Consultation médicale, êtes-vous atteint de Nomophobia ?

homme âgé effrayé peur

La Nomophobia commence à faire de plus en plus de ravages, pour faire simple il s’agit de la peur écrasante de ne plus avoir de contact avec ... un Smartphone. Ne riez pas, vous êtes certainement touché ! Le phénomène prend de l’ampleur, alors, faîtes-vous partie des victimes de cette nouvelle phobie ?

La Nomophobia touche de plus en plus de monde mais heureusement, à des degrés différents.  Si pour certains l’éloignement fait écho à un léger sentiment de panique, d’autres personnes ont carrément des attaques de panique, des essoufflements, sueurs, tremblements, palpitations, étourdissements et même nausées. Joli tableau …

Bien que le phénomène soit relativement récent, une étude anglaise de SecurEnvoy conclue que 66% des utilisateurs de Smartphone sont atteints de cette phobie, lorsque l’on sait que le taux n’était ‘que’ de 53% il y a quatre ans, on comprend mieux la montée en puissance de cette phobie. En somme, regardez autour de vous, si votre voisin n’est pas accro, c’est certainement que c’est vous ! Rappelons tout de même que les stades de cette phobie vont clairement du simple au double. Il ne s’agit pas de tomber dans la paranoïa, qui ne serait guère mieux que la Nomophobia.

D’après l’étude, hommes et femmes ont d’ailleurs inversé la tendance. Avant les hommes été plus susceptibles d’être sujets à cette peur écrasante, dorénavant 70% des femmes sont touchées contre 61% des hommes. L’attrait du réseautage social chez les femmes n’est pas une nouveauté, l’inversion de cette statistique tombe presque sous le sens.

Si on parle en termes de classes d’âge, les 18-24 ans ne sont pas du tout épargnés, 77% d’entre eux sont touchés par le phénomène. Ils sont suivis de près par les 25-34 ans (68%) et plus surprenant, la troisième classe d’âge la plus nomophobique est la tranche 55 ans et plus. Pour faire simple, personne n’est épargné, bientôt, même les maisons de retraire crouleront sous les nomophobiques.

Dans le doute, voici la liste non exhaustive des symptômes évoqués par les experts :

  • Vous êtes inquiet quand votre téléphone n’est pas à proximité ?
  • Vous ne désactivez pas le son de votre téléphone ?
  • Une mauvaise réception, un manque de batterie vous rend nerveux, aigri, voir fébrile ?
  • L’idée de perdre votre téléphone accélère votre rythme cardiaque ?
  • Avez-vous un téléphone de secours, ‘juste au cas où’ ?
  • Allez-vous vous coucher avec votre téléphone ?
  • […]

Ce ne sont que quelques exemples, mais quasiment à coup sûr, l’un ou l’autre vous parle … Bonne nouvelle, il existe des traitements. Ce n’est pas une blague, le phénomène connait une telle expansion que des solutions commencent à être mises en place. En général, on fait appel à une thérapie d’exposition, elle consiste à se confronter à ses peurs de façon graduelle afin d’adopter un nouveau comportement. D’abord par l’imagination puis dans des situations réelles. La médiation est vivement conseillée et dans les cas les plus graves, ce sont les médicaments seuls, qui seront salvateurs.

Le développement de la nomophobia ne devrait pas être perçu comme une surprise, c’est une extension de la connexion humaine poussée à son paroxysme. Internet, Smartphones, réseaux, les gens sont plus connectés que jamais, chaque comportement extrême peut être sujet à des dérives, celle de notre temps sera la Nomophobia.

Moralité, il est temps de se déconnecter. Sans mauvais jeu de mots, on décroche !

[LATimes]

© laurent hamels – Fotolia.com

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je suis atteins mais j’ai appris a vivre avec mon handicap :p
    Il m’arrive de regarder la TV puis sentir que j’ai plus mon iPhone en poche, je me sens nu de pas pouvoir tweeter que le monsieur qui parle au débat à un pur pif, lire mes mails, etc.

    Certains se sentent mal sans montre au poignet 😉 Chacun son truc :)

  2. Vu que j’ai tendance à l’oublier à la charge, oublier de le charger, ou l’oublier chez moi avant de partir au boulot, je ne suis pas atteint :-) Je suis pourtant dans la tranche des 25-34 ans.
    A vrai dire, j’ai du mal à comprendre qu’on puisse être accroc à son téléphone, se faire déranger sans arrêt par un sms ou un appel n’importe quand, je n’aime pas ça.

  3. Des études ont prouvées que les ondes basses fréquences émises par les portables pouvaient avoir un effet sur le comportement humain (anxiété, stress, fatique etc…). Ca ne m ettonerai qu’a moitié d apprendre d’ ici quelques années que ce phénomène est lié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité