Share the Party, quand la CNIL s’adresse aux ados

LOGO WHITE

La Commission Nationale de l'Informatique et des libertés mène des actions à destination des jeunes, des enseignants et des familles pour les sensibiliser aux bonnes pratiques sur les réseaux sociaux. Elle continue son effort avec une nouvelle campagne interactive et en vidéo(s).

 

Force est de constater que si les réseaux sociaux sont une source de divertissement, ils sont également source de problèmes. Une étude portant sur « les jeunes et les réseaux sociaux« , réalisée par l’Institut TNS Sofres à la demande de la CNIL, l’UNAF et Action innocence en juillet 2011, a permis de constater que :

 

  • Les jeunes de 8-17 ans ont en moyenne 210 amis sur Facebook.
  • 93% d’entre eux commentent et publient des photos et vidéos sur leur profil, ce qui constitue leur activité principale sur Facebook.
  • 55% des jeunes discutent des réseaux sociaux avec leurs parents mais la discussion porte plus sur le temps passé que sur leurs pratiques.

La CNIL lance une campagne de communication ayant comme cible les 13-18 ans, le sujet majeur étant bien sur les réseaux sociaux. L’objectif de la vidéo interactive est de faire vivre une expérience aux internautes et de les responsabiliser en les immergeant dans une scène de la vie courante d’un jeune.

En fonction de vos choix (11 fins possibles), la soirée ne se terminera pas de la même manière et il convient d’en assumer les conséquences.

[Facebook de la CNIL]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. je viens de briser un couple, envoyer un prof en taule, et de pousser un pote auy suicide. maintenant, voyons ca en etant serieux….

    1. Moi c’est en étant sérieux que j’ai fait tout ça!

      C’est bien beau de nous faire comprendre que partager c’est mal, et que tu peux pécho si tu partages pas, mais bon, c’est tellement loin de la réalité. Ou alors si c’est vrai, je sais pourquoi je pécho pas.

  2. Hé béh… si je pouvais serrer des nanas aussi facilement qu’en les harcelants comme un lourd avec mon smartphone ma vie serait plus facile.
    La CNIL, tout comme beaucoup d’organisme de ce genre est complétement à côté des réalités (même si j’approuve la lute contre les dérives des réseaux sociaux et dans le meilleur cas possible, la lute contre les réseaux sociaux tout court !).

  3. Grâce à la CNIL, je viens d’apprendre que l’infidélité est grave que si elle est divulguée sur Facebook, que danser mène au suicide, et qu’une vidéo d’une fille qui tousse sous un certain angle, dans une foule de jeunes pas du tout choqués, mène à l’arrestation d’un prof. Merci, la CNIL !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité