Julian Assage (WikiLeaks) brigue une place de sénateur

Rows of chairs

Julian Assange, plus connu comme étant le fondateur de WikiLeaks, retourne sa veste pour se lancer en politique. Actuellement assigné à résidence au Royaume-Uni et en attendant le verdict d’une obscure affaire de viols et agressions sexuelles, il fait part de ses surprenantes ambitions.

Assange est donc en ce moment même sous la coupe d’un mandat d’arrêt émis par la Suède aux griefs d’agressions sexuelles. Cela ne semble pourtant pas l’empêcher de trouver des occupations puisque nous apprenons qu’il compte être candidat aux élections sénatoriales d’Australie de 2013.

La nouvelle a été dévoilée via le réseau social Twitter, aussi, après avoir annoncé son intention de devenir présentateur TV, Assange met le cap sur la politique. Arrêté en décembre 2010, notre homme jouit cependant d’une notoriété atypique. Rappelons que sa célébrité lui vient du groupe WikiLeaks dont il est le fondateur. Ce collectif avait publié des documents militaires secrets sur l’Irak et l’Afghanistan, ainsi que des télégrammes diplomatiques américains.

Par la suite, c’est à cause d’inculpations pour viols qu’Assange a continué de faire parler de lui. Malgré une possibilité d’extradition vers la Suède et une assignation à résidence, rien n’empêche l’activiste australien de se présenter aux élections sénatoriales. En imaginant une victoire du candidat, il serait alors en poste pour 6 ans, seul l’Etat qu’il représenterait reste encore inconnu.

A noter qu’il ne bénéficierait pas d’immunité et surtout que le gouvernement australien en la personne de la première ministre Julia Gillard, considère cette démarche comme « irresponsable ». Même s’il a toujours nié les agressions sexuelles, de telles allégations devraient fortement peser dans la balance.

© adam36 – Fotolia.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Il n’est pas accusé de viol.
    Dans la première affaire, la fille était consentante, mais a remarqué après que le préservatifs était troué. Elle accuse Julian Assange de l’avoir troué exprès.
    Dans la deuxième affaire, l’autre fille dit aussi qu’elle consentante quand ils l’ont fait la veille au soir, mais accuse Julien Assange de l’avoir pénétrée le lendemain matin pendant qu’elle dormait.

  2. C’est effectivement irresponsable. Un élu démissionne qui se respecte démissionne habituellement dès qu’il est mis en examen … et, sans même parler de l’histoire d’agression bidon, je dirais qu’Assange sait pertinemment qu’il fait des trucs limites qui froissent pas mal de monde … et qui peuvent relever de procès dans pas mal de pays. Se faire élire personnellement (pour qu’un peuple soit montré du doigt derrière lui ? Pour se donner une légitimité ?), c’est irresponsable. Qu’il monte un parti et qu’il présente des représentants dans divers pays s’il pense que son combat doit modifier la société (mais ce serait assez maigre comme programme : quid des autres thèmes de campagne ?)

    1. Mais si un pays est montré du doigt, du fait des actes d’Assange dans le cadre de Wikileak, il pourra en être fier. Quoi de mieux que de combattre pour la liberté, contre les assassins d’Irak ou d’Afghanistan ainsi que pour la transparence, seule garante de la démocratie?

      1. Si la diplomatie est ce qu’elle est, ce n’est pas par hasard. Un pays dirigé par un Don Quichotte fuitant tout ce qu’il apprend se retrouverait immédiatement « hors circuit ». Les représailles ne seraient pas juridiques mais économiques.
        Si tu crois que tout « peut se faire sur la place publique » dans tous les cas, t’es un peu naif. La transparence des uns ne sert que ceux qui n’y sont pas contraint (les autres).

      2. Il y a une différence entre « dénoncer ponctuellement un truc » … « faire un coup médiatique » … et représenter un pays (ou une région).
        Publier systématiquement tous les mails diplomatiques dans des forums publics … c’est comme mettre ses toilettes dans une boite en plexiglass dans la rue. Et pour compter sur le « bon jugement » d’Assange pour faire la part des choses, je crois qu’il faudrait d’abord qu’on comprenne vraiment le gars, non ?

  3. +1 Ksven
    La démocratie n’existe pas vraiment, une vrais démocratie devrais être totalement transparente! tout doit être rendue publics. La tentative des gouvernement pour le faire taire on l’accusant de viole c’est justement le genre de truc à mettre sous la lumière, il faut dénoncer les acte malveillant surtout si c’est ceux des gouvernements, les manipulation, les bidouilles des gouvernement pour lancer des guerre etc… doivent être rendue publics! Même si c’est mauvais pour le gouvernement, il ne faut pas oublier que le gouvernement se n’est pas nous, nous on est les 99% mais c’est eu qui tienne les manettes, bref on est pas leurs amis mais plutôt leurs jouets.

  4. La première phrase de l’article ma fait vomir. En quoi Assange « retourne » sa veste ? Gizmodo devrait se concentrer sur sa neutralité plutôt que d’essayer des formules humoristiques ou je ne sais quoi. Assange n’a jamais clame être « anti-gouvernement », il est juste contre la corruption et pour la justice. Qu’est-ce qu’il faut pas lire. Et c’est pas la première fois que vous nous pondez des trucs aussi merdique. J’essaie d’être respectueux de votre travail d’habitude mais à force, c’est assez chiant.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité