’un Mog, cette petite créature blanche offerte par Lightning à Serah (qui lui sert également d’arme), vous accompagnera tout au long de l’aventure. Elle vous avertira notamment lorsqu’un artefact se trouve à proximité, les artefacts étant des sortes d’objets-clés vous permettant d’avancer dans l’aventure. Ce Mog vous sert également de radar à ennemi, lorsqu’un ennemi apparaît brusquement devant vous, vous avez une jauge qui apparaîtra et devrait attaquer l’ennemi vous-même afin de gagner une initiative sur celui-ci. Par exemple réussir à attaquer l’ennemi lorsque la jauge de l’horloge Mog est encore verte permet d’engager le combat en premier et de gagner un avantage sur vos ennemis notamment Booster et un quart de la jauge de choc remplie.

Ainsi, en combattant certains Boss, vous récupérerez des objets particuliers appelés Fragments, ces fragments sont « des éclats de mémoire figés dans le temps », votre but sera de rassembler les 160 existants.

En conclusion que pouvons-nous dire sur cette suite de Final Fantasy XIII ?
Pari réussit pour Square Enix, on reprochait la trop grande linéarité de FFXIII, ici on a l’impression d’évoluer dans un univers gigantesque, beaucoup plus libres et à la fois beaucoup plus chaotiques. Cette sensation est due à ces failles spatio-temporelles qui semblent surgir un peu partout. Un dynamisme du gameplay est sans appel. Le système de combat et les cinématiques ajoutent à ce dynamisme. Ces mêmes cinématiques étant d’une beauté à couper le souffle, le joueur n’a qu’une envie en y assistant, poser la manette admirer et se laisser emporter par la musique rythmée et envoûtante. On ne peut que conseiller ce jeu aux initiés et aux non-initiés, que vous ayez joué au précédent importe peu, celui-ci est complètement différent et c’est tant mieux !

Merci à Julien et à Fabien qui ont bien voulu se prêter au jeu du test et surtout ensuite de l’écriture à deux pour vous faire partager leurs impressions. L’exercice n’est pas facile quoique l’on puisse en penser. Bravo à vous pour cette première !

FINAL FANTASY XIII-2, le « Choc Temporel »
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=x-k4vTvbRTo[/youtube]

[La rédaction – Julien Hue – Fabien Moreau ]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Hello tout le monde, je suis egalement grand fan de la serie ( le IX et le V font partie de mes preféré )

    Je n’ai pas reussi a finir le XIII, je me faisait chier comme un rat mort, j’ai quand meme decidé d’acheter le XIII 2 et pour l’instant, la magie opere !! Exepté le fait que la BO est une horreur, deja que les XIII etait pas jojo mais la c’est la meme chose !! aaaaa dieu qu’ils sont loin les themes de FF VII ….

    1. Je suis entièrement d’accord. Le jeux est génial mais la BO est horriblement horrible à mon gout. Va falloir s’y faire parce que visiblement, Square compte continuer à mettre ce genre de musique :0

  2. La meilleur BO c’est celle de FFX ce n’est peut etre pas le meilleur FF(même si il était pas mal quoi qu’on en dise) mais niveau BO il n’a pas d’équivalent

  3. Vous êtes obligés de préciser « x box »? Ca ne change rien au test du jeu. On dirait une pseudo pour pub pour la 360 comme sur les spot tv: « Final Fantasy 13-2 sur Xbox 360 »! C’est quoi ces fausses exclusivités lol?

    (P.S: Hanma-Baki, moi je trouve que c’est la BO du FFIX la meilleure. Depuis que Squaresoft est devenue Square-Enix, les BO n’ont plus aucun charme. Elles passent complètement inaperçues)

  4. On précise Xbox 360 juste pour indiquer sur qu’elle plateforme le « Zoom » a été fait. Mais il est vrai que ce jeu existe sur PS3.

    Pour exemple dans le « Zoom » sur Battlefield 3 on a testé sur Xbox 360 et PC d’où dans le titre les deux plateformes : http://www.gizmodo.fr/2011/12/31/zoom-battlefield-3-xbox-360-pc.html

    Dans le cas de BF3, ça a son importance car la version PC est bien plus jolie que la version Xbox 360.

    Pour FFXIII-2, Du peu que nous ayons pu voir la version PS3, les deux versions consoles semble équivalente graphiquement.

  5. « Que les fans de la série Final Fantasy se rassurent, ce nouvel opus fera rapidement oublier les polémiques qu’avait engendrées son grand frère. »
    Euh… Est-ce que ces gens savent de quoi ils parlent ? La principale polémique qu’avait engendrée FF XIII était sa trop grande orientation action (et pour la première fois dans l’histoire des FF, si j’ai bien compris, la disparition des villages et quêtes annexes). L’autre était son système de combat sur lesquels les avis étaient très mitigés (personnellement j’en vomis encore).
    Dans cet ersatz de test (dont un bon gros tiers ressemble plus à du synopsis qu’à du test), rien ne dit s’il y a eu un retour aux sources, c’est-à-dire au RPG à proprement parler (on en déduit qu’il n’y en a pas eu…).

    Ah oui, un autre point : « une grosse originalité de la part des développeurs de Square Enix, la possibilité d’avoir pour 3e membre de l’équipe : un monstre ». Originalité ? C’est pas exactement le même principe que dans Tales of Symphonia : Dawn of the New World (sur Wii) de l’éditeur Namco ?

    Alors au final, on achète le jeu pour les graphismes et le scénario… et tant pis si la série n’est plus que l’ombre d’elle-même… Tant pis pour les (vrais) fans, les puristes ! L’important est de ratisser large, d’avoir de nouveaux clients (tant pis si on en perd quelques-uns : c’est qu’ils sont trop cons pour comprendre que le monde et le marché du jeu vidéo évoluent) pour vendre toujours plus !
    Ce dernier opus est un bon jeu, quand même, dira-t-on…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité