Une décision nécessaire mais difficile pour Kodak

kodak-logo-360x322-300x268

Le virage du numérique n’a pas été une bénédiction pour tout le monde, en témoigne la mise en faillite de Kodak en Amérique et sa demande de protection. La firme ne baisse pas les bras pour autant et tente de se recentrer sur des activités plus lucratives. Cela signifie purement et simplement l’arrêt de la production d'appareils photo numériques, des caméscopes de poche et cadres photo numériques. Un coup dur pour Kodak ...

La décision est déjà effective auprès de tout l’écosystème de la firme, elle se jugulera donc sur l’ensemble du premier semestre 2012. Quelle ironie pour ce pionnier de la photographie de mettre fin à son activité originelle, son coeur de métier … Seulement il faut savoir faire des sacrifices pour persister. Kodak est dans le rouge d’où un placement sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, représentant une tentative ultime de redressement de l’activité financière.

Pour ne pas disparaître totalement du secteur, la marque affiche son intention de se commercialiser sous licence en passant par des tiers. Du fait de cette décision, les activités Grand Public de Kodak se concentreront sur l’impression de photos en ligne et en magasin, ainsi que sur l’impression jet d’encre personnelle. Toutefois, le service après-vente et le support technique resteront disponibles pour les acheteurs d’appareils photo, de cadres photo numériques et de caméras Kodak.

Entretenir une image propre est indispensable en période de crise, et particulièrement pour une entreprise qui tente de retrouver une santé financière. Kodak recule vis-à-vis du Grand public mais conserve un maximum de services pour soutenir sa visibilité et sa notoriété. Seront donc toujours disponibles, les Kiosque d’impression, les applications, le service Kodak Gallery, les accessoires et les activités liées à l’argentique.

Aujourd’hui, les activités numériques de Kodak à destination des professionnels représentent environ trois quarts du chiffre d’affaires total (imprimeurs, consulting, cinéma) d’où un désengagement envers la division grand public. Cette décision devrait lui permettre d’économiser 100 millions de dollars.

Ne dit-on pas que la roue tourne ? Kodak a passé une demande de protection contre les faillites le mois dernier et en se concentrant sur ses activités les plus porteuses, la firme tente de remonter la pente. Ce ne serait pas la première entreprise à réussir à se sortir d’un si mauvais pas.

[Kodak]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Merci pour ces infos. Je pense qu’une faillite est toujours une decision difficile, mais c’est souvent nécessaire. Dans notre monde d’appareils photo numérique, c’est difficile d’être Kodak !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité