Quick bascule du côté obscur de la Force

Capture d’écran 2012-03-02 à 13.18.27

Chose promise, chose due. A partir d'aujourd'hui et ce jusqu'au 5 mars, le Dark Vador Burger est chez Quick

Pour la sortie au cinéma de l’épisode 1 en 3D de la saga Star Wars, Quick a décidé de proposer un burger très spécial, le Dark Vador Burger. Poivré et épicé, ce plat ne s’adresse pas aux Padawans. Il vous faudra une maitrise totale de la Force pour venir à bout de ses deux steaks et de son pain noir.

Mais si le côté obscur ne vous attire pas, alors le Jedi Burger est fait pour vous. Plus onctueux il se compose de sauce à la moutarde et de fromage fondu. Vous avez jusqu’à lundi pour découvrir ces deux burgers, vendus 7,40 euros en menu.

[Quick]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
      1. Tu ne crois pas si bien dire mais c’est du colorant alimentaire à base de charbon, très souvent utilisé dans l’alimentation qui est utilisé ici ! Et je sais de quoi je parle, je suis manager chez quick !

  1. j’aimerais bien émettre une quelconque critique mais je n’ai pas pu y goûter. Donc j’informe simplement. Mais vous pouvez nous dire ce que vous pensez de ces burgers dans les comms

  2. Bah moi je suis presser de me le taper !!!
    La force obscur est plus classe !
    Mais bien sur moins forte que la force jedi !!!
    Mais comment est fabriqué le pain noir ???

    1. Le pain noir a pu être coloré de différentes manières je retiendrais ces deux là:
      – Encre de seiche: complètement naturel mais onéreux. Vu la teinte complètement noire il aurait fallu énormément d’encre de seiche en plus du risque d’avoir un petit « goût de poisson » qu’on peut ressentir sur les encres de seiche de mauvaise qualité
      – Sinon colorant végétal. Naturel et dépourvu de goût

      1. Non c’est du colorant naturel à base de charbon et le pain ne change pas de goût. Je l’ai gouté ce midi, il est pas mal mais sans plus. C’est le même que le dark burger mais avec pain noir et des tranches de piment rouge.

    2. C’est une nouvelle forme de sexualité ? La burgerphilie ?
      L’image que ça m’évoque est vraiment dégueulasse, tu aurais pu éviter de poster tes pulsions de dingues sur un thread public !

  3. La seule question que je me pose, c’est si le bovin qui joue le rôle central de ce spin off est décédé sans souffrance inutile.
    Le caractère chimique des autres accessoires me parait secondaire.

    1. Je suis prêt à payer plus cher pour une viande obtenue avec des garanties drastiques concernant les conditions de décès de la bète.
      On trouve bien du café « commerce équitable », là il s’agit d’animaux évolués, avec lequels une relation amicale peut s’établir, c’est pas de la simple « marchandise » dont on n’évoque que les qualités nutritives.
      En attendant que l’imprimante 3D cellulaire nous produise de beaux steacks n’ayant jamais été en contact avec un centre nerveux de type cervical, je demande donc qu’un boucher un peu plus « humain » nous ponde un cahier des charges, un label et des produits. Il y aura de la demande.
      L’alternative, c’est quoi ? C’est moi, devenant quasi-végétarien (progressivement).

      1. Il y a mieux, le steack de soja sans viande !
        De toute façon au rythme de l’accroissement populationnel de la planète, faudra renoncer à la barbaque dans peu de temps, un steack vivant et entier ca consomme plus d’aliment et d’eau que ça n’en produit, en plus de prendre trop de place là ou on pourrait construire des villes de building pour les sans logis.

      2. Fiduce,
        Voilà ton deuxième commentaire sur un sujet relatif à l’alimentation et précisément aux produits carnés. Ton intéressement est compréhensible et ta révolte est compréhensible. Je m’explique. Aujourd’hui, nous sommes de manière générale (et si l’on rapporte ça à l’agriculture) dans un mode de fonctionnement d’agro-industrie. L’agro-industrie qu’est-ce que c’est? Eh bien c’est la combinaison de l’agriculture et de l’industrie avec son système économique capitaliste. On est passés en quelques générations d’agro-systèmes à une agro-industrie. Cela entraîne une recherche intensive du profit où la production est destinée à être vendue, vite et bien. Nous ne sommes plus dans une logique de « prélèvement » dans la nature mais d’exploitation de la dite nature.
        Je ferais bref mais si tu es intéressé par ces sujets je te recommande deux ouvrages:

        « Jean-Pierre Poulain (dir.) L’homme, le mangeur, l’animal. Qui nourrit l’autre ? » : qui traite la question des rapports aux animaux comme nous avions pu en débattre sur le sujet relatif à l’imprimante à « steacks » (organes plus précisément)
        et également « Terra Madre » de Carlo Petrini le fondateur du mouvement Slow Food.

        Le second ouvrage devrait bien plus t’intéresser d’ailleurs.
        PS: J’ai travaillé en tant que cuisinier dans des établissements étoilés, et je suis actuellement en Master Hôtellerie Restauration où le thème de l’alimentation et traité en long, en large et en travers.

        Cdt

      3. @Beurk : J’ai déjà parlé de ce que je pensais de la pression médiatique généralisée en faveur de la natalité. On considère encore qu’on manque d’humains ? Mais pour quoi faire ? Pour payer les retraites ? Mais qui payerai les retraites de ceux qui payeront nos retraites ? D’autres humains ? Encore plus nombreux ? Regardez n’importe quelle émission à la TV. Le type qui vient et qui dit qu’il a 10 gosses, au lieu de lui jeter un caillou, on le félicite.

      4. @Caramel : euh, je dois en être à mon deux millième post sur ce site en quelques années. Je ne limite pas mes interventions au thème de la nourriture.
        Mais c’est vrai que, par dépit et en l’absence de certitudes, je me vois contraint d’orienter de plus en plus ma consommation de protéines vers les espèces que je considère comme ayant un cerveau moins évolué … en attendant/espérant voir bientôt arriver des substituts plus convaincants que le steak de soja.
        On pourra peut-être bientôt fabriquer une viande cellulaire de substitution compétitive (goût, matière première) sans devoir élever puis tuer une bête.
        Si l’image d’une antilope qui meurt tuée par un fauve vous émeut … tandis que le regard d’un bovin qui meurt à petit feu vous laisse de marbre parce que, à coté de lui, se trouve quelqu’un en train de dire quelque chose, je crois que vous passez à coté de toute conception progressive de l’humanité visant à réduire le meurtre sous toutes ses formes.
        Nous extraire de la pyramide de prédation serait, à mon sens, notre premier geste véritablement humain. En attendant, on reste des barbares, et on peut toujours se gausser d’être civilisés … on ne l’est même pas à notre propre égard (n’importe quelle idée qui passe nous fait tuer, vouloir tuer, laisser tuer).

      5. Je ne suis pas d’accord sur la conception de tuer des animaux ayant un cerveaux plus ou moins évolué, ça n’a aucun sens.
        Qu’est-ce qu’un cerveau évolué ? Ce que tu vois dans le regard d’une vache, tu préfère donc manger ce que tu ne connais pas.
        Franchit le pas, supprime la viande. C’est pas le lieu pour débattre de ça, mais l’alimentation carnée est source de nombreux problèmes et maladie.
        Pour ma part je ne suis pas végétarien, c’est sans doute un tord, comme je disais, une vache demande plus de ressource qu’elle n’en procurera, c’est qui est totalement absurde.
        Je ne suis donc pas végétarien mais je limite ma conso de viande, j’achete bio autant que possible, et concernant la viande, je vais l’acheter chez un producteur bio que je connais, et qui pour le coup traite bien ses animaux. Ils finissent par mourir, j’imagine que ça ne leur plait pas plus que ça de mourir, mais disons qu’au moins ils n’ont pas été maltraités…
        Je pense franchir le pas de l’arrêt de la conso de viande.. mais franchement, un bon steack, c’est dur de décrocher ^^
        Concernant la littérature, pour ma part je vous conseille à tous « Nous sommes ce que nous mangeons » de Jane Goodall. Ca fait réfléchir.
        Pour ceux qui se moquent de leur alimentation ou qui ne peuvent pas se passer de viande, lisez le également, c’est toujours utile de s’informer, et c’est pas trop mal écrit, globalement ça se lit bien.
        Puisqu’on est dans un trip écolo, je conseille également « Ces forets qu’on assassine », d’Emmanuelle Grundman, rien à voir avec la viande mais avec notre consommation de bois en provenance directe de la foret primaire de Bornéo. Bouquin très bien écrit et très intéressant.
        D’accord ou pas avec lies idées exposées, informez vous 😉

    2. @fiduce/Beurk
      je suis plus ou moins d’accord avec toi même si je ne pourrait physiquement jamais m’arrêter de manger de la viande, étant un carnassier.
      J’en est marre d’entendre des pleurnichard a deux rond qui pullule sur le net et qui te dise : « si tu mange de la viande, t’est un méchant c’est pas bien, moi avec ce que je fais je sauve la planète !! » au moins ton discours et réfléchis et plus mature. Oui sa m’horripile de voir le traitement qu’ont fait subir a beaucoup de futur steak, mais tant que de haut décisionnaire n’auront pas décidé de changer ( les norme, les vérification, l’honnêteté de leurs employé…) il ne se passera pas grand chose. J’approuve totalement ( et je félicite ) ta décision végétarienne en terme de sensation de bien être péronnelle.
      Mais d’un point de vue social ou du sauvetage des bête en question, c’est malheureux a dire mais le végétarisme, même s’il est toujours a la « mode » ( si j’puis dire ), ne parviens pas a changer les choses, malheureusement ! Soit, entreprendre le végétarisme pour ses raison est pour moi discutable.

      1. ps : « Le type qui vient et qui dit qu’il a 10 gosses, au lieu de lui jeter un caillou, on le félicite. »

        +1 bien mérité

  4. A vrai dire, à marseille, on l’a de depuis 1 mois … et le pain n’est pas noir mais rosatre. sisi!
    Sinon, j’adore ! Le Jedi burger par contre à le gout de javel, juste immonde

    1. Tu confonds pas avec le Burger Dark maul ? Parce qu’alors, tout le monde l’avait il y a un mois, et il était pas très bon d’ailleurs…

    2. Oui il y a une différence entre le dark burger avec le pain rouge et le drak vador buger, qui lui est que du 2 au 5 mars et a un pain noir

  5. J’ai goûté ce midi le dark vador burger. De prime abord il fait pas du tout envie. Le pain on dirait de la mousse d’isolation phonique. Mais au goût il est assez bon par contre il est très épicé , palai sensible s’abstenir …

  6. je taf a quik et franchement le jedi tue apres le dark etais pas trop mal je vous recontacte après le test du dark vador burger ^^

  7. Pour revenir au sujet, testé ce soir, il a un goût proche du Big Tasty de chez Mcdo (goût fumé), avec pas mal de poivre et des rondelles de piment (qui est, à ma grande surprise, plutôt frais). Le pain a un goût strictement identique aux autres pains d’hamburgers classiques de chez Quick, et est plutôt moelleux contrairement à l’idée que j’en avais.
    D’un point de vue purement gustatif, il y a un peu trop de goûts différents en bouche, mais ce n’est pas non plus un mauvais hamburgers et je suis sûr qu’il pourrait trouver son public. Je tiens à préciser que je ne suis pas un inconditionnel de cette chaîne de fast-food, ce fut donc relativement une bonne surprise.

  8. Sachant que le dark était pas mal à mon goût, je vais tester le petit nouveau ce weekend :)
    Par contre à tous ceux qui polémiquent sur le fait de manger de la viande, chacun est libre de manger ce qu’il veut et on ne peut physiquement pas vivre correctement sans viande c’est un fait. Regardez les végétaliens qui sont obligés de prendre des compléments alimentaires.
    Après on m’a toujours dit on mange pour vivre et pas l’inverse et sans tomber dans la théorie Darwiniste j’ai jamais vu un végétarien/talien qui soit une force de la nature…

    Même combat pour les tests sur animaux, je suis pas pour mais c’est préférable, et pour l’instant les activistes ne se sont pas proposés pour remplacer les singes…

    1. On peut vivre correctement sans manger de viande sans pour autant ressembler à une planche à pain malade et neurasténique. C’est simplement que les gens ne savent pas se nourrir.
      Il y a suffisamment de protéines végétale dans la nature pour compenser.
      Pour les végétaliens par contre c’est trop radical, pas de lait, pas d’oeuf… ils doivent etre d’autant plus vigilent sur ce qu’ils absorbent, mais je toruve que globalement c’est trop extrémiste. Pondre un oeuf, dans un ferme normale, et pas en batterie, c’est pas de la maltraitance animale.
      Et franchement, je me vois pas me passer de fromage…

      1. Il n’y à pas que des protéines dans la viande!!
        Et puis l’homme est défini comme omnivore donc ça veut dire qu’il bouffe tout ce qui lui passe sous la main, herbes, champignons, viande, os, langue, bout de charbon ressemblant à un hamburger etc .. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité