Notre futur médecin ?

4-check-biometric-data-on-smart-surface-468px

Ce qui se passe dans la vidéo de ce post est une réalité plus que tangible. En effet, nous pourrions avoir à utiliser ces prototypes d’ici 2015. En résumé, il s’agit d’un dispositif de suivi médical qui utilise la plupart des technologies grand public actuelles.

Ce prototype développé par Ergonomidesign a nécessité la participation d’acteurs issus de divers horizons (industries des sciences, designers, politiciens et décideurs politiques de l’Union européenne). Ils dévoilent dans une vidéo leur vision de l’avenir de la consultation médicale, qui si on en croit leurs dires, sera accessible en 2015.

Idéalement, ce concept permettrait de gérer soi-même sa santé tout en interagissant avec des médecins ou personnes compétentes. Les études menées sur deux décennies suggèrent que plus le temps passe plus nous nous enquérons de notre santé. Les connaissances sont plus accrues et plus accessibles, chacun devient donc plus impliqué (et parfois plus hypocondriaque …)

L’équipe a donc développé tout un écosystème intégré au sein de la plateforme Microsoft Surface. Technologie choisie pour sa capacité à maximiser les interactions et les conversations via une interface tactile. Le but est donc d’utiliser le corps humain comme une clef de stockage contenant quantité de données biométriques.  Dès lors, le simple fait de placer sa main sur la table déclenchera le début d’un véritable check-up.

Il sera possible d’envoyer ses données, de les partager ou de les comparer. Les chercheurs ont même songé à intégrer des logiciels pour, par exemple, suivre un traitement ou obtenir des conseils personnalisés. Pour parfaire le dispositif, l’usager aura sur lui un périphérique appelé MiniME (prototype basé sur le design d’un iPod Nano). Il permet de contrôler ses constantes en temps réel et d’avoir un accès à toutes les informations via les technologies RFID et NFC.

 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=ec-FQvpNisI&feature=player_embedded[/youtube]

Ce type de technologie suscite déjà de nombreuses questions au delà même de son efficacité ou de sa précision. La liste n’est pas exhaustive mais où iront nos données médicales, supposons qu’un employeur y ait accès par exemple. Qu’en sera-t-il de l’avenir de la profession traditionnelle de médecin ? Ce système nous rendra-t-il encore plus paranoïaques et hypocondriaques ? Enfin, qu’en est-il de l’accès à ce genre de technologie très onéreuse ?

Avant que ce projet ne se démocratise, il convient de poser des règles claires, nettes et précises pour pallier les éventuelles dérives.

[core77] via [Dvice]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Arrêtez de faire peur aux gens. Les lois sur la protection des données personnelles encadrent tout cela. Et des organisations d’état détiennent des données bien plus importantes que vos données de santé aujourd’hui, et celles-ci ne sont pas là pour améliorer votre vie.
    Maintenant le système présenté ici reste fantaisiste. Ce ne sera jamais aussi facile de faire tout cela. Avant tout ceci, si les médecins pouvaient déjà avoir accès à vos données sans avoir à refaire des tests, ce serait un grand pas…

    1. En france peut être pas ( qui sait , même les professionnels actuels disent que le serment d’hypocrate n’est plus respecté par le corps de métier et par conséquence ne sert plus à rien ) MAIS aux u.s.a c’est tout à fait possible .
      Ils n’ont pas le même point de vue que nous sur l’humanité , tout est commerce et lobbying .

  2. je suis médecin généraliste et vu l’état de l’informatique médicale en France ce concept est un doux rêve pour moi!
    Actuellement c’est plutôt des logiciels de gestion de cabinet aux interfaces dignes de Windows 95, aux bases de données non compatibles entre elles (en gros le médecin perd une partie du dossier médical du patient si il change de logiciel, et quand il est de garde il a pas accès a une partie des dossiers des patients du secteur de garde…).
    Quand on voit que les formations aux logiciels vendus se font après l’achat de ceux ci chez certains éditeurs… tout est dit… (allez sur les sites de hellodoc, axilog, cegedim pour rigoler)
    Sinon pour les données informatiques médicales le gouvernement a déjà réfléchi au sujet depuis 1996( comme ce qui a été dit par Rémy):
    http://dmg.medecine.univ-paris7.fr/documents/Cours/Dossiermedic/anaes.pdf
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006073189&idArticle=LEGIARTI000006741277&dateTexte=20120216 (pour les courageux)

    Enfin faut pas se leurrer, les assurances ont déjà trouvé comment contourner la loi, ils demandent directement aux patients les informations médicales en utilisant le chantage d’un prêt ou d’une assurance moins chère…

    Pour revenir et je m’arrêterais là au sujet il suffit que les données soient stockées en local de façon sécurisée (selon les critères de la CNIL ) et ce ne sera pas moins sécurisé qu’actuellement.

  3. Bonjour,
    Je trouve très très rassurant que ce soient des industries des sciences, designers, politiciens et décideurs politiques de l’Union européenne qui aient une idée sur la médecine de demain. Les médecins n’y connaissent bien sûr rien donc inutile de leur demander leur avis!
    Robomed sera là, super…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité