Quand l’armée américaine s’inspire d’Avatar

avatar robot

avatar robotChez Gizmodo, nous pensions que le DARPA (agence militaire américaine) n'allait pas utiliser ses robots PetMan uniquement pour en faire des mannequins comme ils le prétendaient. Il semblerait que nous avions raison ! Le ministère de la défense américain voudrait s'inspirer du film Avatar pour créer une armée de robots pilotés à distance.

Dans le film de James Cameron, des militaires pilotent un « avatar » ressemblant trait pour trait aux habitants de la planète envahie par les terriens. Celui-ci est fabriqué à partir de l’ADN de celui qui le pilote.

Le DARPA allouerait 7 millions de dollars dans ce projet appelé « Avatar ». Ici, les schtroumpfs géants seraient remplacés par des robots de télé-présence, aussi appelés robots avatars (tiens, tiens…). Ces robots de télé-présence sont déjà légion dans le monde de la robotique comme le fameux Jazz de la start-up parisienne Gostai.

Il ne faut pas réfléchir longtemps pour faire le lien avec le projet de robot américain PetMan qui n’est pas un homme qui pète comme j’entends glousser au fond de la salle, mais un robot bipède qui reproduit la marche humaine de façon très réaliste. PetMan a été présenté il y a quelques mois par l’armée américaine comme simple mannequin.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=mclbVTIYG8E[/youtube]

Il est presque évident de penser que le robot du projet Avatar sera dérivé du PetMan créé par Boston Dynamics.

[via Danger Room]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Le scoop c’est que les militaires sont tellement bas du front, qu’ils ont eu besoin d’un film pour se dire qu’envoyer des robots sur le champ de bataille était moins dangereux que d’y aller en vrai.

  2. Nunu ! Pauvre imbécile ! Si les militaires n’existait pas, tu ne serais peu être plus de ce monde.
    De plus, tu ouvre ta grande bouche en disant que les militaires sont vraiment trop cons de ne pas envoyer des robots mais si ils le pouvaient, ils le feraient.
    Tocar !

  3. Perso, je trouve que c’est plus proche du film Clones de Jonathan Mostow, dont une scène montre des militaires contrôler des robots de guerre en masse, que d’Avatar où 3 scientifiques dirigent des créatures pour essayer de trouver un terrain d’entente.

    1. +1000 ! Avatar ? a part le nom donné ça n’a rien avoir avec le film ! Par contre Clone qui permet de choisir son robot et de le piloter depuis chez soit pour aller travailler, « vivre sa vie » sans aucun risque on le retrouve bien ici. Et comme tu le dis Mat il y a la scène ou le soldat utilisent des clones pour combatte le groupe de rebelles dans laquelle on voit que dés qu’un clone est défectueux le soldat prend le contrôle d’un nouveau.

  4. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’à la base ce robot est prévu uniquement pour tester des vêtements, pas pour se retrouver sur un champ de bataille.

  5. Le robot qui marche, ça a été mis au point pas des équipes franco-japonaise dans la fin des année 90… j’étais étudiant dans le domaine à l’époque et ça faisait rêver… sauf que le pb et avec tous les robots un peu « évolués », c’est qu’il faut une sacré source d’énergie et là, même si ça s’améliore, encore aujourd’hui c’est très « décevant »….

  6. En fait je comprends pas en quoi un robot testerait mieux des vêtements que des hommes (pour l’usure ? mouais)
    C’est maquillé depuis le début que c’est pour en faire des robots autonomes de combat quelconque.
    Et ça fait effectivement penser à la scène du début de « Clones ». En même temps pour le AlphaDog ils ont trouvé comment l’alimenter avec des batteries dernière génération. C’est qu’une question de temps pour les voir se balader en Afghanistan… ou en Iran ? hem.

  7. je sais qu’en ce qui concerne les militaires , les avances technologiques ne sont pas divulguées, et vous pouvez me croire c’est plus étonnant et en avance que ce que l’on connait dans le civil aujourd’hui , la protection oblige le secret ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité